Accueil > CinĂ©ma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Vol au-dessus d’un Nid de Coucou

Culte du dimanche : Vol au-dessus d’un Nid de Coucou

posté le 10/07/2011 FredP

vol au dessus dun nid de coucou culte

Jack Nicholson est l’un des acteurs les plus fous d’Hollywood et c’est bien avec Vol au-dessus d’un Nid de Coucou qui l’a inscrit dans le marbre. Normal de revenir sur ce film qui a un vrai grain de folie.

vol au dessus d un nid de coucou afficheVol au-dessus d’un Nid de Coucou est la première production de Michael Douglas. C’est son père qui, après avoir jouĂ© dans la pièce Ă  Broadway, lui a transmis les droits du livre de Ken Kesey. Il entame alors le projet de l’adaptation cinĂ©matographique qu’il confie Ă  Milos Forman. Le rĂ©alisateur d’Amadeus n’a pas encore de grand succès Ă  son actif mais peut se satisfaire d’une bonne renommĂ©e grâce Ă  Taking Off.

Le film raconte donc l’histoire d’un prisonnier, apparemment plutĂ´t sain d’esprit, qui se fait interner dans un hĂ´pital psychiatrique pour Ă©chapper aux barreaux de sa cellule. Petit Ă  petit il va se lier avec les autres patients tous très touchant et leur rĂ©vĂ©ler qu’ils ne sont pas malades. Mais très vite il s’aperçoit que l’hĂ´pital est rĂ©git par les règles strictes de l’infirmière Ratched. Des règles qui vont changer avec l’arrivĂ©e de McMurphy et son dĂ©sir de « libĂ©rer»  les patients.

Plusieurs acteurs ont Ă©tĂ© pressentis pour le rĂ´le de McMurphy, de Marlon Brando Ă  James Caan, mais c’est finalement Jack Nicholson qui endosse le blouson de cuir de l’ex-prisonnier. Avec ce rĂ´le, il conforte alors son expertise dans les personnages troublĂ©s, dĂ©rangĂ©s. Il l’Ă©tait dĂ©jĂ  dans Easy Rider, il le confirmera avec Shining, ces rĂ´les sont faits pour lui, au point de s’enfermer dans un hĂ´pital psychiatrique. Nicholson est ici le moteur de la petite rĂ©volution et dĂ©montre un charisme Ă©norme. Si bien qu’il sera rĂ©compensĂ© d’un oscar du meilleur acteur bien mĂ©ritĂ©.

Mais l’acteur n’est pas le seul qui marque les esprits. Il y a bien sur Louise Fletcher qui incarne avec froideur l’infirmière en chef. Mais ce sont les autres patients qu’il faut retenir. En effet, la plupart d’entre eux sont incarnĂ©s par des acteurs inconnus mais qui ne vont pas tarder Ă  faire parler d’eux dans des rĂ´les tout aussi fous. C’est ainsi avec plaisir qu’on dĂ©couvre les dĂ©buts de Danny DeVito, Christopher Lloyd et surtout de Brad Dourif. L’acteur y campe le jeune Billy Bibbit, principale victime de cet enfermement et pourtant tellement attachant.

Avec toute cette Ă©quipe d’acteurs, Milos Forman rĂ©ussi Ă  filmer une dynamique de groupe exceptionnelle. On sent que les acteurs sont tous soudĂ©s et cela renforce notre attachement Ă  ces malades. Et lorsqu’ils sont emmenĂ©s dans la salle pour se faire lobotomiser, les frissons sont lĂ . Car cette lobotomie n’est pas qu’une rĂ©fĂ©rence qu’une solution mĂ©dicale pour soigner les malades. C’est aussi et surtout l’image d’une perte totale de libertĂ©. En effet, par son passage Ă  l’asile, McMurphy montre Ă  tous les patients qu’ils sont responsables de leur libertĂ© et de leurs pensĂ©es. Ils n’ont pas Ă  se laisser dicter leur conduite par une infirmière et peuvent ĂŞtre autonomes.

C’est donc dans cette veine du cinĂ©ma des annĂ©es 70 que se pose Vol au-dessus d’un Nid de Coucou. Celui qui prĂ´ne la libertĂ© physique et mentale, cette libĂ©ration d’un système qui veut nous maintenir enfermĂ© dans un modèle de pensĂ©e dĂ©passĂ©. Milos Forman fait ici passer le message d’une manière formidablement humaine, sans jamais dĂ©nigrer ces malades mentaux qui occupent les hĂ´pitaux. Au contraire, il les humanise et n’en fait pas un pamphlet larmoyant. C’est ce qui fera toute la force du film.

Depuis, le film est devenu un classique des 70′s. Il faut dire que l’accueil critique a Ă©tĂ© formidable et que le Vol au-dessus d’un Nid de Coucou a tout de mĂŞme rĂ©coltĂ© les 5 Oscars majeurs (meilleur film, rĂ©alisateur, acteur, actrice et scĂ©nario adaptĂ©). Encore aujourd’hui il est reconnu comme l’un des meilleur films du cinĂ©ma amĂ©ricain par le public (il se trouve toujours dans le top10 IMDB) et de nombreuses rĂ©fĂ©rence y sont faites dans la culture populaire (les Simpson). C’est tout de mĂŞme fou que ce film soit devenu culte.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 19/07/2011 Ă  11:01 | #1

    Vu sa qualitĂ©, ce n’est pas Ă©tonnant qu’il soit devenu culte ! Ta critique me donne envie de le revoir et de frisonner un bon coup devant certaines scènes choquantes et d’une force inouĂŻe dont celle de la lobotomie ou de fin. Un film grandiose portĂ© par un acteur grandiose et un casting grandiose. Que demander de mieux ?

  2. lindecker
    08/11/2011 Ă  03:45 | #2

    bon soir,en fait je cherche la vraie affiche de ce film telle que je l’ai connue Ă  l’Ă©poque,une collombe au dessus d’une tète cadnassĂ©e,ça vous dit quelque chose? merci