Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > American Horror Story Hotel, critique

American Horror Story Hotel, critique

posté le 26/01/2016 FredP

Une nouvelle saison d’American Horror Story se termine et c’est bien dommage car nous Ă©tions bien happĂ© par l’ambiance de cet Hotel de cauchemar aux personnages maudits.

La maison hantĂ©e, l’asile, les sorcières, le freak show, … les grands archĂ©types de l’horreur aux personnages marginaux passent un Ă  un entre les mains dĂ©jantĂ©es de Brad Falchuk et Ryan Murphy dans American Horror Story. Et pour cette 5e annĂ©e, les 2 compères ont jetĂ© leur dĂ©volu sur le thème de l’Hotel retrouvant les meilleurs ingrĂ©dients des 2e premières saisons avec les personnages de la 4e pour nous offrir un show horrifique dense et passionnant qui se tient de bout en bout.

L’action se dĂ©roule donc, Ă  Los Angeles, dans un hĂ´tel art dĂ©co et forcĂ©ment hantĂ© par le fantĂ´me de son premier propriĂ©taire et dirigĂ© par la Duchesse, vampire qui ramène ses proies pour offrir leur sang Ă  des enfants qu’elle Ă©lève dans les sous-sols. Ajoutez Ă  cela un policier qui vient pour enquĂŞter sur une vague de meurtres et vous obtenez un show qui multiplie encore les pistes et les personnages mais aussi les rĂ©fĂ©rences Ă  l’horrible histoire parallèle des Etats-Unis, celle qui a Ă©tĂ© cachĂ©e et que l’on prĂ©fère oublier.

En orchestrant chaque Ă©pisode plus particulièrement autour d’un personnage, nous permettant de dĂ©couvrir en temps voulu le passĂ© de chacun pour s’y attacher et comprendre leurs actions dĂ©sespĂ©rĂ©es, les auteurs nous offrent cette fois certainement les personnages les plus intĂ©ressants de la sĂ©rie, avec moins d’archĂ©types et plus de sentiments qui semblent moins superficiels, comme si ils s’Ă©taient assagis pour Ă©claircir leur discours et donc le porter pleinement sur les Ă©motions des âmes damnĂ©es qui le portent.

En vrac, cette saison brasse donc les thèmes de l’hĂ´tel maudit façon 4e dimension, l’amour inter-genre et inter-temporalitĂ©, multisexualitĂ©, perte de l’enfant, relation mère-fils difficile, la vie de marginaux (transgenre, prostituĂ©e, coeurs perdus, …) et Ă©videmment la vengeance. Tout cela en convoquant les vampires et les plus sensuels et sanglants que l’on ait vu Ă  la tĂ©lĂ©vision depuis longtemps, des souvenirs d’un LA des annĂ©es 50, des serial killers passĂ©s Ă  la postĂ©ritĂ©, des top model chair Ă  canon, des pièces secrètes et de nombreuses autres surprises, le tout dans une ambiance new-age-art-deco du plus bel effet. Mais malgrĂ© la plĂ©thore d’Ă©lĂ©ments, tous s’organisent de manière logique pour notre plus grand plaisir.

Il faut dire que les auteurs tirent tout le meilleur des interprètes à leur disposition qui arrivent Ă  faire oublier l’absence cette saison de Jessica Lange. Et la première qui vient Ă  l’esprit est bien Lady Gaga Ă  juste titre rĂ©compensĂ©e d’un Golden Globe pour son rĂ´le de reine vampire en quĂŞte d’un amour maudit et qui recèle de nombreux secrets. Mais il ne faudrait pas oublier les autres comme Evan Peters jubilatoire en fantĂ´me ancien propriĂ©taire serial killer de l’hĂ´tel, Katy Bates qui veut tout faire pour rĂ©cupĂ©rer l’amour de son fils Matt Bomer, Denis O’Hare qui assume ici toute sa fĂ©minitĂ© avec amour ou encore Wes Bentley en inspecteur paumĂ©.

Bref, vous l’aurez compris, cette saison parlant pleinement d’amour et de vengeance dans un dĂ©cor labyrinthique fascinant est dense et parfaitement maĂ®trisĂ©e avec des personnages passionnants et une ambiance dans laquelle on adore plonger. Cet American Horror Story Hotel est sans doute la meilleure histoire depuis les dĂ©buts de la sĂ©rie.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. mydrin
    29/02/2016 Ă  14:04 | #1

    tout l’inverse pour moi autant la prĂ©cĂ©dente saison Ă©taite gĂ©niale, cette saison Ă  l’hĂ´tel est pour moi vraiment indigeste et rĂ©barbative, et sans Jessica Lange, ce n’est vraiment pas pareil. Cette saison est pour moi est sans doute la plus mauvaise (Ă©galitĂ© avec la saison 3)