Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Prince of Persia, la critique

Prince of Persia, la critique

posté le 24/05/2010 FredP

Prince of Persia les sables du temps myscreens critique film cinema blog

Les adaptations de jeu vidĂ©o sont en gĂ©nĂ©ral risquĂ©es et cette fois c’est Prince of Persia qui relĂšve le dĂ©fi pour un pur divertissement complĂštement raccord avec la charte Disney.

AprĂšs Pirates des CaraĂŻbes et Benjamin Gates, l’association Jerry Bruckheimer (le nabab producteurs des films d’action purement hollywoodiens et instigateur de la carriĂšre d’un certain Michael bay) et les studios Disney se lancent dans une nouvelle aventure exotique. Et pour rameuter un max de gens dans l’univers de la perse fĂ©Ă©rique, autant prendre une licence bien connue, celle du jeu vidĂ©o Prince of Persia – les Sables du Temps.

Le jeu vidĂ©o crĂ©Ă© en 1989 par Jordan Mechner sert donc de trame de base au film exĂ©cutĂ© par Mike Newell (on ne va pas dire qu’il l’a rĂ©alisĂ© quand mĂȘme, ce serait un peu trop estimer son implication dans le film) sur le prince bondissant. Une vague histoire de guerre, de princesse et de prince, sans oublier une dague lĂ©gendaire permettant de remonter dans le temps pour expier ses fautes. Alors on ne va pas aller chercher trop loin du cĂŽtĂ© du rĂ©cit, ni du cĂŽtĂ© des personnages mais en tout cas, nous avons droit Ă  un divertissement des familles pas trop mal troussĂ© qui permet de passer un bon moment.

Donc oui, l’histoire est attendue (oui, un happy-end et une gentille histoire de fraternitĂ©), les personnages pas trop dĂ©veloppĂ©s et assez clichĂ©s (le prince au grand coeur, la princesse casse-pied qui vont Ă©videmment tomber amoureux), les acteurs pas vraiment typĂ©s perse,  la rĂ©alisation pas trop violente (non, pas une goutte de sang, et puis restons chastes), mais aprĂšs tout, on le sait avant mĂȘme d’entrer dans la salle, il s’agit d’une production Disney, normal que le film rĂ©ponde au cahier des charges. Et puis arrĂȘtons un peu de le comparer Ă  Pirates des CaraĂŻbes qui fait un peu figure d’exception dans l’univers aseptisĂ© Disney, mĂȘme si on peut ici parler d‘un petit message politique (oui, on peut penser Ă  ces fameuses armes de destruction massive cachĂ©e …).

Une fois le cahier des charges lu, il ne nous reste plus qu’Ă  apprĂ©cier le divertissement. Pendant prĂȘt de 2h on part donc en Perse lĂ©gendaire pour admirer les exploits de Jake Gyllenhaal qui, sous ses nouveaux airs bodybuildĂ©s, s’amuse comme un vrai gamin dans le rĂŽle du prince fougueux et porte bien le film. Gemma Arterton reprend le mĂȘme rĂŽle que dans le Choc des Titans (celui de la potiche mais auto-bronzĂ©e Ă  mort pour cette fois) et Ben Kingsley le mĂȘme rĂŽle qu’Ă  chaque fois qu’il est embauchĂ© dans un film Ă  gros budget (celui du mĂ©chant qui cabotine). Ce qui Ă©tonnera plus, c’est la prĂ©sence d’Alfred Molina dans un rĂŽle du marchand voleur et amateur d’autruches qui a l’air de s’Ă©clater avec un personnage pour le fond assez inutile. Pour ces 4 acteurs, la camĂ©ra de Mike Newell essaie d’assembler le scĂ©nario avec efficacitĂ©, rappelant souvent les productions Disney d’antan (l’hommage/repompage ? d’Aladdin n’en est que l’exemple le plus flagrant), en Ă©voquant les cascades et marches sur les mur qui ont fait toute l’identitĂ© du jeu vidĂ©o (dont l’esprit, bien qu’Ă©dulcorĂ© du moindre monstre, est assez respectĂ©) et en nous dĂ©paysant complĂštement avec des images de toute beautĂ©.

Au final, ce Prince of Persia est donc un honnĂȘte divertissement, un film d’aventures qui ne prĂ©tend pas ĂȘtre plus que ce que la charte Disney promet. Un bon moment Ă  passer en famille pour admirer des personnages simples qui s’amusent sous le soleil de du moyen-orient (c’est assez rare aujourd’hui pour le souligner … bon, oui, je vais un peu loin lĂ ). C’est dĂ©jĂ  pas si mal non ?

PS : [mode ironie on] Grande nouveautĂ© technologique, le film est prĂ©sentĂ© en 2D, ce qui nous permet d’apprĂ©cier grandement les couleurs chaudes de ce film sans mal de crĂąne, on raison de plus pour le prĂ©fĂ©rer au Choc des Titans [mode ironie off]

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 24/05/2010 Ă  12:57 | #1

    Pas d’accord, le divertissement n’est pas au rendez-vous pour moi, je me suis vraiment ennuyĂ©…
    Par contre la comparaison avec Pirates des caraĂŻbes est obligatoire, on en retrouve plein d’Ă©lĂ©ments (en moins bien) jusque dans le look d’Alfred Molina qui reprend le dress code de jack Sparrow ;)

  2. Fred
    24/05/2010 Ă  14:22 | #2

    @Niko
    Bah je l’ai prĂ©fĂ©rĂ© au Choc des Titans quand mĂȘme, faut juste s’attendre Ă  du disney, mais je dois ĂȘtre un des seuls Ă  avoir apprĂ©ciĂ© le film pour ce qu’il est (en mĂȘme temps, je ne m’attendais pas Ă  grand chose au dĂ©part alors …)

  3. 24/05/2010 Ă  15:21 | #3

    Une critique un peu plus positive que celle de Niko qui me fait penser qu’il y a encore peut ĂȘtre de l’espoir pour ce film (une espoir de fou ? comme dirait notre ami Gandalf)

  4. reves365
    24/05/2010 Ă  22:32 | #4

    une critique pour un film qui n’apporte rien. fred A QUAND LA CRITIQUE DE L’ELITE DE BROOKLYN. Un film, un grand serieux, un trĂ©s bon scenario.

  5. 25/05/2010 Ă  20:45 | #5

    Je suis Ă©tonnĂ© de ta critique mĂȘme si je ne la remet pas en cause..comme on dit chacun a ses goĂ»ts. Cependant, tous les fans du jeu ne s’y sont pas forcĂ©ment retrouvĂ©s et quand je vois que Niko a dĂ©testĂ© le film j’aurais tendance Ă  me mĂ©fier de la bĂȘte. Peut-ĂȘtre faut-il simplement se mettre en mode « No-Brain»  pour l’apprĂ©cier!!

  6. Fred
    25/05/2010 Ă  22:48 | #6

    @Bruce Kraft
    Il faut ĂȘtre en mode « no-brain»  et « disney tout gentil tout beau trĂšs soft»  pour aimer … et c’Ă©tait les conditions auxquelles je m’Ă©tais prĂ©parĂ©.
    SĂ»r que dans un autre Ă©tat d’esprit, j’aurai Ă©tĂ© moins gentil.

  7. 26/05/2010 Ă  19:16 | #7

    @Fred
    T’as de la chance!! HĂ© hĂ©!!

  8. 26/05/2010 Ă  19:46 | #8

    Une petite note avant ma séance prochaine ?

  9. Elva
    28/06/2010 Ă  23:58 | #9

    J’aime beaucoup ta critique car elle regroupe vraiment ce que j’ai pu ressentir. AprĂšs.. je ne connais pas le jeu vidĂ©o.. je comprends donc trĂšs trĂšs largement la dĂ©ception de grand nombre d’adeptes. En tant que nĂ©ophyte, et que personne qui s’attendait Ă  du Disney, j’ai Ă©tĂ© dĂ©paysĂ©e ! J’ai voyagĂ©, c’est tout ce que je demandais Ă  la sĂ©ance de 22h35…

ï»ż