Accueil > Actu ciné, Cinéma > 7 règles à suivre pour obtenir un Oscar

7 règles à suivre pour obtenir un Oscar

posté le 10/01/2013 FredP

Avec le palmarès des Golden Globes et les nominations aux Oscars en approche, il était temps de se pencher un peu sur la recette idéale pour obtenir ces précieuses récompenses tant convoitées et pas toujours attribuées à ceux qui les méritent vraiment. Et si il y a des règles officielles pour faire partie de la compétition, il y en a d’autres plus officieuses à respecter pour être nommé et brandir la statuette dorée.

1. Attention au genre

Allons-y direct, être nommé aux oscars n’est pas donné à tout le monde et en premier lieu pour les blockbusters. Ceux-ci sont bien trop grand public et brassent bien trop d’argent pour être appréciés par les vieux membres de l’académie des oscars ou par les critiques. Michael Bay ou Roland Emmerich peuvent donc tout de suite l’oublier et seulement compter sur des récompenses techniques si on est généreux. Mais quelques réalisateurs s’obstinent malgré tout à vouloir entrer dans la course comme Christopher Nolan qui peut se targuer d’apporter un contenu plus cérébral.
Pour autant il y a quelques exceptions comme Titanic ou le Retour du Roi qui sont très populaires et avec des budgets faramineux, mais là, une autre donnée entre en compte : le travail. Car Cameron et Jackson on fait des paris fous qui se sont avérés payants en proposant de grands spectacles universels remplis d’émotions et ont trimé pendant des années avant qu’ils ne puissent être enfin vus sur grand écran. Dans ces quelques cas, c’est la ténacité des équipes qui est récompensée.
Il faut aussi faire attention au genre que l’on aborde avant de le présenter aux oscars. Ainsi, il est inutile de faire d’effort avec un film de science-fiction, aussi intelligent soit-il, un film de fantasy (exception faite du Seigneur des Anneaux mais nous avons vu pourquoi juste avant) ou un film d’horreur (sauf pour l’Exorciste parce que c’est le meilleur et donc aucun autre ne sera plus jamais nommé dans le genre). Par contre on a pu remarquer une certaine tolérance sur le thriller pour peux que le meurtrier soit particulièrement charismatique ou que le flic ait quelques problèmes personnels (le Silence des Agneaux).

Si nous retirons tout cela, il ne reste plus que des genre assez classiques qui peuvent postuler et les drame intimistes, sociaux, historiques sont particulièrement appréciés. En effet, rien de tel que des personnages qui pleurent sur leur sort pour remporter une statuette. Côté comédie, il ne faut surtout pas donner dans le graveleux et rester le plus possible sous la bannière « indé»  ou « musical»  histoire de remplir la place vacante (et Little Miss Sunshine ou Chicago en ont profité). En effet, on le voit chaque année, dans chaque catégorie, sur les cinq nommés il n’y a généralement qu’un prétendant issu d’un film plus léger. Mais au fond, il faut donc surtout rester classique pour ne pas froisser les votants et si le film parle en plus de cinéma, vous avez toute vos chances.

2. Ne pas faire n’importe quoi avec la caméra

On l’a vu, il faut rester dans un genre plutôt classique pour le film que l’on présente et il en est évidemment de même pour la réalisation. Plus le film sera sobre, mieux ce sera. D’après vous, comment le si lisse Tom Hooper a-t-il volé la statuette à David Fincher ?! D’ailleurs, même lorsque celui-ci devient plus académique (Zodiac, Benjamin Button), il ne sera pas plus récompensé et cela doit être dû à un autre facteur : il vient de la pub ! Même le grand Ridley Scott n’avait pas été récompensé pour Gladiator malgré l’oscar du meilleur film et meilleur acteur pour Russell Crowe. A croire que ce milieu « ingrat»  ne peut pas délivrer d’oscar.

La pub est aussi un territoire d’expérimentation et cela ne plait pas trop aux votants traditionnels qui préféraient sans doute un grand film tout public muet en noir et blanc à un film testerait de nouvelles technologies pour faire avancer le cinéma et trouver de nouvelles manières de raconter des histoires. Ce n’est donc pas aujourd’hui qu’un film en performance capture sera récompensé en dehors de ses effets visuels. A la limite, lorsque l’innovation sera vraiment importante, on va créer un oscar spécial (c’était le cas pour Blanche Neige ou Toy Story).

Attention, il ne faut pas être non plus trop populaire. Combien de temps a attendu Steven Spielberg avant d’être récompensé ? Et Martin Scorsese ? Et encore, dans ce dernier cas, ce n’était pas pour son meilleur film mais une récompense de rattrapage. En effet, quand cela fait longtemps qu’on brigue l’oscar sans jamais le recevoir et lorsqu’on approche de l’âge de la retraite, les votants commencent à avoir une certaine compassion et c’est seulement à ce moment là qu’on peut espérer l’avoir. Et Martin peut s’estimer heureux car beaucoup de grands et inventifs réalisateurs n’auront même pas eu cet honneur (Kubrick et Hitchock en tête).

En résumé, il vaut mieux avoir une petite filmographie assez carrée et qui s’intéresse à des questions terre à terre plutôt qu’une véritable ambition tout au long d’une carrière remplie de grands films. C’est paradoxal, mais c’est comme ça.

3. Faire la tournée des Festivals

Un bon moyen de faire connaitre le film auprès des votants est de le diffuser à un maximum de monde et de professionnels. Et comme on ne vote pas pour les blockbuster mais pour des petits films, ceux-ci doivent trouver un moyen de sortir parmi les grand et cela se fait dans les festivals. En effet, il n’y a rien de mieux pour entrainer le bouche-à-oreille auprès des journalistes. Ainsi, Toronto et Sundance sont devenus des passages obligés pour les réalisateurs qui seraient tenté d’avoir une statuette dès leur premier film. D’ailleurs, comme pour les comédie, il y a aussi un quota de « films indé»  prévu dans les nominations donc il y a toujours une chance pour en faire partie.

Par contre ce n’est pas la peine de présenter le film aux festivals européens puisque les américains ne savent même pas où ça se trouve. Ainsi, exception faite de the Artist (qui répondait à tellement d’autres critères oscarisables) si un film gagne quelque chose à Cannes, Venise ou Berlin, il ne pourra pas non plus gagner un oscar. Après tout, le film a déjà été récompensé ailleurs, pourquoi est-ce que les américains en feraient autant ? Tout au plus les films récompensés en Europe auront une nomination. En fait ces festivals servent surtout de catalogue pour trouver des films à nommer dans la catégorie du meilleur film étranger.

4. De la performance d’acteur

Comme dirait Kirk Lazarus dans Tonnerre sous les Tropiques,« tout le monde sait qu’il ne faut jamais jouer un attardé complet» . Comme il le démontre bien, il faut toujours que le personnage de l’attardé accomplisse quelque chose d’exceptionnel ou se montre d’un autre côté plus doué ou plus humains que nous mêmes. Alors c’est l’oscar assuré.

Mais ce n’est pas la seule recette pour obtenir un oscar du meilleur acteur. L’autre secret est aussi de jouer sur les troubles psychologiques et de s’investir complètement dans le rôle. A ce titre, entre un début de schizophrénie et la pratique la danse, le personnage de Nina dans Black Swan assurait d’office la statuette à Natalie Portman. Les votants aiment savoir que les acteurs s’impliquent grandement dans leur rôle, il faut donc le faire savoir et Christian Bale qui s’échine depuis des années à faire le yoyo a fini par avoir sa statuette à l’usure avec Fighter (même si seulement pour un second rôle). Sinon il suffit d’un superbe travail de maquillage et ça peut très bien fonctionner

L’autre solution est aussi de camper un personnage historique ou simplement ayant existé. C’est bien la raison pour laquelle de nombreux acteurs s’investissent dans des biopics. Car là, la performance, si elle est réussie et associée à un personnage complexe avec une addiction, saute aux yeux et assure presque une statuette. Ray Charles, Truman Capote, le roi George VI, Idi Amin Dada, Margarat Thatcher, Edith Piaf, Elizabeth II, June Carter, Erin Brockovitch, Virginia Woolf, Aileen Wuronos, voilà autant de personnages (et de maquilleurs) qui doivent être remerciés par leurs acteurs

Pour ce qui est des rôles comiques, ce n’est pas vraiment la peine de compter dessus pour avoir un oscar et il faudra se contenter de nominations pour le second rôle. Car un acteur qui sait jouer doit absolument porter un rôle dramatique rempli de failles et d’émotions. C’est d’ailleurs la même chose pour les bad guys qui, sauf exception, n’auront droit au mieux qu’à des nominations en second rôle.

Enfin, l’ultime solution pour être certain d’avoir un oscar pour un acteur, c’est de s’appeler Meryl Streep. La preuve, ça a marché 3 fois (dont une fois en second rôle) avec 17 nominations dans sa carrière.

5. Avoir de bons amis

Comme dans tous les métiers, il faut savoir s’associer aux bonnes personnes pour réussir. Aux oscars, il faut donc bien s’entendre avec les membres de l’académie mais aussi dans l’absolu avec tous les réalisateurs et ne cracher sur personne. Si vous aimez la polémique on vous fera peut-être l’honneur d’une nomination mais pour l’oscar, vous pouvez toujours courir mains si vous finissez par faire votre meo culpa comme Sean Penn en Harvey Milk, alors ils vous le rendront bien.

L’autre solution pour concourir aux oscars est d’être défendu par la filiale indé de la Fox, Fox Searchlight. Little Miss Sunshine ou Danny Boyle et son Slumdog Millionaire vous en seront témoin. Mais le must c’est que les frères Weinstein aient un coup de foudre pour le film. Avec leur réseau d’influence et les millions qu’ils vont investir dans leur promotion pour oscars, vous êtes assuré de repartir avec une voir plusieurs statuettes dans des catégories importantes. The Artist ou Le Discours d’un Roi, c’est grâce à eux. Et Shakespeare in Love c’est aussi de leur faute. Harvey connait si bien les ficelles que les prix sont assurés, mieux vaut donc être son ami.

6. Faire de la promo

Si on veut un oscar, il faut jouer le jeu, et le faire savoir. Sans quémander, il faut montrer avec un bon esprit qu’on est dans la course. Les américains adore la compétition et le parcours pour avoir une statuette, c’est presque comme faire campagne pour une élection présidentielle. C’est donc celui qui mettra le plus de moyens qui a le plus de chances de gagner. Et pour cela, il faut faire attention aux impairs ! Dire une bêtise ou une incartade dans les frasques people peut-être fatal !
Par contre, attirez l’oeil des médias sur votre travail et votre bonne entente avec les autres nommés (comme Jean Dujardin sur l’épaule de George Clooney) et c’est le jackpot. Il faudra donc enchaîner les interviews dans les magazines et sur les plateaux télé populaires et toujours le sourire aux lèvres, détendu.

7. Éviter les moutons noirs

Si il faut trainer avec les bonnes personnes pour gagner un oscar, il faut aussi en éviter d’autres et en particulier celles qui font des remous. Mais il faut aussi éviter de jouer avec ceux qui portent déjà la malédiction. Ainsi, DiCaprio qui a tourné à plusieurs reprises avec Scorsese ne pouvait pas avoir de récompense pour ces rôles puisque le réalisateur était déjà blacklisté.
Toujours en prenant DiCaprio pour exemple (mais ça peut aussi fonctionner avec Tom Cruise et Brad Pitt), il faut aussi éviter de faire la démonstration pour l’oscar à chaque rôle. Titanic, Aviator, Blood Diamond, les Noces Rebelles, Shutter Island, J. Edgar et prochainement Django Unchained, Gatsby le Magnifique et the Wolf of Wallstreet, autant de collaborations et performances extraordinaires qui passent entre les mailles du filet à chaque fois. Il n’y a pas à dire, avoir trop de talent, apparemment, ça énerve les votants. Courage Léo, tu auras bien un oscar d’honneur dans 30 ans.

publié dans :Actu ciné Cinéma

  1. 12/01/2013 à 10:38 | #1

    J’aime beaucoup cette cérémonie mais c’est vrai qu’il y a des incohérences monumentales.
    Comment de superbes films comme TDKR ou Skyfall peuvent être oubliés? (Skyfall a quand même une nomination pour la photo, c’était la moindre des choses, mais le reste de ses nominations est mineur).

    Comment expliquer que Leonardo (merci de s’être attardé sur son cas) ou Brad Pitt n’aient jamais eu l’Oscar?
    Les 3/4 des performances de Leonardo méritaient l’oscar, c’est un acteur incroyable, tous les grands réal le veulent…

    Brad Pitt barré pour sa superbe performance dans Benjamin Button par un Sean Penn exubérant et mille fois trop théâtral dans Milk?

    Je pense que le succès ne plaît pas trop à ceux qui attribuent les oscars.
    cf Nolan Leonardo, Brad Pitt.
    Si en plus tu es beau gosse, alors là, c’est encore pire apparemment…

    Bref, cette année, Naomie Watts et Joaquin Phoenix (qui entre d’ailleurs parfaitement dans la catégorie que tu décris) le méritent et je serai devant ma télé pour suivre tout ça quand même…

  2. 23/02/2013 à 17:44 | #2

    C’est vrai que ce brave Leo en mériterait aisément un. Je pensais qu’avec Les Noces Rebelles il l’aurait. Peut être avec Gatsby :)

    De toute façon, cette année le palmarès me fera ch…

  3. KL
    26/07/2015 à 16:55 | #3

    Cela aurait été mieux de donner les oscars aux nominées, puisque les « examinateurs»  décèlent des talents. En 1932, Wallace Beery et Frederic March ont gagné l’Oscar du Meilleur acteur. En 1968, Katharine Hepburn er Barbara Streisand l’ont gagné aussi.