Accueil > CinĂ©ma, Critiques cinĂ© > The Conjuring 2 – le cas Enfield, critique

The Conjuring 2 – le cas Enfield, critique

posté le 23/06/2016 FredP

Il y a 3 ans, les Warren nous avaient fait flipper avec le très efficace Conjuring. Les voici de retour sur un nouveau cas de possession encore diablement réalisé par un James Wan qui connait son sujet et attaché à ses personnage pour une suite à la hauteur !

Très rares sont les suites de film d’horreur Ă  la hauteur de leur modèle car si l’on peu avoir un effet de surprise, celui-ci ne peut pas avoir lieu 2 fois. Et James Wan, spĂ©cialiste du genre horrifique depuis sa rĂ©vĂ©lation avec Saw, l’a bien compris. Après Conjuring et la suite d’Insidious, il est allĂ© s’aĂ©rer la tĂŞte en filmant des bolides Ă  toute allure dans Fast 7. Une bonne rĂ©crĂ©ation avant de replonger dans les aventures du couple de medium-demonologue Warren toujours interprĂ©tĂ©s avec sincĂ©ritĂ© par Vera Farmiga et Patrick Wilson.

Après l’affaire Amityville qui a particulièrement affectĂ© Lorraine, les Warren vont enquĂŞter sur un cas surnaturel rencontrĂ© par une famille anglaise. En effet, chez les Hodgson, depuis que le père est parti vivre une autre aventure sentimentale, la mère Peggy vit seule avec ses 4 enfants et il commence Ă  se passer des choses Ă©tranges dans la maison, en particulier avec la jeune Janet qui semble ĂŞtre la cible d’un esprit particulièrement malfaisant. Et d’une certaine manière, les Warren semblent ĂŞtre intimement liĂ©s Ă  ce qu’il se passe dans cette maison.

Comme pour le premier volet, nous nous retrouvons ici dans les annĂ©es 70′s, Ă  ceci près qu’il ne s’agit plus de la campagne amĂ©ricaine mais de la banlieue anglaise de la pĂ©riode Thatcher. L’ambiance est donc diffĂ©rente, pluvieuse, avec un contexte difficile pour cette mère cĂ©libataire qui a du mal Ă  joindre les deux bouts mais peut heureusement compter sur l’appui de ses voisins et d’autres personnes du quartier avant l’arrivĂ©e des Warren. La reconstitution est impeccable et nous replonge bien dans l’Ă©poque en rendant son intrigue classique dans le bon sens du terme.

Autant le dire tout de suite, comme pour le premier volet, Wan n’invente pas grand chose en terme d’intrigue. Celle-ci est une classique histoire de possession et de maison hantĂ©e et les visions la rendent mĂŞme particulièrement prĂ©visible. Cependant James Wan est particulièrement attachĂ© Ă  ses personnages et ça se sent, les Warren comme la famille Hodgson sont authentiques et cela fait du bien d’avoir enfin des personnages auxquels s’attacher un minimum dans un film d’horreur. C’est bien notre attachement qui nous permet de ressentir de la peur pour eux et le rĂ©alisateur, les scĂ©naristes et les acteurs l’ont bien compris en nous proposant quelque chose de vraiment sincère.

Mais en plus de cet authenticitĂ© retrouvĂ©e, Wan n’hĂ©site pas non plus Ă  redoubler d’efficacitĂ© dans sa mise en scène. Bien sur il y a ces quelques classiques jump scares que l’on dĂ©teste, mais ceux-ci sont bien orchestrĂ©s. A cela s’ajoute Ă©galement cette parfaite maĂ®trise des lieux (exposĂ©s avec des mouvement de camĂ©ra particulièrement fluides) et du noir pour faire apparaĂ®tre la peur. Il en rĂ©sulte des sĂ©quences parfois mĂŞme un peu grandiloquantes qui font bien leur effet. Et si l’on peut reprocher au film d’ĂŞtre parfois un peu long (plus de 2h pour un film d’horreur), celui-ci ose tout de mĂŞme pas mal de choses, que ce soit dans sa manière de filmer ou son parti pris d’ĂŞtre bien plus orientĂ© surnaturel avec la vĂ©ritable matĂ©rialisation du dĂ©mon et des visions cauchemardesques. Le film n’hĂ©site pas Ă  aller dans la dĂ©monstration d’effet, mais cela se fait plus naturellement et progressivement que dans le premier volet.

Ce nouveau volet de Conjuring ou des aventures des Warren est donc complètement Ă  la hauteur du premier film avec un rĂ©alisateur et des acteurs toujours aussi inspirĂ©s pour nous coller d’authentiques frissons. Si vous avez le coeur bien accrochĂ©, ça vaut donc bien le coup d’y jeter un Ĺ“il.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire