Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > Daredevil saison 2, critique

Daredevil saison 2, critique

posté le 01/04/2016

Après une première saison rĂ©ussie, Daredevil est de retour sur Netflix accompagnĂ© cette fois d’Elektra et du Punisher … alors la suite est-elle Ă  la hauteur ? AssurĂ©ment !

Première pierre de l’Ă©difice Marvel sur Netflix devant dĂ©boucher au final sur les Defenders, Daredevil a eu un tel succès qu’une seconde saison voit dĂ©jĂ  le jour avant mĂŞme de rĂ©unir l’homme sans peur avec Jessica Jones, Luke Cage et le futur Iron Fist ! Il faut dire que la première saison de tĂŞte Ă  cornes Ă©tait une vĂ©ritable rĂ©ussite avec son hĂ©ros torturĂ©, son bad guy fascinant et sa rĂ©alisation impeccable pour mettre en valeur les dilemmes autant que les combats physiques du hĂ©ros. Le dĂ©fi de la seconde saison est donc de maintenir le cap qualitatif tout en introduisant de nouvelles choses, mais avec de nouveaux showrunners puisque Steven DeKnight s’envole vers d’autre horizon, laissant la place Ă  Doug Petrie et Marco Ramirez.

Mais que pouvaient bien raconter les 2 auteurs ? En effet, Ă  la fin de la première saison, Daredevil a mis le CaĂŻd sous les barreaux, s’est offert un nouveau costume, a mis fin Ă  la pègre et a embrassĂ© la mission qu’il s’est donnĂ©, veiller sur le quartier de Hell’s Kitchen. Que peut-il se passer ensuite ? Et bien un nouveau trouble-fĂŞte dĂ©barque pour faire le mĂ©nage dans les gangs qu’il reste. Son nom : Franck Castle. VoilĂ  donc Daredevil qui va devoir faire face Ă  un justicier qui a le mĂŞme but que lui mais au code moral bien diffĂ©rent, n’hĂ©sitant pas Ă  massacrer les personnes qu’il jugera coupables. Notre cher Matt Murdock commence donc Ă  voir les failles de sa mission et se met forcĂ©ment Ă  douter et cherche le bien fondĂ© de son action. D’autant plus qu’une ancienne amante revient en ville avec son propre grain de folie, une certaine Elektra.

Dès les premiers Ă©pisodes de cette nouvelle saison, Matt Murdock (toujours impeccable et investi Charlie Cox) est donc mis Ă  mal moralement, laissant ses failles apparaĂ®tre face Ă  des personnages plus jusqu’au boutiste que lui. Et en ce sens, si il n’a pas de vĂ©ritable ennemi cette saison, les diffĂ©rents protagonistes gagnent tous en ambiguĂŻtĂ© et en premier les nouveaux venus. Franck Castle dĂ©bute donc ici son parcours pour devenir le Punisher de manière plus que convaincante, avec un Jon Bernthal volant en partie la vedette au hĂ©ros et dĂ©veloppant un personnage complexe qui pourrait bien avoir sa propre sĂ©rie alors que la frenchie Elodie Yung s’en sort formidablement bien en vĂ©nĂ©neuse Elektra, sĂ©duisant Matt pour tenter de l’embarquer sur un chemin qu’il ne souhaite par suivre et auquel il doit rĂ©sister pour affronter ce code moral douteux qu’il ne souhaite pas accomplir, l’avocat en lui ayant tout de mĂŞme toujours un certain sens de la justice mĂŞme si il sait que celle-ci est corrompue.

A cĂ´tĂ© de ce trio de combattant, il ne faudrait pas oublier les 2 personnages secondaires que sont Foggy et Karen. Alors que le premier a du mal Ă  se faire Ă  l’identitĂ© secrète de son meilleur ami, la seconde entame une romance avec Murdock tout en enquĂŞtant peut-ĂŞtre plus que de raison sur Franck Castle pour qui elle Ă©prouve une certaine comprĂ©hension naĂŻve. Les deux s’avèrent bien plus fouillĂ©s que dans la première saison et Ă©voluent pour donner encore un peu plus de densitĂ© et d’attachement au show.

On l’a vu les personnages sont bien le premier attrait de Daredevil, tous complexes Ă  souhait, mais il ne faudrait pas oublier qu’il s’agit aussi d’un show dont on attend de l’action. Et de ce cĂ´tĂ© lĂ , on sera servi. En effet, la sĂ©rie s’avère bien plus rythmĂ©e que lors de la première saison avec des sĂ©quences de combat toujours aussi efficaces et intenses (notamment un combat en faux plan sĂ©quence dans une cage d’escalier qui met encore la barre au dessus par rapport Ă  la scène du couloir de la première saison). On pourra reprocher Ă  la sĂ©rie de tourner en rond Ă  certains moments autour de ce thème du code moral Ă  adopter par le hĂ©ros et une dimension lĂ©gèrement fantastique apportĂ©e par La Main qui vient un peu comme un cheveu sur la soupe dans les derniers Ă©pisodes mais ce la n’empĂŞche jamais d’enchaĂ®ner les Ă©pisodes Ă  vitesse grand V tant on a envie de savoir ce qui va arriver aux personnages que l’on a bien appris Ă  aimer et que l’on veut bien suivre encore quelques saisons. Donc vivement la prochaine.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Pas encore de commentaire