Accueil > Cinéma, Critiques ciné, Festivals > Touristes (Sightseers), critique

Touristes (Sightseers), critique

posté le 25/05/2012 FredP

Une bonne dose d’humour noir british a rĂ©veillĂ© la Quinzaine des RĂ©alisateurs et c’est Ben Wheatley qui en est le coupable avec Touristes (Sightseers en VO), nouvelle pĂ©pite du genre.

On avait repĂ©rĂ© Ben Wheatley dans de nombreux festival de films fantastiques ou policiers l’annĂ©e dernière avec le sombre et violent Kill List. Alors qu’il n’est toujours pas sorti dans les salles françaises, son nouveau film postule Ă  Cannes et s’apprĂŞte dĂ©jĂ  Ă  venir visiter les Ă©crans en fin d’annĂ©e. Pour l’occasion, le rĂ©alisateur change totalement de registre sous l’impulsion d’Edgar Wright producteur exĂ©cutif et des scĂ©naristes/comĂ©diens Alice Lowe et Steve Oram pour s’orienter vers la comĂ©die british Ă  l’humour noir et brutal.

Touristes est donc l’histoire d’un couple, Chris et Tina, partant en vacances pour se changer les idĂ©es. Destination : le fin fond de l’Angleterre avec ses musĂ©es du tramway, ses grottes et ruines, le tout en camping car. Mais très vite, Tina va s’apercevoir que l’homme qu’elle a choisi pour partager sa vie, après avoir subi une mère possessive, n’est pas vraiment celui qu’elle croyait. Par amour elle va tout de mĂŞme le suivre au bout de leur aventure.

Les premières scènes donnent le ton du film. On y dĂ©couvre Tina qui doit nĂ©gocier son dĂ©part avec sa mère qui n’arrĂŞte pas de se plaindre et donc la mĂ©chancetĂ© relèguerai Tatie Danielle au statut de mère NoĂ«l. C’est clair d’emblĂ©e, la comĂ©die ne fera pas dans la lĂ©gèretĂ© ou dans le gags facile. Non, l’humour est tranchĂ©, âpre, dur et mĂŞme dĂ©gueu et mĂŞme lorsque l’on attend le gag ou la rĂ©plique qui nous fera rire, ça n’arrive pas forcĂ©ment de la manière dont on s’y attend… ou bien on pense jusqu’au bout qu’il ne vont pas le faire … mais au contraire, ils y vont franchement. Avec son Ă©criture efficace, les spectateurs ne sont pas au bout de leurs surprises et vont rire de bon cĹ“ur si l’humour noir est leur tasse de thĂ©.

Mais la comĂ©die ne serait rien si les personnages n’Ă©taient pas rĂ©ussis. Et de ce cĂ´tĂ©, Alice Lowe et Steve Oram interprètent les rĂ´les qu’ils ont soigneusement Ă©crit avec une sincĂ©ritĂ© touchante et un second degrĂ© qui fait merveille. Entre la jeune femme rĂŞveuse et un peu cruche et son homme bourru et soupe-au-lait, il y a une alchimie qui fonctionne bien et nous permet de nous attacher Ă  eux. Si bien que les mĂ©faits qu’ils vont finir par commettre seront facilement pardonnables.

Alors qu’on l’avait dĂ©couvert avec un film d’une noirceur et d’une violence psychologique assez intense, on ne pensait pas retrouver Ben Wheatley sur une comĂ©die que l’on pourrait presque qualifier de Tueurs NĂ©s british. Et pourtant le rĂ©alisateur arrive Ă  garder ici sa patte avec ses personnages un peu pathĂ©tiques, ses effets sanglants et son atmosphère brumeuse typique des campagnes anglaises. En variant ainsi les genres avec un bon savoir-faire et une vraie personnalitĂ©, on peut donc compter sur le rĂ©alisateur pour installer durablement son empreinte dans le cinĂ©ma UK dĂ©calĂ©.

Suivez mes aventures dans une Ă©quipe de blogueurs au festival de Cannes au jour le jour sur le blog live Orange.

publié dans :Cinéma Critiques ciné Festivals

  1. 25/05/2012 Ă  14:02 | #1

    Vu la dĂ©charge Ă©lectrique qu’Ă©tait « Kill List» , j’ai hâte de voir Sightseers. Je le choperai Ă  Paris la semaine prochaine !