Accueil > Cinéma, Coup de Coeur, Critiques ciné, Evenement > Dragons 3, le monde caché – critique

Dragons 3, le monde caché – critique

posté le 04/02/2019

C’est la fin de l’aventure pour Harold ou Krokmou. La fin d’un récit initiatique parmi les plus épiques et émouvants du cinéma d’animation. Ce Dragons 3 – le Monde Caché est à la hauteur des attentes et termine de belle manière la saga. Sortez vos mouchoirs !

Il y a presque 10 ans, le furie nocturne rencontrait un jeune viking. Ensemble ils allaient convaincre tout le monde qu’humains et dragons pouvaient vivre ensemble. 4 ans plus tard, ils revenaient dans une aventure épique et sombre digne des plus grandes sagas de fantaisy. Et aujourd’hui, ils reviennent enfin, toujours sous la houlette de Dean DeBlois bien décidé à offrir le dernier chapitre de cette fantastique histoire d’amitié.

Dans cette nouvelle aventure, nous retrouvons donc Harold qui doit assumer son rôle de chef d’un village un peut trop surpeuplé de dragons. Avec Krokmou et ses acolytes il continue de libérer les dragons des braconniers et recherche un monde caché dont lui avait parlé son père et qui pourrait être un refuge pour tout le monde. Mais tout cela est précipité quand un nouveau chasseur particulièrement hostile envers les furies nocturnes pointe le bout de son nez, et qu’en plus une furie éclair va faire chavirer le coeur de notre dragons noir préféré.

 

Beaucoup à raconter avant la fin

Autant dire qu’avec ses personnages et les événements, il y a de quoi raconter mais nous allons suivre deux fils principaux qui se rejoignent assez bien dans une narration qui arrive, en peu de temps, à tout lier. D’un côté l’affrontement entre Harold et Grimmel, qui oblige notre jeune viking à assumer ses responsabilités et donc à passer une dernière étape vers l’âge adulte. De l’autre côté, l’émancipation de Krokmou qui va partir à la conquête d’une ravissante dragonne et découvrir le monde caché sur lequel il est appelé à régner.

Beaucoup de choses qui rentrent un peu au forceps dans les 1h35 de film et qui laissent du coup les personnages secondaires sur le carreau (c’est dommage de voir ainsi Astrid toujours secondaire, encore plus pour Valka ou la troupe de compagnons vikings). Les événements sont alors très précipités mais heureusement, cela se fait tout de même avec une belle efficacité, certes de manière moins épique que dans le film précédent, mais on n’oublie jamais l’essentiel, surtout sur le parcours de Harold qui reste définitivement un beau héros au parcours initiatique émouvant.

Tout feu … tout larmes

En effet, les défis qu’affrontent Harold et Krokmou sont à la hauteur de l’aventure. Grimmel est un chasseur surprenant qui arrive à se démarquer du Drago du précédent volet en se montrant encore plus dans l’opposition de notre héros. Nous avons aussi le droit à de bonnes scènes de bataille et surtout de magnifiques séquences qui montrent encore toute la poésie de la saga. La cour de Krokmou pour sa dragonnette est à la fois drôle, mignonne puis vraiment touchante, et la découverte du monde caché superbe, surtout appuyée par la musique épique et romanesque à souhait.

Tout cela pour nous amener à l’un des finals les plus déchirants de ces dernières années. Le réalisateur nous avait prévenus et il a tenu parole, les 10 dernières minutes sont à vous fendre le coeur. Car effectivement, le temps de grandir et donc des séparations est venu. Et le réalisateur met aussi en lumière que l’humanité n’est pas encore prête à refaire une avec la nature. C’est alors un final particulièrement riche qui devrait peut-être même émouvoir plus les parents que les enfants ! 

Bref, vous l’aurez compris, les petites failles de compressions sont largement compensée parce que Dragons 3 a à offrir. Et si le second volet reste le plus épique, cette conclusion est clairement la plus émouvante et offre un final magnifique à l’une des plus belles saga du cinéma d’animation.

publié dans :Cinéma Coup de Coeur Critiques ciné Evenement

  1. Pas encore de commentaire