Accueil > CinĂ©ma, Culte du dimanche > Culte du Dimanche : L’Exorciste

Culte du Dimanche : L’Exorciste

posté le 01/11/2009 FredP

exorcist thumb

Nous sommes au week-end d’Halloween, quoi de mieux donc de parler d’un film d’horreur culte. Et de l’un des plus effrayants tant qu’Ă  faire : l’Exorciste.

affiche_exorciste_1973En 1973, un film va traumatiser les spectateurs du monde entier. L’Exorciste dĂ©barque dans les salles et va donner des sueurs froides Ă  plusieurs gĂ©nĂ©rations de spectateurs, du grand au petit Ă©cran.

Il faut dire que cette adaptation du roman de William Peter Blatty est menĂ©e de main de maĂ®tre par un William Friedkin sortant du succès de French Connection. DĂ©jĂ  avant la sortie du film, les Ă©chos d’un tournage infernal ont intriguĂ©s la presse. Il faut dire que les rumeurs parlent de morts sur le tournage, de prĂŞtres venus bĂ©nir le studio, … Mais ce qui sera par contre vrai, c’est que la jeune Linda Blair ne sortira pas indemne du tournage, que William Friedkin n’hĂ©sitera pas Ă  tirer des coups de feu sur le plateau pour surprendre et effrayer les comĂ©diens, que le dĂ©cor de la chambre sera construit dans un frigo pour film la vapeur s’Ă©chappant de la bouche des acteurs …

exorcist_reganMais, au vu du rĂ©sultat, le jeu en valait la chandelle. Le film est une vraie rĂ©ussite. Cette histoire sur la possession et l’exorcisme de la jeune Regan par le père Karras va entrer dans l’histoire du cinĂ©ma. L’atmosphère du film, la tension qui s’en Ă©chappent Ă©touffe vraiment le spectateur qui ne peut s’empĂŞcher de regarder cette perversion de l’innocence de l’enfant par le dĂ©mon. Une descente aux enfers pour la mère et Karras, presque sans espoir de revoir la fillette saine et sauve. Au fur et Ă  mesure la tension monte toujours d’un cran avec des scènes mĂ©morables (de l’urine sur le tapis jusqu’Ă  l’exorcisme final en passant Ă©videmment par les injures, la profanation du crucifix, la tĂŞte qui tourne Ă  360°) mais Ă©galement les plans quasi-subliminaux du dĂ©mon Ă  faire froid dans le dos. De plus, le fait que ce soit une fillette qui soit possĂ©dĂ©e et non un adulte rend cette histoire encore plus sombre qu’elle ne pourrait l’ĂŞtre. Le spectateur se sent donc proche des personnages et vit donc avec eux cette situation insoutenable. Du coup, que l’ont soit pratiquant religion ou athĂ©e, le film marquera les jeunes comme les adultes. Une fois que l’on a assistĂ© Ă  cette expĂ©rience viscĂ©rale, on a du mal a s’en remettre. D’ailleurs, Ă  la sortie du film, les spectateurs Ă©tant peu habituĂ©s Ă  ce type de film Ă  l’Ă©poque, des sacs Ă  vomi seront mĂŞme distribuĂ©s dans les salles, des Ă©vanouissements auront lieu, renforçant ainsi l’aura malĂ©fique du film, et la curiositĂ©.

exorcist_demonLe rĂ©sultat sera 10 nominations aux oscars dont une nomination pour la performance de la jeune Linda Blair (renforcĂ©e par la voix inoubliable de Mercedes McCambridge incarnant le dĂ©mon). C’est Ă©galement des images cultes ancrĂ©e dans la mĂ©moire collective (l’arrivĂ©e du père Merrin figurant sur l’affiche), un thème musical (de Mike Olfield) qui glace le sang. Le film sera mĂŞme l’un des films d’horreur les plus rentables (encore plus avec la ressortie du film en 2001) et les mieux notĂ©s. En effet, il apparait rĂ©gulièrement dans le top 5 des meilleurs films d’horreurs de tous les magazines spĂ©cialisĂ©s (gĂ©nĂ©ralement aux cĂ´tĂ©s des Dents de la Mer, Alien et Psychose)

exorcist_levitationEncore aujourd’hui, avec plus de 35 ans au compteur, la vision de l’Exorciste est assez traumatisante. Au cinĂ©ma ou Ă  la tĂ©lĂ© (pour une grande partie du public actuel, c’est par le biais du petit Ă©cran et de la vidĂ©o que le film sera vu), l’expĂ©rience reste intacte. C’est bien cette obscure force qui fait un film culte.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire