Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Criminal Squad, critique

Criminal Squad, critique

posté le 18/02/2018

Il y a des fois une des affiches sont trompeuses. Celle de Criminal Squad par exemple nous fait craindre le pire alors que nous avons le droit √† un film de braquage fi√©vreux et nerveux √† souhait et au meilleur r√īle de Gerard Butler !

Au d√©part, Criminal Squad (Den of Thieves en vo) n’avait franchement pas les atouts pour plaire. Une affiche qui revendique un films de gros bras et gros guns, la pr√©sence de Gerard Butler et 50 Cent, et le sc√©nariste de la Chute de Londres qui passe pour la premi√®re fois derri√®re la cam√©ra. Autant dire qu’avec ces ingr√©dients, on attend surtout un film bourrin destin√© √† cartonner plus tard en vid√©o.

Bien mal nous en a pris de juger trop vite le produit puisque si, √©videmment, il y a ces ingr√©dients qui √©taient attendus, le film se r√©v√®le tout de m√™me largement au dessus des attente ! Et ce, d√®s la premi√®re sc√®ne qui, apr√®s avoir survol√© une route de la banlieue de Los Angeles, nous entraine directement dans une fusillade nocturne. Rythm√©e, bien d√©coup√©e, lisible, mettant √† l’√©preuve la sono et faisant un carnage, avec cette intro le film capte alors instantan√©ment notre attention.

Et si la suite semble convenue sur le papier avec une bande de flics borderline qui vont tenter de coincer des braqueurs avant leur prochain grand coup que personne n’a r√©ussi jusqu’ici, on peut dire que Christian Gudegast arrive tout de m√™me √† nous entra√ģner sans probl√®me dans les 2h20 d’enqu√™te et de machination. Avec un sc√©nario plut√īt bien ficel√© qui alterne adroitement les sc√®nes d’action, les classiques pistes du film de casse et sc√®nes plus intimistes, il m√®ne bien son r√©cit tout en assumant pleinement son style brut de d√©coffrage.

Brut de décoffrage !

C√īt√© mise en sc√®ne, le r√©alisateur donne un peu de vie √† Los Angeles et ma√ģtrise parfaitement ses s√©quences de menace et d’action avec ses personnages charismatiques jusqu’√† la derni√®re partie qui encha√ģne prise d’otage en banque, casse de coffre fort national et fusillade nerveuses dans les voitures. On sent √©videmment l’influence de Police F√©d√©rale Los Angeles de William Friedkin ou Heat de Michael Mann (r√©f√©rences incontournables dans le domaines), la subtilit√© et la dramaturgie en moins, mais que le r√©alisateur et sc√©nariste s’approprie tout de m√™me pour nous offrir un spectacle sacr√©ment efficace.

A tout cela il ne faudrait pas oublier Gerard Butler. L’acteur bourrin depuis son r√īle de Leonidas dans 300 endosse cette fois un r√īle avec un peu de profondeur (la dramaturgie du personnage est √©crite √† la truelle mais √ßa fonctionne tout de m√™me) apporte surtout un charisme √©norme √† son personnage de flic aux m√©thodes brutales mais √† la morale ind√©fl√©ctible. En ours mal l√©ch√© √©cossais qu’il est, il offre alors √† Criminal Squad un impact en plus.

Tr√®s bonne surprise, ce Criminal Squad surnage donc au dessus du lot de s√©ries B du genre pour nous offrir un film de braquage sinc√®rement bourrin avec une mise en sc√®ne fi√©vreuse qui manque en ce moment au cin√©ma. Pas √©tonnant qu’il y ait une suite annonc√©e, m√™me si on peut se poser la question sur la l√©gitimit√©.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire

ÔĽŅ