Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Insaisissables, critique

Insaisissables, critique

posté le 22/07/2013 FredP

PrĂŞts pour un tour de magie ? Dans Insaisissables, c’est un casting  5 Ă©toiles qui monte le numĂ©ro pour un divertissement sans prĂ©tention et assez efficace pour une bonne soirĂ©e d’Ă©tĂ©.

RepĂ©rĂ© dans l’Ă©curie Europacorp avec le Transporteur et Danny the Dog, Louis Leterrier a bien fait son trou aux États-Unis. Après  le bien calibrĂ© Incroyable Hulk pour Marvel et le remake (ratĂ©) du Choc des Titans, il continue donc son parcours chez l’oncle Sam avec un divertissement plus modeste mais nĂ©anmoins nouvelle preuve de son efficacitĂ©, Insaisissables. EntourĂ© d’un casting de haute volĂ©e, il nous embarque dans une histoire de magiciens voleurs. En effet, une troupe de 4 prestidigitateurs dĂ©valise une banque en pleine reprĂ©sentation Ă  Las Vegas, alors le FBI s’en mĂŞle et va chercher  les coincer.

L’histoire est simple, sans grande prise de tĂŞte et plutĂ´t plaisante Ă  suivre si l’on choisit d’emblĂ©e de ne pas faire attention aux incohĂ©rences du scĂ©nario qui joue au malin avec de multiples rebondissements. En effet, Leterrier, grâce Ă  une rĂ©alisation efficace et rythmĂ©e, arrive Ă  nous faire passer un bon moment. Paradoxalement, alors qu’il Ă©tait formĂ© aux sĂ©quences d’action pure et de course poursuite depuis des lustres, dans Insaisissables, ce ne sont pas les sĂ©quences les plus abouties et marquante. Le rĂ©alisateur a en effet dĂ©cidĂ© de se concentrer plutĂ´t sur les numĂ©ros de prestidigitation et ceux-ci fonctionnent Ă  la perfection, impeccablement millimĂ©trĂ©s et avec un enthousiasme bon enfant communicatif.

Mais la principale attraction d’Insaisissables est sans conteste le casting que le rĂ©alisateur a rĂ©ussi Ă  aligner. Jesse Eisenberg (the Social Network), Woody Harrelson, Morgan Freeman, Mark Ruffalo, Michael Caine, Isla Fisher (Gatsby), Dave Franco et MĂ©lanie Laurent, voilĂ  tous les talents qui ont Ă©tĂ© ici rassemblĂ©s pour faire de la magie ou traquer les illusionnistes. En bon divertissements, leurs personnages ne seront jamais beaucoup approfondis. Ils servent surtout Ă  obtenir un esprit d’Ă©quipe  sympa et de prĂ©texte Ă  faire avancer l’intrigue et les rebondissements. Ce n’est pas très fouillĂ© mais on sent bien que les comĂ©diens prennent plaisir Ă  jouer ensemble, quitte Ă  cabotiner lĂ©gèrement.

Dans ce projet qui est clairement une commande calibrĂ©e pour la rĂ©alisation toujours efficace de Louis Leterrier, le rĂ©alisateur a toutefois pu glisser quelques Ă©lĂ©ments personnels ou en tout cas, le rappelant Ă  notre bon vieux pays. En effet, non seulement il appelle JosĂ© Garcia pour un petit rĂ´le mais en plus la France est rĂ©gulièrement mentionnĂ©e dans le film Ă  travers le personnage de MĂ©lanie Laurent (au jeu assez agaçant, il faut bien l’admettre).

Il en rĂ©sulte alors un divertissement calibrĂ© certes, mais toujours honnĂŞte et qui n’a pas la prĂ©tention d’afficher des ambitions rĂ©volutionnaires qu’il ne tiendrait pas. Il serait en effet ridicule de le comparer Ă  un film comme Le Prestige quand il est clairement admis que les 2 films n’ont pas le mĂŞme but. Avec son casting et son travail d’Ă©quipe, on pourrait surtout le rapprocher du film de casse malin en Ă  la Ocean’s Eleven, la classe de Clooney et Soderbergh en moins, le bagou de Jesse Eisenberg en plus.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. 02/08/2013 Ă  10:10 | #1

    Bon divertissement, dommage que les explications ne soient pas toujours idĂ©ales et surtout que cette histoire d’amour soit aussi inutile que convenue…

  2. 05/08/2013 Ă  15:23 | #2

    Un divertissement futile plus que magique.
    Je confirme Selenie, la romance est naze.