Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Oblivion, critique

Oblivion, critique

posté le 12/04/2013 FredP

Premier film de la vague SF de l’annĂ©e, Oblivion Ă©tait attendu au tournant et malgrĂ© sa maitrise technique, c’est la grande dĂ©ception.

Joseph Kosinski Ă©tait entrĂ© par la grande porte hollywoodienne avec Tron L’hĂ©ritage, faisant preuve d’une vĂ©ritable ambition graphique et les rĂ©sultats en demi-teinte du film n’ont pas entamĂ© son enthousiasme. Ayant convaincu sur le plan purement technique, il a alors pu proposer un projet qui lui tenait Ă  cĹ“ur depuis quelques annĂ©es, l’adaptation de son propre comic book futuriste, Ă  un Tom Cruise Ă  la recherche de projets toujours originaux.

Le rĂ©sultat, c’est Oblivion, un film Ă  l’ambition palpable qui voit un rĂ©parateur de drones (Tom Cruise donc) Ă©voluer seul avec sa coĂ©quipière dans un monde en ruines, transformĂ© par les catastrophes subies après une attaque extra-terrestre qui a fait fuir l’humanitĂ©. Le rĂ©alisateur va alors tenter de nous embarquer dans un rĂ©cit SF qui va forcĂ©ment flatter la rĂ©tine mais malheureusement va rapidement tourner Ă  vide.

Évidemment, d’entrĂ©e de jeu, il sera impossible de nier la beautĂ© plastique d’Oblivion. Celui qui avait modernisĂ© l’univers de Tron de bien belle manière nous prĂ©sente ici un monde en ruine qui rĂ©serve son lot de belles images, parfaitement cadrĂ©es d’un monde oĂą la nature a enseveli les paysages urbains. Une nouvelle vision de la Terre s’offre alors Ă  nous comme une carte postale inĂ©dite et apocalyptique de New-York comme on ne l’a jamais vue au cinĂ©ma. Encore une fois, le design Ă©purĂ© du film (que ce soit les paysages limite dĂ©sertiques, les drones, le vaisseau ou l’appartement dans lequel vit notre couple de hĂ©ros) est parfaitement maĂ®trisĂ© par un rĂ©alisateur purement plastique qui connait son travail sur l’image et le son (et il le prouve mĂŞme avec quelques rares sĂ©quences d’action bien calibrĂ©es).
Car la BO composĂ©e par les frenchies de M83, bien que trop proche de ce qu’avaient dĂ©jĂ  fait les Daft Punk sur Tron Legacy, nous immerge tout de mĂŞme bien dans cette ambiance atmosphĂ©rique.

Mais malheureusement, au delĂ  de cette maitrise purement graphique, le rĂ©alisateur rame avec une histoire et des personnages qui ne tiennent jamais la longueur. En effet, le rĂ©cit rĂ©vèle tout de suite sa vacuitĂ© devant le nombre d’influences flagrantes qui sont portĂ©es Ă  l’Ă©cran. Tous les classiques de la SF y sont mĂŞlĂ©s de manière maladroite pour aboutir Ă  une Ă©criture bancale, sans enjeux, mal rythmĂ©e et surtout cousue de fil aussi blanc que la combinaison de Tom Cruise.
C’est bien simple, le rĂ©alisateur prend le spectateur tellement par la main en rĂ©pĂ©tant 15 fois la mĂŞme chose et en les soulignant  Ă  chaque fois (multipliant les flash back) que nous avons finalement devinĂ© toutes les rĂ©vĂ©lations avec 30 minutes d’avance. Il nous reste alors juste Ă  cacher un fou rire lorsque le twist se rĂ©vèle devant le ridicule de la chose.

Et l’histoire bancale n’est malheureusement pas rattrapĂ©e par les personnages. En effet, ceux-ci se rĂ©vèlent inintĂ©ressants du dĂ©but Ă  la fin. D’emblĂ©e Tom Cruise accapare l’Ă©cran avec un personnage pour qui on ne ressent que rarement de l’Ă©motion et cela ne va pas aller en s’arrangeant puisqu’au fur et Ă  mesure des rĂ©vĂ©lations Ă  venir, on s’en dĂ©tachera encore plus. En soit, l’acteur n’est pas mauvais mais il donne plus l’impression de faire ce qu’il peut pour sauver ce rĂ´le mal Ă©crit.
CĂ´tĂ© casting fĂ©minin, ce n’est pas mieux puisque Olga Kurylenko et Andrea Riseborough sont rĂ©duites aux simples rĂ´les de potiches sans arrĂŞt ignorĂ©es par Tom Cruise. Enfin nous passerons sur le ridicule de Morgan Freeman dont l’apparition est tout juste digne d’un camĂ©o.

On l’attendait au tournant et si Kosinski confirme sa maĂ®trise technique et sa volontĂ© louable de faire de la SF ambitieuse, malheureusement, Oblivion déçoit grandement. Car le vernis se craquèle bien vite pour laisser apparaitre toutes les failles de son rĂ©cit aussi fade et transparent que son univers est propre, vide et ne nous implique jamais. Dommage.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Christophe
    15/04/2013 Ă  01:09 | #1

    Oblivion est clairement un film qui prendra sa place dans les films de SF cultes. On commence Ă  la voir dĂ©jĂ  dans le dĂ©calage qu’il y a entre les critiques des spectateurs et celles de la presse. Mais bon, je suis prĂŞt Ă  prendre les paris que la presse virera sa cutie rapidement.

    Premièrement, le monde dĂ©crit est superbe et immersif; on ne se lasse pas de voler avec Tom Cruise dans ce petit engin de vol tout simplement gĂ©nial, ou de gouter aux plaisir de la maison « dans le ciel» , Ă  dĂ©faut de pouvoir goĂ»ter Ă  Tom pour les unes, ou Andrea pour les autres.

    Ensuite, la trame. DĂ©solĂ© mais après les bouses Prometeus, les mievreries Marvel (Nolan ou pas Nolan) et bien Oblivion est de loin le film qui s’en sort le mieux avec son scĂ©nario depuis bien longtemps. Et s’il est vrai que ce film en rappelle plein d’autres, c’est Ă  d’autres monuments de la SF qu’il fait ses emprunts et il le fait bien.

    Les drones vous font froid dans le dos comme les machines de la guerre des mondes; d’autres penseront Ă  Robocop (mais je n’aime pas Robocop)

    Pendant le film on pense Ă  la porte des Ă©toile, Ă  HAL de 2001 OdyssĂ©e de l’espace, Ă  Predator Ă©videmment, Ă  Star Wars etc, etc. Bref, Ă  plein de bons moments.

    Ce film est une réussite. Il faut aller le voir. En salle.

  2. FredP
    15/04/2013 Ă  17:32 | #2

    Merci pour cet avis … totalement Ă  l’encontre de la critique.
    Peu de chance que je change d’avis. En effet le monde dĂ©crit est superbe mais sacrĂ©ment vide, autant que les personnages qui ne dĂ©gagent rien. MĂŞme Prometheus Ă©tait plus intĂ©ressant dans les thèmes qu’il tentait d’aborder et ce ne sont pas les emprunts aux multiples film de SF cultes bien plus rĂ©ussis qui donneront un semblant de personnalitĂ© Ă  Oblivion. Au passage, regardez Moon et vous aurez dĂ©jĂ  tout Oblivion avec moins de budget et plus de savoir faire

  3. Eva
    15/04/2013 Ă  19:32 | #3

    Alors moi je me situe entre vous deux! :p J’ai retrouvĂ© certains thèmes chers Ă  des auteurs de SF ou d’anticipation assez connus comme Dick et Matheson par exemple. Nous avons lĂ  certains aspects de la condition humaine, les principales questions sur ce qui fait de nous des ĂŞtres humains et c’est très apprĂ©ciable car, pour le coup, je pensais aller voir un bĂŞte film d’action, mais finalement il est plus sensible que je ne l’espĂ©rais, les dĂ©cors sont splendides et la mĂ©lancolie qui s’en dĂ©gage est exacerbĂ©e par une BO sublime et Ă©motionnellement passionnante. MalgrĂ© tout cela, des incohĂ©rences subsistent, les personnages qui auraient pu ĂŞtre plus mĂ©taphysiques sont survolĂ©s malheureusement et contribuent Ă  rendre un scĂ©nario faible qui aurait pu gagner en philosophie et participer Ă  dĂ©velopper l’intelligence du film. LĂ  pour le coup c’est rappĂ© et difficilement pardonnable :/ Pour rĂ©sumĂ© j’ai trouvĂ© ce film très touchant malgrĂ© ses dĂ©fauts, il aurait certainement mĂ©ritĂ© d’ĂŞtre dĂ©veloppĂ© en ce sens, mais j’ai l’impression que le rĂ©alisateur a voulu tellement montrer d’aspects qui lui tenaient Ă  cĹ“ur qu’il en a oublier l’essentiel. J’ai malgrĂ© tout aimĂ© car j’ai retrouvĂ© quelques thèmes chĂ©ris de la littĂ©rature SF ce qui a fait vibrer en moi la corde sensibles du souvenir :)

  4. 16/04/2013 Ă  11:52 | #4

    Beaucoup aimĂ©, mais il faut avouer que le scĂ©nario est un peu bancal… 2/4

  5. Le Boucher
    18/04/2013 Ă  08:31 | #5

    slt, comme tous les films amĂ©ricains, c’est fait Ă  la va-vite, Ă  coups de millions de dollars, ils se sont spĂ©cialisĂ©s dans la production de masse, 1500 films par an ça cause.. mais pour ce qui est de la qualitĂ© je pense qu’ils ne savent plus faire du bon cinĂ©ma, ça fait bien 10 ans que ça tourne en rond lĂ -bas, après j’attends de le voir pour Ă©mettre un avis, mais avec tom cruise je ne m’attends Ă  rien. Pour les fans de SF, la dĂ©ception risque d’ĂŞtre grande avec les nouveaux Star Wars qui s’annoncent Ă©galement.

  6. 21/04/2013 Ă  23:06 | #6

    Je suis entièrement d’accord avec la critique. Ce n’est pas forcĂ©ment un mauvais film; mais il est loin de jouer dans la cour des grands.

    Si au niveau visuel, Kosinski a fait un travail magnifique, on sent que cela a Ă©tĂ© fait au dĂ©triment de l’histoire et des personnages pour lesquels on ressent finalement bien peu d’empathie. Le rĂ©alisateur se concentre trop sur les diffĂ©rents design et les environnements.

    De plus, on n’est déçu que le thème du film sur la mĂ©moire ne soit rĂ©duit qu’Ă  un vulgaire speech de la part du personnage de Malcom, des logs audio et des flash back sans grand intĂ©rĂŞts ( la rencontre avec le vaisseau alien par exemple ).

    L’histoire aurait pu, aurait du ĂŞtre meilleure. Et certaines questions ne seront jamais rĂ©solues, vu que c’est le genre de film pour lequel on ne fait pas de suite ( L’entitĂ© dans le vaisseau ? Ses origines ? Ses rĂ©elles raisons de devenir une mangeuse de planète ? )

    Dommage. Prions que Kosinski ne fasse pas la mĂŞme chose avec Tron 3.

  7. 24/04/2013 Ă  09:59 | #7

    Très beaux effets spĂ©ciaux, belle histoire mais une fin incomprĂ©hensible … Enfin, c’est mon avis !

  8. 09/09/2014 Ă  20:45 | #8

    Film absolument superbe , dĂ©cor sublime , musiques , sons ,engin exct … fantastique. L’histoire est tout bonnement crĂ©dible (dommage pour ceux qui non rien compris ).
    Je rĂ©ve d’un Oblivion 2 ou le tec 52 rencontrera d’autre tec(ceux qui ne sont plus sĂ©parĂ© par les barrières de radiation factice ) sur le restant de la terre , puisque le Tet est dĂ©truit (vous vous y retrouver ????).Franchement je le garde dans ma collection en bonne place avec blade runner , 2001 odyssĂ©e , riddick , prĂ©dator , terminator alien exct …