Accueil > Comics, Critique Comics > Justice League : Forever Evil & Walking Dead : une autre Vie

Justice League : Forever Evil & Walking Dead : une autre Vie

posté le 27/01/2015 FredP

Deux Ă©vĂ©nements Ă  ne pas louper en ce dĂ©but d’annĂ©e cĂ´tĂ© comics. D’un cĂ´tĂ©, le crossover de la Justice League, Forever Evil, qui prend fin dans un 2e tome qui fait bouger le statut des vilains alors que Walking Dead connait enfin un nouveau dĂ©part rempli de surprises.

Urban Comics ne nous aura pas fait attendre très longtemps ! Après la première partie publiĂ©e en dĂ©cembre, voilĂ  dĂ©jĂ  la seconde qui permet d’avoir maintenant une vision d’ensemble de la saga Forever Evil qui a bien perturbĂ© la Justice League. Pour rappel, Ă  l’issue de la Guerre des Ligues, un groupe nommĂ© le Syndicat du Crime, composĂ© de versions malĂ©fiques de nos hĂ©ros de la Justice League, dĂ©barquait et profitait que nos hĂ©ros soient KO pour commencer Ă  semer la pagaille avec tous les super-vilains rassemblĂ©s Ă  leur cĂ´tĂ©. Mais ce Syndicat du Crime a des objectifs bien plus diaboliques que ce nous pourrions penser, et les tensions entre les membre de son groupe font craindre le pire. Alors que les « hĂ©ros secondaires»  font leur possible en l’absence des titans habituels, Lex Luthor commence Ă  voir clair dans le jeu de ces imposteurs et a un plan pour y mettre fin avec certains des vilains les plus reprĂ©sentatifs de l’univers DC.

Geoff Johns s’amuse encore avec les figures de DC et ce Forever Evil, mĂŞme si il souffre de quelques longueurs, se rĂ©vèle tout de mĂŞme sacrĂ©ment efficace lorsqu’on le lit d’une traite. Mettant de cĂ´tĂ© les plus grands hĂ©ros, il mĂ©nage le suspense en attendant leur retour, ce qui lui permet surtout de voir ce que cela donnerait si Superman et consorts tournaient mal. Mais encore mieux, alors que jusqu’ici, la Justice League tournait plus autour de ses membres qu’autour de leurs faits, cette fois, certains personnages qui manquaient de profondeur vont enfin avoir leur heure de gloire, Ă  l’instar de Cyborg, mais surtout, Lex Luthor, plutĂ´t discret depuis la relance de DC a maintenant un rĂ´le central dans l’univers que Johns a construit.

Alors que la grande saga de Negan s’est terminĂ©e dans le tome prĂ©cĂ©dent de manière un peu dĂ©cevante, Robert Kirkman se doit de reprendre le destin de Rick en mains. Et ce nouveau tome rĂ©serve bien des surprises en faisant une avancĂ©e considĂ©rable dans le temps. Rick est toujours chef d’Alexandria, considĂ©rĂ© comme un hĂ©ros. La ville a prospĂ©rĂ© avec de grandes avancĂ©es sur l’agriculture, le commerce avec les villes environnantes comme le Royaume est prospère, la vie est maintenant plus sĂ»re et tout est bien organisĂ©e. Bref, c’est presque le rĂŞve mais Kirkman, tout en nous prĂ©sentant ce nouveau contexte presque idĂ©al avec des personnages qui ont encore Ă©voluĂ© ou grandit (Rick est clairement avec Andrea et Carl l’a acceptĂ©e comme mère), va rapidement bousculer les choses.

D’un cĂ´tĂ©, il y a de nouveaux venus qui dĂ©barquent et se posent forcĂ©ment des questions comme l’aurait fait le groupe de Rick il y a quelques temps, en particulier quand il rencontrent un Negan maintenant ridiculisĂ©. D’un autre cĂ´tĂ©, une surprise arrive aussi concernant les morts-vivants. Une surprise malheureusement vite rĂ©solue et ramenĂ©e Ă  quelque chose de plus rationnelle qui risque encore de faire tourner Kirkman en rond alors que tous les ingrĂ©dients Ă©taient lĂ  pour emporter le rĂ©cit dans une direction totalement diffĂ©rente. Nous verrons comment cela Ă©volue dans les prochains tomes. En attendant, on apprĂ©cie en tout cas beaucoup ce nouveau contextes et ces nouveaux rapports entre les personnages dont les dynamiques de groupes et sentiments devraient encore Ă©voluer de belle manière. A suivre.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire