Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Retour vers le Futur

Culte du dimanche : Retour vers le Futur

posté le 26/12/2010 FredP

Retour vers le Futur culte myscreens blog cinema

En ces pĂ©riodes de fĂȘtes, il fait toujours bon de revenir sur une aventure qui rassemble toute la famille. De gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration, Retour vers le Futur reste maintenant un classique qui ne prend pas une ride malgrĂ© les voyages temporels.

Retour vers le Futur, afficheHill Valley, DeLorean, 88 Miles Ă  l’heure. Si vous avez grandi dans les annĂ©es 80, ces quelques indices vous parlent forcĂ©ment. Normal, avec Retour vers le Futur, Robert Zemeckis a crĂ©Ă© une saga temporelle familiale qui rĂ©sonne maintenant dans les oreilles de tous les geeks qui sont aujourd’hui devenus adultes. Mais comment cette obscur voyage dans le temps pour fans de SF en 1985 a-t-elle pu devenir populaire et culte ?

Il est vrai qu’au dĂ©part, quand on parle d’un film sur le voyage dans le temps, on ne pense cibler que les geeks, population marginale et mal vue encore dans les annĂ©es 80. Hormis Star Wars, peu de films de SF ont rĂ©ussi Ă  rassembler le grand public et les fans du genre. Mais ce serait compter sans le talent de producteur de Steven Spielberg et le savoir-faire de son pote rĂ©alisateur Robert Zemeckis. Ensemble, et avec le scĂ©nariste Bob Gale, ils imaginent l’histoire de cet ado typique des 80′s qui se retrouve dans les annĂ©es 50 et devra trouver un moyen de rentrer et, si possible, amĂ©liorer la vie de ses parents.

Et c’est lĂ  la grande idĂ©e et rĂ©ussite du film. Transformer ce qui aurait pu n’ĂȘtre qu’une histoire de geeks en vĂ©ritable aventure qui rassemble toute la famille. Car ici, c’est surtout l’histoire d’un ado qui apprend comment ses parents se sont rencontrĂ©s, comment ils ont pu faire les mĂȘmes bĂȘtises que lui, qui est le moteur de l’histoire. Une maniĂšre de mieux comprendre et accepter les conseils que nous donnent nos parents lorsque nous sommes en pleine « rĂ©bellion adolescente» . En mĂ©langeant habilement les 2 Ă©poques et en reprenant leurs clichĂ©s, les 2 gĂ©nĂ©rations se reconnaissent tout de suite et la famille se retrouve alors devant un spectacle fĂ©dĂ©rateur.

Si l’histoire est universelle, les personnages sont eux parfaits et attachants. Nous avons la caution geek avec un Christopher Lloyd complĂštement barrĂ© dans la peau du « Doc»  Emmett Brown et le hĂ©ros auquel tout le monde s’identifie, Marty McFly (Michael J Fox, Ă©ternel ado), complĂštement dĂ©passĂ© par ce voyage temporel. Avec leurs personnages charismatiques aux dialogues bien travaillĂ©s (mĂȘme en VF), les 2 acteurs emportent tout de suite l’adhĂ©sion, et, si les seconds rĂŽles ne sont pas en reste, deviennent instantanĂ©ment cultes.

En plus des personnages et du pitch, on peut aussi dire que le scĂ©nario est extrĂȘmement bien Ă©crit, que ce soit dans les dialogues mais aussi dans les rĂ©fĂ©rences et auto-rĂ©fĂ©rences. Ainsi, l’univers de Hill Valley des annĂ©es 50 Ă  80 est bien dĂ©crit et l’on sent tout au long de l’histoire quels Ă©vĂ©nements vont mener Ă  l’aspect de la ville typique des annĂ©es 80. On peut mĂȘme y voir des rĂ©fĂ©rences culturelles prendre pied (les sous-vĂȘtements Pierre Cardin/Calvin Klein, le skateboard, le Johnny B Goode de Chuck Berry) pour faire sourire les connaisseurs.

En fait, la seule petite chose que l’on pourra reprocher au film, ce sont les effets spĂ©ciaux qui ont aujourd’hui pris un petit coup de vieux. Mais ce n’est pas l’essentiel puisqu’ils ne sont lĂ  que pour lancer l’histoire qui, elle, reste intemporelle et est mĂȘme aujourd’hui devenue une rĂ©fĂ©rence. Si le succĂšs amĂ©ricain a Ă©tĂ© immĂ©diat, en France par contre, les critiques n’ont pas Ă©tĂ© tendres avec le film. Mais le public ne s’y est pas trompĂ© et a tout de mĂȘme fait de Retour vers le Futur un vĂ©ritable succĂšs. ForcĂ©ment, 2 suites ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es (en mĂȘme temps, bien avant que ne le fassent Matrix ou Pirates des CaraĂŻbes) et nous ont permis de retrouver avec plaisir nos personnages prĂ©fĂ©rĂ©s dans des situations inattendues mais terriblement excitantes (le futur dans le 2e, le western dans le 3e) en gardant toujours l’esprit bon enfant du premier film, rendant alors la trilogie toujours plus populaire. D’autant plus qu’il s’agit de l’un des films sur le voyage dans le temps oĂč le paradoxe spatio-temporel est traitĂ© avec le plus de sĂ©rieux, presque sans failles.

25 ans plus tard, Doc et Marty sont devenus des icĂŽnes de la culture populaire, l’un des phĂ©nomĂšnes qui ont permis aux geeks de prendre leur revanche sur le monde. Retour vers le Futur est un standard indĂ©modable qui se regarde toujours avec la mĂȘme nostalgie et le mĂȘme plaisir, mĂȘme si on en connait toutes les rĂ©pliques par coeur.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire

ï»ż