Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Piranha 3D, critique

Piranha 3D, critique

posté le 01/09/2010 FredP

piranha 3D critique film myscreens blog ciné

Ils sont hargneux, moches, mĂ©chants et mangeraient tout et n’importe quoi. Dans Piranha 3D, Alexandre Aja fait ressurgir les petits monstres du passĂ© pour un vĂ©ritable bain de sang.

Vous aimez les jolies filles qui se trĂ©moussent en bikini et la chair fraĂźche ensanglantĂ©e ? Alors Piranha 3D est fait pour vous. C’est Alexandre Aja qui s’attaque au remake du film culte de Joe Dante et si il Ă©tait sĂ©rieux avec le trĂšs sauvage La Colline a des Yeux, il bascule complĂštement dans le 2d voir 3e degrĂ© avec les bestioles affamĂ©es. Il n’y a qu’Ă  voir le scĂ©nario aussi fin que le string de Kelly Brook : comme le veut la tradition du Spring break, une armĂ©e d’Ă©tudiants vient prendre quelques jours de bon temps aux abords d’un lac. Au programme, baignade, sexe, techno, drogues, bref, tout ce qu’on peut imaginer pour qu’ils fassent la fĂȘte dans un Ă©tat second. Mais un sĂ©isme libĂšre des milliers de piranhas prĂ©historiques affamĂ©s qui se rĂ©galeraient bien avec la chair de ces ados.

Bref, point de scĂ©nario ici. Tout au plus allons nous suivre avec plus ou moins d’intĂ©rĂȘt la lutte d’Elisabeth Shue, shĂ©rif de la ville, et de son mĂŽme, embarquĂ© sur un bateau pour le tournage d’un film trĂšs hot contre les voraces bĂ©bĂȘtes aquatiques. Mais Aja ne fait pas mentir la tagline de l’affiche, il y aura bien sea (soleil et Ă©tendue l’eau sont bien lĂ ), sex (il y a assez de fessiers, de boobs et de dialogues crus pour contenter tous ces messieurs) and blood (oui, vous aurez du sang, de la chair mordue, des corps dĂ©coupĂ©s, …), en particulier pendant ce qui constituera le climax du film. Un grand moment de panique sur la plage et de plaisir pour les amateurs de gore. Tout y passe, de la bombe coupĂ©e en deux, aux seins ensanglantĂ©s, jusqu’Ă  la dĂ©captiation, le largage de boyaux et du sachimi fait avec les hĂ©lices de hors-bord. Bref, Aja se fait vraiment plaisir et du coup, le spectateur prend bien son pied devant tout ces Ă©tudiants dĂ©biles qui se font massacrer en masse. Un vrai bain de sang Ă  consommer sans modĂ©ration.

On peut reprocher aux film d’avoir des personnages sans intĂ©rĂȘt mais ils ne sont lĂ  que pour servir de pĂątĂ© Ă  piranha. On remarquera juste Ving Rhames en gros dur qui dĂ©coupe de la poiscaille ou Jerry O’Connell en producteur de films pornos obsĂ©dĂ©s par les attribus de ses naĂŻades Kelly Brook et Riley Steele. MĂȘme Eli Roth participera un moment au concours de t-shirts mouillĂ©s avant de s’exploser la tĂȘte contre un bateau. Mais les deux personnages que l’on retiendra le plus, ce sont Ă©videmment les guests de luxe que sont Richard Dreyfuss (hommage aux Dents de la Mer) et surtout un Christopher Lloyd gĂ©nial qui nous remet en mĂ©moire ce bon vieux cinglĂ© de Doc Brown.

MalgrĂ© tout le plaisir qu’on peut prendre face Ă  ce gore complĂštement second degrĂ©, trois dĂ©fauts sont tout de mĂȘme Ă  relever. Le premier une omniprĂ©sence du sexe qui rendent le film assez lourd et parfois mĂȘme vulgaire. Le second, c’est qu’il est beaucoup trop court (tout juste 1h30) et se termine alors qu’on aurait voulu plus de sang (mais la suite devrait nous satisfaire). Enfin, le troisiĂšme est Ă©videmment la 3D qui, bien qu’elle permette quelques petits effets sympathiques (cĂąble qui vient fouetter le public avant de trancher dans le vif, …), est utilisĂ©e en post-production et ne sert donc pas Ă  grand chose, sans compter les lunette qui assombrissent considĂ©rablement les images de fonds marin (alors on ne distingue plus rien).

MalgrĂ© ça, le plaisir coupable de voir tous ces Ă©cervelĂ©s se faire bouffer vivant a un cĂŽtĂ© jouissif qui ne s’explique pas et met bien en appĂ©tit. En 2 mots, avec moins de cul et plus de sang le contrat aurait parfaitement rempli.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 12/11/2010 Ă  11:23 | #1

    « Vulgaire…»  ??? Oh non Fred, faut pas bouder son plaisir et je ne parle pas d’une insistance priapismique je parle juste de cette dĂ©lectation de voir tous ces jeunes gens dĂ©cĂ©rĂ©brĂ©s, inconscients voire stupides se faire hacher menu pendant 15 minutes de mastication et d’Ă©tripages en rĂšgle. J’ai juste a-do-rĂ© PIRANHA : n’Ă©tant pourtant pas chauvin, c’est peut-ĂȘtre ça la « FRENCH TOUCH» , un film ricain style « American Pie»  sous amphĂ©tamines avec du massacre hyper-sensationnel. Ce PIRANHA 3D est vraiment Ă  consommer sans modĂ©ration tant le spectacle est assurĂ©. Certes, trop court, une histoire un peu maigre et une fin abrupte mais un Jerry O’Connel de gĂ©nie, des BABES de malade (allez, je ne rĂ©prime pas un petit AHHOUGA Kelly BROOKE :) ) et une pĂȘche de malade pendant tout le film (sans mauvais jeu de mot, c’est rare dans les films d’horreur d’avoir du rythme). Un grand oui pour moi !

ï»ż