Accueil > CinĂ©ma, Critiques cinĂ©, Festivals > L’Etrange Festival 2011 – Episode 6

L’Etrange Festival 2011 – Episode 6

posté le 13/09/2011 FredP

etrange festival episode 6 Drive Man from nowhere don't be afraid of the Dark

VoilĂ , nous touchons Ă  la fin de l’Étrange Festival 2011. Un cru mitigĂ© entre films qui n’apportent rien et d’autres qui dĂ©gagent une puissance d’Ă©motion et/ou une maitrise technique impressionnante. Voici donc les 3 derniers films vus dans le cadre un peu barjo de ce festival qui s’est dĂ©roulĂ© dans la bonne humeur : le très attendu Drive, the Man from Nowhere et Don’t be Afraid of the Dark.

Drive-affiche

C’Ă©tait sans doute le film le plus attendu et le plus couru du festival. Avec son prix de la mise en scène Ă  Cannes, le Drive de Nicolas Winding Refn suscitait beaucoup de curiositĂ© avec une grande salle pleine Ă  craquer. Mais le rĂ©alisateur ne l’a pas volĂ©. Avec un scĂ©nario accessible (simpliste diront les plus exigeant) Ă  base de chauffeur pour truands qui cherche Ă  protĂ©ger sa voisine, il arrive Ă  nous embarquer dans un univers personnel et Ă  nous imposer d’emblĂ©e un hĂ©ros aussi discret et mĂ©lancolique que charismatique (Ryan Gosling, impeccable). Alors que le film aurait tournĂ© en banale commandes dans les mains d’un yes-man, le rĂ©alisateur de Bronson emmène le genre dans des contrĂ©es inconnues et parle Ă  notre inconscient. Avec une musique 80′s Ă  tomber et des images toutes aussi belles, il nous embarque dans une virĂ©e Ă©poustouflante. C’est bien simple, en ressortant d’une film, on n’a qu’une seule envie, le revoir et se prendre pour le hĂ©ros du film au volant. AssurĂ©ment l’un des meilleurs films de l’annĂ©e.

Pour la dernière journĂ©e Ă©tait prĂ©sentĂ© le corĂ©en The Man From Nowhere qui vient justement de sortir en dvd. Et rien de neuf sous le soleil de la CorĂ©e du sud puisque nous avons encore une fois droit Ă  une histoire d’enlèvement (une petite fille) par de mĂ©chants truands. Et son voisin va partir Ă  sa recherche en ne laissant derrière lui que des cadavres. Il y a ici plus de Taken que de Drive dans the Man from Nowhere qui aligne des personnages et situations que l’on a l’impression d’avoir dĂ©jĂ  vu nombre de fois dans ce cinĂ©ma choc. MalgrĂ© tout, le film se regarde sans dĂ©plaisir et les combats sont assez exaltants (en particulier un duel au couteau avec quelque plans en vue subjective) pour suivre l’histoire.

Don't be afraid of the Dark

Enfin vient le temps de clĂ´turer le festival. Et après la remise des prix rĂ©compensant deux courts-mĂ©trages Ă©tranges et le film Bullhead c’est donc Ă  Don’t be afraid of the Dark que revient la lourde tâche de terminer cet Étrange Festival sur une bonne note. La production de Guillermo del Toro Ă©tait attendues et toutes les recettes sont lĂ , de l’enfant seule face aux monstres aux jardins Ă©tranges en passants par les crĂ©atures anciennes Ă©trangères Ă  la surface. Malheureusement, tous les poncifs sont Ă©galement de la partie (les ombres, les sursauts, la malĂ©diction sur la maison remontant Ă  des dizaines d’annĂ©es, la musique, l’enfant que personne ne croit, le psy qui trouve une explication rationnelle). Du coup, l’ensemble est d’une facture classique Ă  tomber et sans la magie que peut vraiment apporter Guillermo. Don’t be afraid of the Dark reste donc un film avec très peu de surprises mais qui arrive par moments Ă  faire l’affaire. Dommage qu’il manque de personnalitĂ© et d’originalitĂ©.

publié dans :Cinéma Critiques ciné Festivals

  1. Pas encore de commentaire