Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > Buffy contre les Vampires, saison 4

Buffy contre les Vampires, saison 4

posté le 26/06/2012 FredP

Changement de décor et complète perte de repère pour Buffy dans une 4e saison riche et déboussolante qui voit le groupe faire place à des individualité qui vont évoluer chacune de leur manière et ne se comprendront plus comme avant.

Avec le lycĂ©e dĂ©truit et des personnages qui ont grandi pour s’accomplir pleinement, Buffy aurait pu se terminer avec le final de la 3e saison. Mais la sĂ©rie a largement dĂ©passĂ© le statut de « sĂ©rie pour lycĂ©ens»  pour adopter celui de sĂ©rie gĂ©nĂ©rationnelle. Plus que de la pĂ©riode un peu maudite, la sĂ©rie parle du passage Ă  l’âge adulte et cela s’Ă©tend bien après la remise des diplĂ´me, d’autant plus qu’elle suit l’Ă©volution de ses spectateurs pour aborder toujours de nouveaux thèmes et devenir chaque jour plus mature. Il Ă©tait donc naturel pour Joss Whedon et son Ă©quipe de s’intĂ©resser Ă  l’arrivĂ©e de son hĂ©roĂŻne Ă  la fac et encore une fois, il saisit parfaitement ce que cela reprĂ©sente.

Bien au chaud au lycĂ©e depuis 3 ans, Buffy s’y Ă©tait fait sa place et son train train quotidien. Mais l’arrivĂ©e Ă  la fac va complètement changer ses repères, d’autant plus qu’elle n’a plus Angel Ă  ses cĂ´tĂ©s comme support sentimental. Les premiers jours de fac, entre les nouvelles tĂŞtes, le grand campus et les amis qui trouvent enfin leur but alors que l’on a l’impression de faire du sur-place, voilĂ  de quoi se poser des questions. Pour Buffy et ses amis, c’est tout Ă  fait ça mais pour le spectateur Ă©galement. Car il doit se faire Ă  l’idĂ©e que Buffy a changĂ© d’univers et qu’il faut donc y trouver de nouveaux repères, de nouveaux visages auxquels se raccrocher. Ainsi, Buffy se retrouve perdue mais Willow semble tout Ă  fait Ă  l’aise tandis que Xander, loser habitant dans la cave de ses parents, se retrouve Ă©loignĂ© du groupe et que Giles laisse enfin tomber son cĂ´tĂ© strict.

Mais ce qui va le plus nous perturber est le fil conducteur de la saison : l’Initiative. Avec Riley, le nouveau boyfriend de Buffy, une nouvelle composante du buffyverse fait son apparition : on sait maintenant que le gouvernement est au courant de l’existence des dĂ©mons sans toutefois saisir les règles du monde mystique. On touche lĂ  Ă  une nouvelle version de Frankenstein avec des scientifiques jouant avec des forces qu’ils ne comprennent pas et qui, un jour ou l’autre, se retourneront forcĂ©ment contre eux.

Tous ces changements font de cette 4e saison la moins apprĂ©ciĂ©e de la sĂ©rie. Pourtant, si le fil rouge militaire n’est pas le plus excitant, le thème principal du changement qui habite cette saison n’en est pas moins intĂ©ressant et permet aux auteurs de livrer certains des meilleurs Ă©pisodes de la sĂ©rie et surtout de faire Ă©normĂ©ment Ă©voluer les personnages, renvoyant la fac Ă  son but d’apprentissage de la vie et d’expĂ©rimentations après le cadre serrĂ© du lycĂ©e. Ainsi, Buffy Ă©volue Ă©videmment mais ce sont surtout les personnages secondaires (Alex et Giles comme dit prĂ©cĂ©demment mais aussi Spike qui commence Ă  Ă©voluer avec le groupe) qui prennent en maturitĂ© et en particulier Willow.
En effet, celle qui Ă©tait jusqu’alors cantonnĂ©e au rĂ´le de la meilleure amie un peu nerd va Ă©clore pendant cette saison, Ă  partir du moment remplit de tristesse oĂą elle doit rompre avec Oz jusqu’Ă  sa dĂ©couverte de la magie la plus intense avec Tara. Les auteurs nous gratifient d’une Ă©volution passionnante de l’un des personnages les plus touchants de la sĂ©rie et il n’y a qu’Ă  voir la justesse avec laquelle est traitĂ© son coming-out pour se rendre compte de son importance dans la sĂ©rie.

En plus du « changement» , l’un des principaux thèmes de cette saison est aussi la communication au sein du groupe. En effet, jamais le scooby gang n’a Ă©tĂ© aussi dispersĂ© que pendant cette saison et les problèmes de communication y sont pour quelque chose, chacun Ă©vitant d’avoir de vraies conversation avec les autres pour partager ce qu’il ressent. C’est alors frĂ©quent de voir les personnages se disputer ou se perdre de vue (le dĂ©mon d’Halloween, le mariage de Buffy, 314, le facteur Yoko ou mĂŞme le diptyque sur le retour de Faith). Mais le plus Ă©loquent est sans doute l’Ă©pisode Un Silence de Mort (Hush), central dans la saison Ă  la fois par son concept mais aussi par son importance pour faire avancer l’histoire et les personnages.


Dans cet Ă©pisode aux trois quarts muet Ă©crit et rĂ©alisĂ© par Joss Whedon, au moment oĂą chacun Ă  besoin de communiquer avec les autres, tous les habitants de Sunnydale sont privĂ©s de paroles. C’est un vĂ©ritable dĂ©fi pour l’auteur qui a basĂ© sa rĂ©putation sur son sens aigu des dialogues (que l’on retrouve d’ailleurs tout au long de la saison) mais il le remplit avec un savoir-faire redoutable. En s’appuyant sur la musique, les gestes et expressions des personnages et un montage assez efficace, il arrive Ă  la fois Ă  nous faire rire avec des quiproquos bien vus mais aussi Ă  nous effrayer en plongeant dans l’exercice de la terreur Ă  l’ancienne avec dĂ©lectation. Épisode charnière, c’est aussi ici que les vĂ©ritĂ© sont dites (Buffy dĂ©couvre que Riley fait partie de l’Initiative, Xander rĂ©vèle son amour Ă  Anya) et que les rapports entre les personnages Ă©voluent (la connexion qui s’établit tout de suite entre Willow et Tara).

L’un des autres Ă©pisodes les plus marquants est Ă©galement l’Ă©pisode final. Alors que l’on s’attendait Ă  une confrontation contre l’homme-machine-dĂ©mon en clĂ´ture, le combat sera rĂ©solu lors l’Ă©pisode prĂ©cĂ©dent, laissant ici Joss Whedon plonger dans la psychĂ© de ses personnages et poser des pistes pour la saison suivante. Prenant complètement le contre-pied d’une conclusion spectaculaire, ce season-finale est intimiste et onirique. L’auteur n’hĂ©site pas Ă  partir sur les terres de David Lynch et emporte chacun des personnages dans ses propres cauchemars. C’est ainsi qu‘il conclu les deux thèmes du changement et de la communication qui ont constituĂ© le fil rouge de cette saison. Chacun voit la manière dont il a Ă©voluĂ© depuis le dĂ©but de la saison et se rapproche ainsi des autres pour que le groupe se retrouve Ă  nouveau soudĂ©. Mais c’est aussi l’occasion de lancer des pistes pour la saison suivante qui vont concerner Buffy de près puisque c’est Ă  ce moment lĂ  que le sujet des origines de son pouvoir, de la première tueuse et de sa nature est abordĂ©. Sujet qui l’emmènera dans une quĂŞte personnelle forte Ă  venir dans la cinquième saison.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. 28/06/2012 Ă  20:50 | #1

    Une putain de série !

  2. Sangeleslo
    27/07/2012 Ă  11:49 | #2

    Effectivement, tu as très bien rĂ©sumĂ© cette saison. Je trouve que cette saison nous apporte de belles choses et c’est dommage que beaucoup disent que seules les 3 premières saisons valent le coup.
    Joyce a Ă©tĂ© complètement laissĂ© pour compte dans cette saison (ce qui est bien soulignĂ© dans l’Ă©pisode 5/5, quand Faith est dans le corps de Buffy), personnellement elle m’a manquĂ© dans cette saison. Encore une fois, quand on voit la suite, on comprend que rien n’est laissĂ© au hasard, les Ă©pisodes de Buffy sont vraiment pensĂ© en amont avant d’ĂŞtre rĂ©aliser. Cette façons qu’Ă  Joss et son Ă©quipe de t’attacher Ă  un perso pour mieux te l’arracher… (le pire, Rouge passion saison 6 !!).

    je suis d’accord quand tu parles d’une sĂ©rie gĂ©nĂ©rationelle. J’ai dĂ©couvert Buffy j’avais 16 ans, j’ai grandi avec cette sĂ©rie qui collait parfaitement avec ce que je traversais (euh, les dĂ©mons en moins bien sĂ»r). on Ă©tait loin des prises de tĂŞte Dawsonesque et c’Ă©tait moins gnan-gnan que Charmed ou Roswell oĂą au final, l’amour fleur-bleue Ă©tait au centre de tout (remember la trilogie du samedi sur M6). Après une romance impossible avec Angel, Buffy craque pour Parker qui la plante après avoir couchĂ© avec elle… Combien de filles peuvent se retrouver dans cette histoire ? Des milliers, des millions. Autant de petites choses qui me font aimer cette sĂ©rie… Ă  la folie !

    Merci pour ces articles, c’est très bien Ă©crit d’ailleurs.