Accueil > Cinéma, Critiques ciné > States of Grace, critique

States of Grace, critique

posté le 17/04/2014 FredP

PrĂ©sentĂ© Ă  Deauville sous le titre Short Term 12 et bĂ©nĂ©ficiant d’un bouche Ă  oreille positif et bienveillant de la part du public, States f Grace va maintenant illuminer les salles de cinĂ©ma françaises de sa sincĂ©ritĂ© touchante.

En 2008, le jeune rĂ©alisateur Destin Cretton avait rĂ©alisĂ© un court-mĂ©trage dĂ©jĂ  intitulĂ© Short Term 12 suite Ă  son expĂ©rience d’Ă©ducateur pour enfant en difficultĂ©. 6 ans plus tard, il a toujours quelque chose Ă  raconter sur le sujet et va le faire au travers d’un long mĂ©trage. Comme le titre français l’indique, nous allons donc suivre de près l’une des Ă©ducatrices, Grace, qui doit aider ces enfants en plein malaise, et surtout une nouvelle arrivĂ©e qui lui rappellera alors ce qu’elle avait elle aussi vĂ©cu pendant son adolescence dans les mĂŞmes circonstances.

Avec un style documentaire et inspirĂ© d’Ă©lĂ©ments qui reflètent son expĂ©rience comme les personnages qu’il a rencontrĂ©, Destin Cretton nous plonge dans une petite tranche de vie des Ă©ducateurs qui doivent faire leur vie avec les problèmes de ces ados suicidaires. Il se dĂ©gage alors une vĂ©ritĂ© et une sincĂ©ritĂ© particulièrement touchantes dans son approche du sujet car on sent bien qu’il a pour ces personnages une certaine tendresse.

D’ailleurs alors que le sujet pouvait ĂŞtre difficile et noir, le rĂ©alisateur nous offre un film particulièrement lumineux. Le souvenir que l’on peut n avoir en sortant est celui d’un film tournĂ© Ă  l’aube, une journĂ©e ensoleillĂ©e qui n’en finit pas de commencer. Ainsi, States of Grace entretien en permanence une lueur d’espoir, mĂŞme Ă  ses instants les plus graves, montrant ainsi que la vie continue quoi qu’il arrive et que ces gamins peuvent se relever après ces difficultĂ©s. C’est donc un film difficile Ă  certains moments mais qui met indĂ©niablement du baume au cĹ“ur.

Il faut ajouter Ă  cela la composition particulièrement touchante de Brie Larson. La jeune actrice qui campe l’Ă©ducatrice perturbĂ©e dĂ©veloppe une personnalitĂ© complexe et en mĂŞme temps très proche de ces enfants. Il se dĂ©gage d’elle une vĂ©ritable tendresse, une vĂ©ritĂ© touchante avec naturel.

Sans jamais en faire des tonnes, sans être donneur de leçon moralisateur, sans prétention et sans dramatisme insupportable, State of Grace touche avec justesse et sincérité avec des personnages vrais, tout simplement.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire