Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Another Earth, critique

Another Earth, critique

posté le 25/10/2011

another earth critique

Another Earth est un film atypique, un puzzle, un drame nimb√© de SF touchant, plein d’id√©e mais maladroit duquel √©merge un talent √† suivre, Brit Marling.

another earth afficheRhoda est une jeune √©tudiante dou√©e. Alors que l’on d√©couvre une seconde Terre, miroir de notre plan√®te, elle heurte une voiture. Pendant longtemps la culpabilit√© va la ronger. Voil√† l’histoire √©crite par le jeune r√©alisateur Mike Cahill et l’actrice Brit Marling. Dot√© d’un petit budget de film ind√©pendant, Another Earth se dirige donc plut√īt vers le drame que vers la SF. La d√©couverte de cette seconde Terre n’est ici que pour apporter une r√©flexion philosophique sur la possibilit√© que les √©v√©nements que nous vivons peuvent se d√©rouler autrement dans une autre vie et mettre en relief ce sentiment de culpabilit√© qui occupe l’esprit de Rhoda.

C’est √† un v√©ritable drame que nous avons √† faire ici. Une histoire touchante et ambig√ľe dans laquelle l’ex-√©tudiante va se lier avec la victime de l’accident qui a perdu femme et enfant. Plus elle entre dans l’univers de cet homme qui a tout perdu, plus le poids de la culpabilit√© va la ronger mais c’est aussi en se rencontrant qu’ils vivent tous les deux un moment fugace de bonheur.

Another Earth est ainsi rempli de belles sc√®nes qui donnent une sensibilit√© unique au film. Comme ce moment o√Ļ Rhoda √©crit des lettres dans la main d’un membre de son entourage. Tellement touchant, mais aussi tellement myst√©rieux. Mike Cahill laisse un voile brumeux habiter le film, comme si il ne voulait pas tout r√©v√©ler, comme si ce qu’il montrait restait flou, mais on peut tout de m√™me y voir quelque chose. Rempli d’id√©es, souvent tr√®s belles, le film l’est assur√©ment. Malheureusement, leur mise en place est parfois, souvent m√™me, maladroite. Les sc√®nes sont comme les pi√®ces d’un puzzle qui ont un peu de mal √† s’assembler et ne sont pas sp√©cialement servies par la cam√©ra instable du r√©alisateur qui a du mal √† cadrer.

Et une fois les pi√®ces du puzzle assembl√©es, on s’aper√ßoit que l’image form√©e n’est pas compl√®te. Le film lance ainsi des id√©es int√©ressantes, en particulier cette seconde Terre, mais ne va jamais au bout. D’une mani√®re insaisissable, le film se termine alors qu’il commence juste √† d√©voiler tout le potentiel de sa r√©flexion. Puisqu‘il refuse de s’offrir au spectateur, c’est √† celui-ci que revient la t√Ęche de combler les morceaux. Il est vraiment dommage que le moment attendu au final soit ainsi laiss√© en suspend pour nous laisser dans le flou total, perdu au milieu du brouillard.

Mais de ce brouillard √©merge une figure, celle de Brit Marling. Alors qu’elle a particip√© √† l’√©criture du sc√©nario, elle joue donc le personnage principal de ce drame et √©claire le film par sa pr√©sence. Innocente, r√™veuse, coupable, d√©pressive, l’actrice fait ressortir toutes les √©motions de son personnage √† fleur de peau, d’une sensibilit√© tr√®s touchante et loin des clich√©s de l’ado √† probl√®me. Elle est la v√©ritable r√©v√©lation de Another Earth et nul doute que nous pr√™terons une attention particuli√®re √† l’avanc√©e de sa carri√®re.

Au final, si Another Earth d√©gage d’excellentes pistes de r√©flexion et nous touche par sa sensibilit√©, il laisse tout de m√™me un sentiment d’inachev√©, de frustration face au potentiel qui reste inabouti mais dont ressort la gr√Ęce de Brit Marling.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 25/10/2011 à 16:06 | #1

    Un bien joli film, doux, amer et poétique.

ÔĽŅ