Accueil > Comics, Critique Comics > DC Comics en vrac : Aquaman, Superman et Batman

DC Comics en vrac : Aquaman, Superman et Batman

posté le 26/10/2012 FredP

Urban Comics poursuit la publication en librairie des sĂ©ries DC et c’est une toute nouvelle fournĂ©e de super-hĂ©ros qui s’offre donc Ă  nous. Avec Aquaman, Superman et Batman le chevalier noir, il y a donc de la lecture en perspective.

Aquaman a toujours Ă©tĂ© un personnage sous exploitĂ© dans l’univers DC. Contrairement Ă  Namor qui a su se trouver une place importante chez Marvel, le maĂ®tre des eaux de la distinguĂ©e concurrence n’a jamais eu beaucoup de charisme et ses histoires ne s’attachent bien souvent qu’Ă  lui. Il Ă©tait donc temps d’y remĂ©dier et de lui donner une mythologie plus intĂ©ressante. La relance des titres Ă©tait donc l’occasion parfaite pour lui donner le charisme nĂ©cessaire et lui rendre sa place de personnage incontournable dans le DCverse. C’est donc Ă  l’auteur qui avait rendu ses lettres de noblesse Ă  Green Lantern, Geoff Johns de mener cette mission Ă  bien et ça marche.

Sans replonger dans les origines du personnage, il arrive Ă  dĂ©velopper un rĂ©cit que tout nouveau lecteur pourra suivre. Arthur Curry est dĂ©jĂ  connu mais sa rĂ©putation n’est pas encore au beau fixe. Cependant, il viendra en aide aux habitant lorsque des crĂ©atures issues des fonds marins attaquent. Avec un rĂ©cit rythmĂ© et une pointe d’humour, l’auteur arrive tout de suite Ă  rendre cool un personnage qui s’Ă©tait ringardisĂ© avec le temps et pose mĂŞme quelques indices sur la mythologie Ă  venir concernant l’Atlantide qui s’annonce particulièrement intĂ©ressante. Il faut dire que l’auteur est aussi servit par le crayon d’Ivan Reis qui donne suffisamment de personnalitĂ© au hĂ©ros pour ĂŞtre Ă©bloui. Au final, cette première aventure nous laisse nous attacher aux personnages en nous faisant passer un bon moment d’Ă©vasion en promettant de belles choses pour la suite.

Si George Perez reprend la sĂ©rie Superman pour la relance de DC, c’est Ă  Grant Morrison que revient le titre historique Action Comics. C’est dans cette sĂ©rie qu’il revient donc sur les nouvelles origine de l’homme d’acier et entre les mains de l’auteur britannique, elles risquent bien de surprendre. En effet, fidèle Ă  son style souvent dĂ©construit piochant dans l’historique parfois mĂ©connu du personnage et l’agrĂ©mentant d’idĂ©es neuves, Morrison nous montre les dĂ©buts du Superman que nous n’aurions pas soupçonnĂ©. Ici, Clark vient de dĂ©barquer Ă  Metropolis et ne travaille pas encore pour le Daily Planet mais il commence dĂ©jĂ  Ă  venir en aide Ă  la population avant qu’un ennemi de plus grande envergure ne dĂ©barque. Cependant, il n’est pas encore invincible. Morrison nous montre un personnage qui peut encore prendre des coups et saigner, le rendant ainsi plus humain et se dĂ©tachant de l’icĂ´ne intouchable qu’il Ă©tait devenu et pour laquelle on ne tremblait que rarement.

Mais l’auteur n’oublie pas les origines kryptoniennes de son hĂ©ros en flash back ni le profil de l’ennemi « savant fou»  qui faisait la gloire du super-hĂ©ros Ă  ses dĂ©buts et qu’il adapte ici Ă  sa sauce. Cependant, bien que très fouillĂ© et foisonnant d’idĂ©es, le style de Morrison s’avère tout de mĂŞme assez confus pour le profane et malgrĂ© les dessins et le dĂ©coupage de Rags Morales, il est parfois difficile de suivre cette première aventure. Du coup, la sophistication de l’histoire devient un handicap Ă  la lecture et c’est bien dommage.

A cĂ´tĂ© du gĂ©nial Batman de Scott Snyder, il y a bien d’autres sĂ©ries consacrĂ©es Ă  l’homme chauve-souris et voici donc Batman le Chevalier Noir, faisant suite au plutĂ´t ratĂ© La Nouvelle Aube. Mais cette fois, le dessinateur David Finch est aidĂ© par un vĂ©ritable scĂ©nariste : Paul Jenkins (crĂ©ateur des mini-sĂ©ries Inhumains et Sentry pour Marvel). Dans ce titre 100% action, Batman doit faire face Ă  l’Ă©vasion des pensionnaires d’Arkam et Ă  l’apparition d’une nouvelle ennemie qui semble liĂ©e Ă  une nouvelle drogue fournies Ă  tous les super-vilains. Notre hĂ©ros va donc devoir affronter ses ennemis jurĂ©s, de Double-Face Ă  Epouvantail en passant par Bane et quelques hĂ©ros viendrons l’aider de manière tout Ă  fait anecdotique.
Loin de la mythologie, Batman le Chevalier Noir n’aspire pas un seul instant Ă  fouiller la psychologie de son hĂ©ros mais se rĂ©vèle ĂŞtre une histoire prenante, au rythme d’enfer et remplie de guest pour tromper le vide. Et en plus ça fonctionne plutĂ´t bien avec les dessins de David Finch (qui ne change pas vraiment de style avec ses personnages qui se ressemblent tous mais avec une belle efficacitĂ© dans le dĂ©coupage) qui rendent le tout forcĂ©ment plus agrĂ©able. Alors bien sĂ»r, ça ne fait pas beaucoup avancer le personnage, ses relations avec les autres restent superficielles tout comme la psychologie des vilains qui ne sont que des monstres de foire, mais au moins, sans se prendre la tĂŞte, et sans en attendre grand chose, ça se lit plutĂ´t bien.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. 26/10/2012 Ă  10:57 | #1

    Entièrement d’accord avec toi pour les 3. Du coup je suis impatient d’avoir Animal Man et Swamp Thing entre les mains en souhaitant que ça remonte le niveau de DC Renaissance (ce qui devrait ĂŞtre le cas), car mĂŞme si ces 3 rĂ©cits ne sont pas mauvais ils n’arrivent clairement pas Ă  Ă©galer la qualitĂ© des prĂ©cĂ©dents titres de la collection.

  2. FredP
    26/10/2012 Ă  11:01 | #2

    Oui, lĂ , des 3, Aquaman est clairement le plus intĂ©ressant, Superman Ă©tant trop embrouillĂ© et Batman n’arrivant pas au niveau de la sĂ©rie de Snyder