Accueil > CinĂ©ma, Critiques cinĂ© > Batman v Superman, l’aube de la justice, critique

Batman v Superman, l’aube de la justice, critique

posté le 30/03/2016 FredP

La suite de Man of Steel devient l’affrontement des plus grands hĂ©ros de DC comics et l’introduction d’un univers partagĂ© aux grandes ambitions. Zack Snyder a de la pression sur les Ă©paules et a-t-il rĂ©ussi son pari ou Batman V Superman – l’Aube de la Justice a-t-il les yeux plus gros que le ventre ?

Il y a 3 ans, Zack Snyder rĂ©inventait Superman avec un Man of Steel aux aspects inattendus, que ce soit dans le dĂ©veloppement de ses personnages ou dans la destruction monumentale de Metropolis. Qu’Ă  cela ne tienne, il rĂ©cidive avec une suite qui voit le kryptonien opposĂ© Ă  l’autre super-hĂ©ros DC qui a fait les beaux jours de Warner, Batman tout en introduisant l’univers partagĂ© de DC en vue du dĂ©veloppement d’autres personnages et surtout leur rassemblement dans la future Justice League, Ă  l’instar de ce qu’a fait Marvel avec les Avengers.

Batman V Superman commence donc en tirant dĂ©jĂ  les conclusions du final apocalyptique de Man of Steel. En effet, après avoir ressassĂ© encore une fois le meurtre des parents Wayne, nous voyons donc Bruce courir vers l’un de ses immeubles dĂ©truits par l’affrontement entre Superman et Zod, voyant alors les pertes humaines et convoquant Ă  nouveau le fantĂ´me du 11 septembre 2001 dont l’AmĂ©rique ne s’est jamais remise. De lĂ  viendra alors la rancĹ“ur de Bruce Wayne envers l’homme de fer et la menace extra-terrestre qu’il reprĂ©sente. Le dĂ©veloppement de ce Batman plus âgĂ© et plus violent est plutĂ´t bien gĂ©rĂ© dans le scĂ©nario et par un Ben Affleck impeccable de sobriĂ©tĂ©, orientant alors le film vers une tonalitĂ© encore plus sombre que la trilogie de Nolan.

Mais si les choix et le dĂ©veloppement du chevalier noir sont plutĂ´t bien traitĂ©s, le reste ne sera pas du mĂŞme acabit. En effet, le film peine pendant 1h30 d’exposition Ă  avoir une orientation claire, multipliant les scènes sans liant, les discours sans intĂ©rĂŞt d’un Lex Luthor Ă  la folie irritante (Jesse Eisenberg en roue libre), l’introduction maladroite de Wonder Woman et des films Ă  venir (le rĂŞve sorti de nulle part de Bruce Wayne dans le dĂ©sert) et surtout une incomprĂ©hension de tout ce qui entoure Superman pourtant toujours campĂ© par l’impeccable Henry Cavill avec une attachante Amy Adams Ă  ses cĂ´tĂ©s dans le rĂ´le de Lois Lane. En effet, le scĂ©nario et le rĂ©alisateur ne savent pas trop quoi faire de ce personnage d’ordinaire plus lumineux (parfaite opposition Ă  l’obscuritĂ© et aux mĂ©thodes de Batman) qui ne fait ici que tirer la gueule et s’interroger sans cesse sur son rĂ´le sans y croire.

Pourtant, autour de Superman, il y a de belles choses qui sont Ă©voquĂ©es dont une magnifique scène de sauvetage au Mexique qui redonne la majestĂ© qu’il faut au personnage. Il y a mĂŞme les thèmes passionnants du surhomme et de son impact (politique et religieux, positif comme nĂ©gatif) sur l’humanitĂ© et les questions qu’il engendre ou encore la mythologie qui sont Ă©voquĂ©s. Mais malheureusement, cela n’est jamais abouti ou alors abordĂ© avec maladresse et c’est dommage car le film pourrait ainsi bĂ©nĂ©ficier d’une aura encore plus Ă©pique et grandiose. Mais au lieu de cela le film ressasse un Superman inutilement torturĂ© (Batman l’est dĂ©jĂ  pour deux) et des machinations de Luthor sans motivation claire.

Puis arrive enfin dans le dernier tiers l’affrontement tant attendu entre les deux hĂ©ros mais ceux-ci n’ayant pas de motivation vraiment valable (la source mĂŞme de l’affrontement devient mĂŞme assez superficielle), il n’y a pas vraiment d’attachement aux personnages ni mĂŞme de parti pris Ă  avoir d’oĂą un gros dĂ©sintĂ©rĂŞt pour la bagarre en cours. MĂŞme la rĂ©alisation de Snyder est Ă  ce moment lĂ  assez fouillis, avec des scènes d’action parfois assez illisibles. Et cela devient mĂŞme ridicule quand les deux personnages trouvent une raison de finalement devenir en 1 seconde les meilleurs amis du monde. Car oui, il faut bien qu’ils se rabibochent vite fait pour faire face Ă  la menace explosive qu’avait rĂ©servĂ© Luthor et qui nĂ©cessitera l’apparition d’une Wonder Woman badass Ă  souhait dans un dĂ©luge d’effets visuels qui confine Ă  l’overdose, nous orientant vers l’un des arcs les plus importants de Superman mais qui n’en dĂ©veloppera malheureusement pas l’impact Ă©motionnel Ă  cause du dĂ©veloppement laborieux qui aura prĂ©cĂ©dĂ©.

Blockbuster exigeant et passionnant par ses bribes de thèmes proposĂ©s et une version sans concession du chevalier noir, Batman v Superman se perd malheureusement rĂ©gulièrement dans un scĂ©nario bordĂ©lique qui doit mixer sans y arriver l’univers de Batman, la personnalitĂ© Ă  part de Superman, les menaces de Luthor, les impĂ©ratifs de franchise et des Ă©lĂ©ments spectaculaires. Il en ressort un film avec autant de bons moments que d’autres plus pathĂ©tiques, un film inĂ©gal qui trouvera peut-ĂŞtre plus de justesse en version longue oĂą Ă  la vision des films qui suivront, mais cela ne va pas empĂŞcher cette affrontement mythique attendu de cartonner dĂ©jĂ  au box office.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 31/03/2016 Ă  19:39 | #1

    tu as exactement dit ce que je pense…

  2. 18/04/2016 Ă  13:58 | #2

    Un peu fouilli dans son montage mais Snyder réussit son pari. Vivement la suite