Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > Buffy contre les vampires, saison 2

Buffy contre les vampires, saison 2

posté le 11/05/2012 FredP

buffy saison 2 critique

Après avoir posĂ© son univers dans une première saison, Buffy est de retour pour explorer davantage les problèmes d’ado. Mais quand c’est toujours supervisĂ© par Joss Whedon, c’est toujours bien plus passionnant et subtil que bon nombre de sĂ©ries sur le sujet. C’est parti pour une seconde saison romantique et tragique.

Si dans une première saison Joss Whedon posait les bases de son univers et caractĂ©risait ses personnages, il n’attendait qu’une seconde saison pour leur donner toute leur profondeur, les faire Ă©voluer et montrer plus largement de quoi est fait le « buffyverse« . Et cette fois il n’aura non pas 12 mais 22 Ă©pisodes pour y arriver, naviguant entre Ă©pisodes stand-alone et d’autres qui servent pleinement la mythologie. Mais il ne va pas pour autant dĂ©voiler tout de suite la menace planant sur la saison. Il commence par re-situer ses personnages et les enjeux de la tueuse en en finissant dĂ©finitivement avec le MaĂ®tre qui Ă©tait l’ennemi de la saison prĂ©cĂ©dente et avait laissĂ© quelques traces.

Assez vite il introduit de nouveaux personnages et alors que l’on attendait que le « juste des juste»  prenne la suite du MaĂ®tre, il se fera tout de suite griller la place par un couple dĂ©tonnant : Spike et Drusilla. Très vite, les deux vampires rock’n'roll, aussi modernes que le MaĂ®tre Ă©tait traditionnel, rĂ©vèlent le thème de la saison : l’amour. Et celui-ci sera prĂ©sent sous toute ses formes, du flirt adolescent Ă  l’histoire tragique en passant par la tendresse adulte. Que ce soit l’amour naissant entre Giles et Jenny Calendar, l’amour passionnĂ© entre Buffy et Angel mais aussi le couple Ă©trange que Xander va former avec Cordelia ou la tendresse que dĂ©gage l’attirance progressive de Willow et OZ, impossible de passer Ă  cĂ´tĂ© des diffĂ©rentes facettes des amours reprĂ©sentĂ©es ici, contradictoires, rĂŞveuses, intenses.

Mais il ne faudrait pas croire que tout va dans le meilleur des mondes car cette saison parle aussi du mensonge et de la trahison. Ainsi, quelques Ă©pisodes indĂ©pendants  (comme Mensonges avec l’ex-petit ami de Buffy qui vient de Los Angeles avec un but bien prĂ©cis) abordent pleinement cette problĂ©matique mais c’est surtout lorsqu’après leur première nuit ensemble, Angel redevient le monstre sans âme qu’il Ă©tait autrefois que la sĂ©rie et le personnage de Buffy Ă©voluent (Ă©pisode Innocence).
Parabole du petit ami qui ne faisait la cour que pour coucher avec la fille, le changement de caractère d’Angel Ă  la moitiĂ© de la saison pour en faire le grand bad-guy ajoute un aspect de tragĂ©die grecque Ă  la sĂ©rie quand l’hĂ©roĂŻne prend conscience qu’elle devra le tuer dans un affrontement Ă©mouvant en fin de saison (Acathla, rĂ©alisĂ© par Joss Whedon himself).

Le mensonge se cache aussi parfois dans ce que dissimulent les personnages et de ce cĂ´tĂ©, certains ont un passĂ© bien plus houleux qu’on ne pourrait le penser. Si l’histoire d’Angel sera rĂ©vĂ©lĂ©e en fin de saison, nous montrant ainsi comme il est devenu vampire et en est venu Ă  aider Buffy Ă  lutter contre les forces du mal en passant par le mal qu’il a fait Ă  Drusilla, c’est surtout la jeunesse de Giles qui va nous intĂ©resser. On pensait l’observateur coincĂ© dans sa stricte veste en tweed mais Ă  travers deux Ă©pisodes (Halloween et La Face CachĂ©e), les scĂ©naristes nous indiquent qu’il a donnĂ© dans la magie noire lorsqu’il Ă©tait Ă©tudiant. Mais ce secret n’a pas pu ĂŞtre conservĂ© bien longtemps lorsqu’il refait surface et menace le groupe. A travers cette histoire, la sĂ©rie Ă©tend encore son univers et continue de nous en montrer les règles, en l’occurrence, l’usage de la magie a toujours un prix.

L’autre règle Ă  laquelle doit faire face la tueuse est celle de sa mort qui a engendrĂ© l’apparition d’une seconde tueuse, Kendra. Nous voyons alors toute la diffĂ©rence entre l’attitude très spartiate de la nouvelle venue et de Buffy qui trouve sa force dans son entourage, avec un groupe qui la soutien. Cela lui permet de prendre conscience de l’affection que Giles lui porte, renforçant ainsi l’image du père de substitution qu’incarne son observateur… une relation qui sera importante pour Buffy lorsqu’elle se sentira trahie par Angel.

Ainsi, la sĂ©rie dĂ©veloppe de plus les rapports entre les personnages, les Ă©preuves qu’ils traversent servant surtout Ă  mettre en Ă©vidence les relations qu’ils entretiennent. C’est ainsi que la mort brutale de l’un des personnages qui venait enfin d’ĂŞtre acceptĂ© dans le groupe de la main d’Angel (dans l’Ă©pisode la Boule de Thesula) renforce l’affection que l’on a pour eux. On prend alors conscience qu’ils sont mortels et peuvent ĂŞtre sacrifiĂ©s selon le bon vouloir des scĂ©naristes qui ancrent alors leur sĂ©rie dans un ton de plus en plus adulte.

Bien entendu, cette saison parle avant tout d’amour et continue Ă  parler de l’adolescence. A ce titre, la sĂ©rie n’a pas encore atteint toute la noirceur dont elle a le potentiel mais commence Ă  semer des pistes intĂ©ressantes pour la suite comme l’attirance de Willow pour la magie, la rĂ©vĂ©lation de toute la vĂ©ritĂ© Ă  la mère de Buffy dans une dispute poignante en fin de saison et la menace du Maire qui est discrètement Ă©voquĂ©e. Mais il faudra avant tout que Buffy retrouve sa place après avoir Ă©tĂ© bannie par sa mère, virĂ©e de l’Ă©cole par le principal et perdu tragiquement son amour. Avant de la retrouver dans la 3e saison qui mettra fin Ă  la pĂ©riode lycĂ©ene de la sĂ©rie, cette seconde saison a installĂ© durablement le couple Buffy& Angel dans le panthĂ©on des plus beaux couples tragiques de la tĂ©lĂ©.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Sangeleslo
    27/07/2012 Ă  12:35 | #1

    Ce que j’aime dans cette saison, c’est qu’on se rend compte qu’on ne va pas s’ennuyer. souvent, dans les sĂ©ries, la pattes du rĂ©al ou du scĂ©nariste est un peu lourde et qu’on se retrouve toujours avec les mĂŞmes histoires. Si dans la saison 1, le MaĂ®tre Ă©tait un vilain lĂ©gèrement poussiĂ©reux et old-fashion, Angelus dĂ©tonne complètement. L’avantage de ne pas ĂŞtre enfermĂ© sous terre j’imagine. Angelus est vraiment chouchoutĂ© dans cette saison et contraste avec Angel le doux, le gentil, le flippĂ©. Il est charismatique. Dans Innocence partie 2, juste après sa transformation, il tue une femme et recrache la fumĂ©e de la cigarette que sa victime Ă©tait entrain de fumĂ©e : ca envoit du lourd, du très lourd.

    Un des moments clĂ©s de cette saison, selon moi, c’est quand Angel tue Jenny Calendar. Avant cela, il Ă©tait question de trouver un moyen de rendre son âme Ă  Angel, mais quand Angelus tue Jenny (une scène MAGNIFIQUE, d’ailleurs), Buffy et ses amis comprennent que tout espoir est vain, qu’il faut tuer Angelus. D’ailleurs, Buffy et Angel se diront adieu dans le superbe Ă©pisode de la soirĂ©e de Sadie Hawkins.

    Et comme toujours chez Buffy, un final explosif en deux parties, Acathla. Entre Joyce qui met Buffy Ă  la porte, Alex qui ne donne pas le bon message Ă  Buffy (ce sera repris dans la saison 5 d’ailleurs, l’Ă©pisode oĂą le gang dĂ©cide de tuer Anya qui est redevenu mĂ©chante), Buffy se retrouve seule, avec l’obligation de tuer l’homme qu’elle aime. Une scène, au moment du combat Ă  l’Ă©pĂ©e, Angelus la dĂ©sarme et lui sort un petit discours assassin en lui disant qu’elle est toute seule « tu n’as plus d’armes, plus d’ami, que te reste-t-il ?» . Il s’aprĂŞte Ă  assĂ©ner le coup de grâce que Buffy arrĂŞte Ă  mains nues et rĂ©pond « moi» . Magique.

  2. Sangeleslo
    27/07/2012 Ă  12:37 | #2

    D’autant plus que la mort de Jenny Calendar, c’est la première fois qu’un personnage plus ou moins important meurt.

    de toutes façons moi je l’aimais pas XD