Accueil > Cinéma, Coup de Coeur, Critiques ciné > Dragons 2, critique

Dragons 2, critique

posté le 26/06/2014 FredP

Harold et Krokmou sont de retour dans une nouvelle histoire de viking qui étend sont univers avec des personnages plus émouvants et des actions plus épiques. Plus qu’un bon film d’animation, Dragons 2 est un grand film d’aventures !

Il y a 4 ans, les studios Dreamworks créaient la surprise ! Au milieu des suites commerciales calibrées de Shrek, Madagascar et autres Kung-Fu Panda sortait Dragons de Chris Sanders et Dean DeBlois. Avec ses images qui faisaient rêver, son sens du spectacle et surtout ses personnages profondément attachants, le film s’est rapidement révélé comme le film le plus aboutit du studio qui pouvait enfin penser à détrôner Pixar sur son propre terrain. Le succès étant au rendez-vous, une suite a évidemment été mise en chantier mais Chris Sanders était parti réaliser de son côté le très réussi Les Croods, Dean DeBlois se retrouve seul à la barre du drakkar !

Nous retrouvons donc Harold et son fidèle dragon Krokmou 5 ans après les événements du premier opus et bien des choses ont changé. Désormais chaque villageois a son prore dragons, des jeux sont régulièrement organisés (le film s’ouvre sur une course de dragons qui ferait pâlir les amateurs de Quidditch) et notre héros est clairement en couple avec Astrid alors que son père n’attend qu’une seule chose, qu’il prenne  ses responsabilités de futur chef. Mais Harold préfère explorer le monde à dos de dragon et découvrir de nouvelles contrées faisant alors la rencontre de nouveaux alliés mais aussi de nouveaux ennemis.

Les premières scènes de Dragons 2 sont à elles seules représentatives de tout le film, à la fois épiques et drôle mais aussi introspectives et avec un vrai sens de la poésie. Tout est posé et nous entrainera pendant 1h45 dans la quête d’Harold pour mieux comprendre son monde et mieux se comprendre lui-même. Car Dragons 2, c’est avant-tout un film centré sur ses personnages plutôt que les scènes d’action ou les gags puérils. Ainsi le film s’aventure cette fois plus en profondeur dans sa trame familiale qui se révèle particulièrement émouvante à de nombreuses reprises, que ce soit dans les retrouvailles qui vont relancer l’intrigue ou dans les événements épiques qui mèneront au final.

La relation entre Harold et son dragon est également bien explorées, allant encore plus  loin dans le thème de l’amitié et développant même la notion d’animal-totem, reflet de sa propre personnalité et donnant alors une profondeur touchante à cette relation. Une profondeur que l’on retrouve également du côte de la relation entre Harold et Astrid qui, pour une fois, n’est pas un enjeu sentimental. Justement, ils sont établis comme un couple qui vit ces aventures et leur relation est parfaitement naturelle, servie par des dialogues d’une belle subtilité (une subtilité que l’on retrouve aussi dans les dialogues des parents du héros).

Les émotions sont donc bien présentes grâce à des personnages fouillés de manière naturelle mais il ne faudrait pas oublier l’action et l’aventure. Et de ce côté là, Dragons 2 fait aussi le plein avec une histoire qui ne peut plus se reposer sur la surprise du premier volet mais qui trouve tout de même encore l’occasion de nous émerveiller lors des séquences de vol ou de la découverte de certains dragons. Le film regorge d’action et de batailles épiques brillamment réalisées (appuyées par la partition parfaite de John Powell) contre un méchant monolithique présent seulement pour souligner les relations qui règne chez nos héros vikings et dragons.

Recelant encore pas mal d’idées sous la botte, Dean DeBlois orchestre donc une grande aventure qui émerveille petits et grands grâce à un humour bien dosé, des émotions à revendre et du spectacle qui assure, le tout avec différents niveaux de lecture. Un cocktail celtique parfaitement réussi qui nous emporte à chaque instant et qui ne demande qu’à être exploré encore davantage dans d’autres aventures du même calibre. Bref, il s’agit là certainement du meilleur film du studio, et même plus, d’un grand film d’aventure, tout simplement.

publié dans :Cinéma Coup de Coeur Critiques ciné

  1. Eric
    27/06/2014 à 20:05 | #1

    Waoua vous avez de la cjance de voir les films 6 mois avant tout le monde !!!

  2. FredP
    27/06/2014 à 20:34 | #2

    oh, juste 15 jours avant, et là c’était une avant-première publique au Champs Elysées Film Festival. Mais c’est vrai que voir les film un peu en avance, c’est chouette :)