Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Fright Night, critique

Fright Night, critique

posté le 14/09/2011 FredP

fright night critique

Un vampire pour voisin, c’est soit über-cool soit mortellement dangereux. En 1985, on en faisait l’expérience dans Vampire vous avez dit vampire ?. Aujourd’hui on la retente dans Fright Night.

fright night afficheDans la vague des remakes que l’on n’attendait pas vraiment, et pour profiter un peu de la folie autour des vampires, voici maintenant venir Fright Night. En 1985, le petit film Vampire vous avez dit Vampire ? renouvelait un peu le genre en important un vampire en banlieue mais restait tout de même un film sacrément anecdotique. Aujourd’hui, alors que les vampires font partie du quotidien (Twilight, True Blood) et que nous sommes en plein dans un revival de l’esprit banlieue des 80′s (Super8), il est finalement logique que l’anecdote ait donc droit à son remake au goût du jour.

C’est donc Craig Gillepsie qui a choisi de réaliser ce remake, épaulé par l’une des scénaristes de Buffy, Marti Noxon. Tout de suite nous voilà plongés en plein dans une banlieue artificiellement créée non loin de Las Vegas. Vous savez, ces banlieues dont les maisons sont toutes identiques, bien alignées à l’infini, sans personnalité. Nous y voilà et le jeu Charley commence à comprendre que son nouveau voisin est un vampire. Il va alors tout faire pour protéger sa mère et sa girlfriend de ce voisin qui ne manque pas de mordant. Côté ambiance, ça marche pas mal, on retrouve bien l’esprit banlieue et le ton respire celui qu’on pouvait retrouver à l’époque.

On aurait pu s’attendre à ce que le film repose entièrement sur un Colin Farrell qui aurait fait son show. Ce n’est finalement pas le cas. Loin de partir en roue libre (comme dans Daredevil & co), l’acteur reste plutôt dans le registre du mystère sulfureux et animal pour naviguer à l’aise entre sex appeal et dangerosité. C’est plutôt Anton Yelchin qui assure en face et se révèle avoir le charisme suffisant pour porter le film sur ses épaules. A ses côté, Imogen Poots endosse le rôle de la girlfriend blonde mais pas potiche et le geek de service est interprétés par Christopher Mintz-Plasse (qui ne changera donc jamais de rôle). Heureusement que David Tennant est là pour reprendre le rôle de Peter Vincent, bien plus rock and roll que dans la version originale.

D’ailleurs la différence drastique de caractère de Peter Vincent n’est pas la seule nouveauté du scénario. Si on conserve la scène de la boite de nuit (plutôt en clin d’oeil) et le gros de l’histoire, pas mal de détails de l’histoire sont changés comme le caractère de Charley, plus populaire que dans l’original, la solitude du vampire Jerry, le rapport entre Charley et son pot Ed … Le réalisateur actualise un peu la trame du film de 85 sans pour autant la trahir afin de nous réserver quelque petites surprises.

Pour autant, le film n’apporte pas spécialement plus de choses que le film original au mythe du vampire et ne fait que ressasser des thèmes aujourd’hui évoqués mille fois dans d’autres films. Il arrive heureusement à donner assez de rythme pour ne pas s’ennuyer et passer un agréable moment. Malheureusement cela est tout de même gaché par une 3D qui aurait pu être sympathique (d’ailleurs certains effets font preuve d’une certaine bonne volonté). Mais on se demande tout de même pourquoi faire un film en 3D lorsqu’il se déroule presque intégralement de nuit. Du coup, il faut vraiment se concentrer pour distinguer ce qu’il se passe dans bon nombre de scènes.

Au final ce remake de Vampire vous avez dit vampire se révèle tout aussi anecdotique que son grand frère. Un diverstissement qui se laisse regarder sans déplaisir mais qui sera vite vu et vite oublié.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 21/09/2011 à 09:27 | #1

    Le vrai problème du film c’est que jamais le réalisateur ne parvient à choisir un point de vue ; comédie, vrai film de vampire, satire… etc… ?! Réalisateur de deux bons films plutôt fins (« Une fiancée pas comme les autres»  et « Monsieur Woodock» ) Craig Gillepsie se plante en jouant sur une grosse artillerie sans finesse aucune. Ne parlons pas des dialogues inepte et sans saveur ; faut entendre cette réplique stupide du vampire après avoir détruit la maison ! 1/4