Accueil > Cinéma, Critiques ciné > The Hole, critique

The Hole, critique

posté le 30/03/2012 FredP

Alors qu’il ne sortira en DVD que cet Ă©tĂ© après avoir attendu dans les tiroirs pendant 3 ans, le dernier film de Joe Dante, The Hole, a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© cette semaine au cours d’une projection unique au Max Linder. Le rĂ©alisateur de Gremlins a-t-il toujours son mordant ?

Joe Dante est malheureusement l’un des rĂ©alisateurs les plus maudits d’Hollywood. MalgrĂ© le succès de Piranhas et surtout de Gremlins, il n’a jamais Ă©tĂ© très en odeur de saintetĂ© auprès des studios. Est-ce parce que ses films suivants ont moins bien marchĂ© ou parce qu’il n’hĂ©site pas Ă  glisser dans ses films grand public des messages politiques Ă©vidents ? Certainement un peu des deux. Du coup, on n’avait pas eu l’occasion de croiser un long-mĂ©trage du monsieur depuis qu’il a ramenĂ© les Looney Tunes sur grand Ă©cran en 2003.

Mais ce n’est pas pour autant que Joe Dante a disparu. Entre quelques Ă©pisodes de sĂ©ries TV (dont 2 Ă©pisodes des Masters of Horror dans lesquels il montre bien qu’il n’a rien perdu de son savoir-faire) et des publicitĂ©s, il avait de quoi s’occuper tout en mettant en place son nouveau projet : The Hole. Mais voilĂ , faute d’une certaine attente le film ne sera pas distribuĂ© aux États-Unis, encore moins en France. Ainsi, il est coincĂ© dans les tiroirs depuis près de 3 ans sans que personne, hormis dans les rares pays oĂą il a trouvĂ© distributeur, n’ai pu le voir. Est-ce lĂ  le signe d’un film particulièrement mauvais ? Pourtant non, loin de lĂ  mĂŞme !

Bon, nous n’allons Ă©videmment pas crier au chef d’œuvre devant The Hole mais il faut bien reconnaĂ®tre qu’il n’a absolument rien de honteux et qu’il mĂ©ritait bien une sortie salle face Ă  ce que l’on a l’habitude de voir parfois sur grand Ă©cran. Car malgrĂ© son sujet plus enfantin et moins poil Ă  gratter, Joe Dante sait encore faire preuve d’une grande efficacitĂ© en offrant un divertissement intelligent.
Il faut dire que The Hole remet le rĂ©alisateur en terrain connu : une famille dĂ©composĂ©e qui vient de dĂ©mĂ©nager dans une petite bourgade tranquille. Il retrouve ici l’esprit du film d’aventure urbaine pour enfants qu’il avait parfaitement trouvĂ© dans le toujours trop sous-estimĂ© Small Soldiers et change les jouets par une Ă©trange trappe se trouvant au sous-sol. Car après l’avoir ouverte, les enfants doivent faire face Ă  d’Ă©tranges phĂ©nomènes.

Evidemment, sur ce pitch, on peut se dire que l’on part sur un gros Ă©pisode de Chair de Poule destinĂ© avant tout aux enfants. Ce n’est pas faux et c’est sans doute ce qui risque de perturber les fans du rĂ©alisateur qui espĂ©raient sans doute plus de trash et de politiquement incorrect. Mais il est tout de mĂŞme indĂ©niable de reconnaĂ®tre que, malgrĂ© ses dĂ©fauts (une narration vite torchĂ©e et les jeunes acteurs pas toujours au meilleur de leur potentiel), Dante arrive Ă  maintenir notre intĂ©rĂŞt.
On sent tout de suite qu’il s’agit de son histoire mais aussi de ses personnages. A ce titre, le plus jeune qui envoie un ballon de basket dans la tĂŞte de son aĂ®né dès le dĂ©but est bien reprĂ©sentatif  des relations de ses personnages qui ne se retrouvent traitĂ©es ainsi que dans un film de Dante. Naturels, ils nous deviennent tout de suite attachants et le rĂ©alisateur n’a pas besoin de s’attarder sur la crise d’ado ou l’amourette avec la voisine pour cela, ce qui est bien apprĂ©ciable.

MalgrĂ© le classicisme de son histoire dĂ©jĂ  racontĂ©e plusieurs fois bien avant lui et donc ultra prĂ©visible, Dante se rĂ©vèle toujours efficace derrière la camĂ©ra. Si il n’a pas Ă©tĂ© vu en 3D, on sent que le rĂ©alisateur l’a pensĂ© comme tel pour son cĂ´tĂ© gadget tout en qui prenant toute sa dimension dans la confrontation finale. Un final d’ailleurs plus sombre qu’il n’y parait et qui rĂ©vèle toute l’intelligence de propos du film. Car la rĂ©ussite de Dante est d’arriver Ă  rendre son histoire Ă  frissons pour ados suffisamment intelligente et attachante pour intĂ©resser le reste de la famille.
Évidemment, face Ă  ce qui se fait aujourd’hui, le film parait un peu hors sujet et respire plus l’esprit des 80-90′s mais c’est aussi ce qui rend la patte de Joe Dante bien prĂ©sente. D’ailleurs, en plus du contexte rappelant Small Soldiers, impossible de ne pas y voir le clin d’oeil aux Gremlins qu’est cet effrayant pantin animĂ© et quelques autres apparitions qui font toujours plaisir et qui donnent son cachet Ă  The Hole.

Loin du film que l’on devrait cacher, The Hole est donc un divertissement familial menĂ© avec intelligence, loin des mièvreries habituelles. Mais surtout, il permet de se rendre compte que Joe Dante n’a pas perdu la main ! On espère alors que ses prochains projets seront considĂ©rĂ©s avec plus d’Ă©gards.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Hakim
    30/03/2012 Ă  10:55 | #1

    En lisant le titre , j’ai flippĂ© que ce soit le remake du film du meme nom avec keira knightley. En tout cas bonne critique , cela ma donne envie de le voir quand meme ^^

  2. 31/03/2012 Ă  20:22 | #2

    Hum, je l’ai vu et je dois dire que j’ai Ă©tĂ© déçu. pour moi, un film très moyen, mĂŞme si je garde une affection particulière pour Dante.

  3. 02/04/2012 Ă  19:02 | #3

    J’espère qu’on aura aussi droit Ă  la sortie du bluray 3D en France…