Accueil > Critiques Séries, Séries > Buffy contre les Vampires, saison 3

Buffy contre les Vampires, saison 3

posté le 08/06/2012 FredP

L’apparition d’un personnage charismatique, un méchant d’envergure, le défi de l’autorité, des relations entre les personnages toujours plus explorées et enfin la fin du lycée … ce n’est pas pour rien que la 3e saison de Buffy contre les vampires est l’une des plus réussies et appréciées de la série.

A la fin de la seconde saison, nous avions laissé Buffy à la dérive, son amour perdu, bannie par sa mère après que celle-ci n’ai pu accepter sa condition et renvoyée du lycée. Nous la retrouvons alors loin de Sunnydale, dans une ville qui ne sera pas nommée mais où elle ne pourra pas longtemps échapper au mal qu’elle doit combattre. Le premier épisode donne tout de suite le ton, plus noir, plus adulte en faisant combattre Buffy contre des démons totalitaires dans une dimension parallèle. Le pari est osé pour Joss Whedon d’ouvrir la saison sur une note aussi sombre et loin de l’esprit d’équipe qui anime habituellement la série. Il n’hésite pas à déboussoler un peu le spectateur qui ressentira alors la même chose que les personnages dans le second épisode qui verra le retour de Buffy au bercail, incomprise par sa mère et ses amis. Les scénaristes préfèrent alors approfondir les nouvelles relations entre les personnages avant de nous donner à entrevoir la menace qui va nous occuper cette saison.

Ce fil conducteur arrivera une fois passée cette introduction et remises à plat des relations entre les personnages que nous avons appris à connaitre avec l’arrivée de Faith. Alors que Kendra s’avérait finalement un personnage rapidement exploré, les scénaristes ont particulièrement soigné l’arrivée de la nouvelle tueuse rebelle qui n’a pas vraiment appris de ses erreurs comme a pu le faire Buffy précédemment. La réussite du personnage tient dans le fait que nous nous attachons à elle rapidement et que nous allons petit à petit la voir dériver jusqu’à ce qu’elle s’allie avec le Maire. En prenant conscience des failles du personnage et en décrivant les circonstances qui la mèneront à cette alliance, les spectateurs comprennent Faith, sa force de caractère et sa haine à venir envers Buffy qu’elle voyait avant comme une sœur d’armes. Ils en font alors sans conteste l’un des personnages les plus complexes et intéressants de la série.

Faith est d’ailleurs la représentation de l’un des grands thèmes de cette saisons. Car si pendant la seconde saison, il était question d’amour et de mensonge, ici c’est la confiance qui sera l’une des composantes principales de la saison. Que ce soit le fait d’avoir confiance en soi en trouvant sa place ou la confiance que l’on donne aux autres. Cette confiance est mise à rude épreuve pour Faith qui la placera alors dans le seul qui lui montrera de l’attachement : le Maire, père de substitution pour la tueuse rebelle comme l’est Giles pour Buffy. Nous pouvons établir ainsi un parallèle intéressant dans les relations que ces tueuses développent avec leurs mentors respectifs. Alors que Faith deviendra la faiblesse du Maire (impeccablement joué avec une véritable menace sarcastique par Harry Groener), Giles sera lui l’une des forces de Buffy.

De confiance en soi et en les autres mais aussi la prise de responsabilité, grandir, il en est question dans plusieurs épisodes cette saison, que ce soit dans Effet Chocolat où les jeunes doivent prendre les responsabilités qu’ont laissé tomber les adultes ou dans le Zéro Pointé qui ose passer à côté d’une apocalypse pour faire grandir le personnage loser de Xander. Ce dernier est d’ailleurs l’un des exemples qui montrent que les scénaristes préfèrerons toujours approfondir et faire évoluer leurs personnages plutôt que donner des scènes d’action gratuites. Ainsi, influencé par l’attitude de Buffy, on s’aperçoit que Giles lâche petit à petit son côté strict et british (rapidement tourné en dérision avec l’arrivée de Wesley) ou que Cordelia n’est plus aussi superficielle qu’on pourrait le penser et développe de véritable sentiments, sans oublier la tendresse qui se dégage toujours du couple Willow-Oz.

Contrairement aux deux premières, cette troisième saison connait peu d’épisodes indépendants et tous servent à leur manière à nous amener à la conclusion finale. Toutefois, certains d’entre eux restent un peu à part mais nous permettent d’entrevoir des pistes d’évolution alternative ou sèment des graines pour les épisodes à venir. C’est ainsi le cas de Meilleurs Voeux de Cordélia qui, en plus d’introduire le personnage d’Anya, nous plonge dans un univers alternatif où Buffy n’aurait jamais mis les pieds à Sunnydale, où la moisson du Maître aurait porté ses fruits. Une grande noirceur de se révèle à ce moment là et nous fait entrevoir des pistes étranges sur l’évolution de possible de Willow.
C’est aussi le cas de l’un des épisodes les moins appréciés, Le Soleil de Noël qui, sous couvert d’un romantisme assez niais sur l’âme torturée d’Angel depuis son retour, introduit tout de même le mal suprême que devra combattre la tueuse dans la dernière saison et se révèle donc indispensable.
Enfin, il y a Voix Intérieures qui fait écho aux événements de Colombine (sa diffusion avait d’ailleurs été décalée à l’époque par peur de la polémique) dans lequel Buffy peut lire dans les pensées des étudiants et découvre que quelqu’un projette de faire un massacre au lycée. Dans cet épisode, les scénaristes arrivent parfaitement à retranscrire le mal-être adolescent de celui qui n’arrive pas à trouver sa place dans cette communauté alors qu’il est finalement bien comme tous les autres.

Confiance, devenir adulte, la relation père-fille, le mal-être adolescent sont là des thèmes inhérents à cette saison mais il ne faudrait pas oublier un autre thème primordial abordé ici : le défi de l’autorité. Que ce soit Giles se confrontant à ses supérieurs du conseil, Faith contre la police, la bataille contre le Maire, Buffy posant sa démission au Conseil pour faire son job de Tueuse comme elle l’entend jusqu’à cette explosion finale du lycée, Buffy contre les vampires montre bien que pour trouver sa voie, il faut s’affranchir de l’ordre établi.
L’épisode final est en cela un concentré de ces thèmes poussés à leur paroxysme par un Joss Whedon particulièrement inspiré dans son écriture et dans sa mise en scène. Car si il souffre toujours d’un manque de budget pour la série, il n’oublie pas autant d’être inventif (comme ce plan séquence dans l’hôpital) pour nous coller des frissons (ce moment où Angel boit le sang de Buffy après qu’elle lui ait dit « Drink me»  filmé d’une manière sexuellement explicite) pour finalement nous montrer que nos personnages ont survécu au lycée et à l’adolescence et ont maintenant tout l’avenir devant eux.

A suivre : Buffy saison 4

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Sangeleslo
    27/07/2012 à 12:04 | #1

    (Un peu d’humour) il y a un gros point noir dans cette saison 3 : les tenues de Buffy. Déja à l’époque et même aujourd’hui avec le recul, mon dieu mais qu’est-il arrivé à la costumière dans cette saison ? elle buvait ou quoi ?

    Plus sérieusement, cette saison plus sombre est vraiment une réussite. L’arrivée de Faith, l’anti-tueuse, booste vraiment cette saison et casse les clichés attendus. Non, Buffy n’est pas une héroïne parfaite. Autant Faith représente la force obscure de la tueuse, autant ce personnage mais en avant certains défauts qui casse l’image de l’héroïne du Bien qu’est Buffy. Ainsi, Buffy devient plus humaine, plus accessible. Elle devient jalouse quand elle voit ses amis apprécier Faith, quand elle voit son pseudo-petit ami (avant le retour d’Angel) papoter avec Faith, sa mère voit l’arrivée de cette nouvelle tueuse d’un bon oeil… Il n’en faut pas plus pour que Buffy se braque face à Faith.

    D’ailleurs, au départ Faith ne devait être là que pour 5 épisode (surement le temps de lui trouver un nouvel observateur et qu’elle reparte), heureusement Joss Whedon lui propose rapidement de devenir l’ennemi n°1 de Buffy. Je pense que la saison 3 a du attirer pas mal de nouveaux fans.

    Tu as bien mis en avant les deux faces à faces qui sont constament présents dans cette saison, derrière Buffy vs Faith, il y a surtout Giles vs Le Maire. Excellent et très bien vu.

    je m’arrête là, sinon je vais te faire écho. Encore un super article.

  2. Sangeleslo
    27/07/2012 à 12:17 | #2

    Une chose tout de même, un personnage qui souffre pas mal dans cette saison c’est Angel. Son retour a surtout été voulu par les fans, mais malheureusement, après une saison 2 où il était evil, Angel retombe un peu dans la mièvrerie made in saison 1. Dans l’épisode la boite de gavrock, le Maire met en évidence l’impossibilité de l’histoire d’amour entre Buffy et Angel, le fait que l’un des deux finira par souffrir est inéluctable. Une réalité assez triste pour les fans (mais qui sera explorée dans le spin-off d’Angel où ce dernier devient humain lors d’un crossover). Joyce en rajoute une couche également et au final, Angel devra prendre la décision.
    Ah lala, la tristesse de Buffy après ça… c’était presque insoutenable de la voir pleurer comme ça…

  3. Sangeleslo
    27/07/2012 à 12:38 | #3

    héhé, encore une chose… c’est la saison où Willow et Xander perde leur virginité. Fini le lycée, fini l’enfance, fini l’innocence, on tourne la page.