Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Les Heures Sombres, critique

Les Heures Sombres, critique

posté le 09/01/2018

On pensait qu’un Ă©nième biopic sur ce vĂ©nĂ©rable Winston Churchill serait intĂ©ressant mais purement acadĂ©mique ? C’Ă©tait sans compter sur la rĂ©alisation de Joe Wright qui s’amuse de cet exercice et nous galvanise dans Les Heures Sombres ! Grâce Ă  lui, l’annĂ©e cinĂ©ma commence bien !

Si sa vision de Pan Ă©tait une dĂ©convenue au box office, on ne peu pas nier que le rĂ©alisateur Joe Wright cherche Ă  faire dans le rĂ©cit classique. Toujours Ă  la recherche de nouvelles idĂ©es pour mettre en image des rĂ©cits classiques, il a rĂ©ussi Ă  trenscander son adaptation thĂ©atrale d’Anna Karenine et a marquĂ© les esprits avec son plan-sĂ©quence dans Reviens-moi, sans oublier sa vision conte de fĂ©e de l’espionnage avec Hanna.

Le voir arriver sur un sujet aussi baliser qu’un biopic Ă©pisodique sur Winston Chuchill est donc d’une certaine manière un retour aux sources d’un cinĂ©ma anglais classique et romanesque mais auquel il va appliquer toute sa maitrise de l’image. Et celĂ  commence dès le plan titre avec sa camĂ©ra survolant la chambre du parlement alors que le premier ministre Chamberlain est destituĂ©.

L’histoire des Heures Sombres est donc celle de Winston Churchill s’installant dans le siège du premier ministre alors que le Royaume Uni se demande si il doit envisager un traitĂ© de paix avec Hitler. Et il faudra toute la force de volontĂ© du vieux lion pour s’imposer et emmener le pays avec lui. Car non seulement il n’est pas suivit par son parti et n’est pas forcĂ©ment soutenu par le roi, mais en plus ses Ă©tats de service prĂ©cĂ©dents ne parlent pas pour lui et il doit s’apprĂŞter Ă  prendre une lourde dĂ©cision concernant les soldats anglais piĂ©gĂ©s Ă  Dunkerque (faisant du film un miroir de celui de Nolan).

Un contexte complexe pour un personnage qui ne l’est pas moins puisque le roc est en proie au doute. Ici le monstre sacrĂ© est prĂ©sentĂ© comme un homme drĂ´le, cultivĂ©, qui boit trop et n’en fait qu’Ă  sa tĂŞte. Et Gary Oldman, sous un maquillage bluffant, est assez grandiose pour retranscrire tout le caractère du personnage. L’acteur nous emporte dans la psychĂ© de Churchill et rĂ©ussit Ă  faire passer sans mal toutes les lignes de dialogue avec caractère.

Cependant Wright ne se repose pas seulement sur son atout Oldman. Il va aussi faire de ce qui aurait pu ĂŞtre un biopic poussiĂ©rieux Ă  la gloire d’un personnage et d’un acteur, une vĂ©ritable odyssĂ©e visant Ă  galvaniser les troupes. Avec une foule d’idĂ©es de mise en scène, de cadrage, intimes ou grandiose, il nous emporte dans son sujet, donnant alors Ă  l’histoire classique une modernitĂ© inĂ©dite telle qu’on en reprendrait bien pour 2 autres heures ! Le biopic de chambre devient alors un film historique Ă  suspense qui nous rappelle ce que doit ĂŞtre un homme d’Ă©tat fort et intègre qui agit plus pour l’amour de son pays que de ses propres intĂ©rĂŞts en temps de guerre.

Bref, avec un sujet fort, une mise en scène moderne, un acteur Ă  la hauteur, Les Heures Sombres est un film marquant, intelligent et galvanisant qui introduit l’annĂ©e avec panache !

 

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire