Accueil > Cinéma, Critiques Séries > Crawl, critique

Crawl, critique

posté le 20/07/2019

Alexandre Aja revient aux créatures qui mangent tout sur leur passage avec un huis-clos de dents tranchantes. Et si les personnages sont souvent idiots, le divertissement est tout de même diablement efficace.

Apr√®s Horns qui n’a pas eu la reconnaissance m√©rit√©e et le drama La 9e Vie de Louis Drax qui est compl√®tement pass√© inaper√ßu, Alexandre Aja revient au genre qui l’a fait connaitre et pour lequel il s’est montr√© le plus efficace : l’horreur. Et cette fois le pitch est simple : pendant un ouragan en Floride, Hayley doit secourir son p√®re coinc√© dans la cave … le hic … un alligator y a √©lu domicile !

Le frenchie qui nous a donc marqu√© avec Haute Tension et l’excellent remake de La Colline a des Yeux … et en a amus√© beaucoup avec Piranhas 3D est donc bien de retour √† l’horreur visc√©rale et va aussi bien g√©rer la tension que s’amuser dans le gore √† mesure que l’eau monte.

Alexandre Aja sait qu’il a l√† un film concept qui n’a pas besoin de s’√©tendre, de se perdre dans une introduction poussive. Il nous met rapidement dans la temp√™te tout en pr√©sentant son h√©ro√Įne et son trauma en une poign√©e de sc√®nes avant de descendre dans la cave et de la mettre face au reptile particuli√®rement teigneux.

Puis le r√©alisateur profite de son d√©cor changeant pour trouver r√©guli√®rement de nouvelles id√©es, de nouvelles situations pour mettre ses personnages en danger. Plus on avance, plus l’eau monte … et plus on doit monter dans la maison alors que la menace des dents de Floride s’intensifie. D’autant plus que plusieurs personnes vont trouver la mort de mani√®re particuli√®rement violente en s’introduisant dans la baraque, pour le plus grand plaisir des fans de moment trashouilles.

Crawl est ainsi un huis-clos humide qui fait souffrir physiquement ses acteurs (on sent qu’ils se donnent et que les conditions de tournage dans l’eau ne sont pas simples) mais qui, √† l’image, fait transpirer la tension avec un savoir-faire ind√©niable. Les sursauts sont l√† mais on se demande surtout d’o√Ļ viendra la prochaine attaque de l’alligator … voir si il n’y en a qu’un.

Il est par contre dommage d’avoir des personnages particuli√®rement idiots √† suivre. Pendant tout le film, leurs r√©actions face √† la menace sont particuli√®rement b√™tes et on se demande comment ils peuvent survivre aussi longtemps (m√™me si on ne ferait pas forc√©ment mieux). Mais cela n’emp√™che pas le film d’√™tre appr√©ci√© pour ce qu’il est, un survival sans cynisme mais avec ce qu’il faut d’adr√©naline, qui pousse ses personnages √† se d√©passer et se rapprocher. Id√©al pour rafra√ģchir son √©t√© au cin√©.

publié dans :Cinéma Critiques Séries

  1. Pas encore de commentaire

ÔĽŅ