Accueil > Actu ciné, Cinéma, Critiques ciné, Festivals > L’Etrange Festival 2011 – épisode 1

L’Etrange Festival 2011 – épisode 1

posté le 05/09/2011 FredP

etrange festival 2011 episode 1

Voilà, l’attendu Étrange Festival vient d’ouvrir ses porte et nous avons pu en profiter pour commencer à faire une cure de films étranges, dérangeants, surprenants. On commence avec l’attendu The Divide, le contesté The Woman et l’anime Red Line.

Vendredi, 19h, le forum des images est plein à craquer pour la projection de The Divide en ouverture de l’Étrange Festival. Mais avant d’ouvrir les hostilités, c’est bien entendu le président du festival Frédéric Temps qui introduit les partenaires et le but de ce festival de passionnés avant que Jean-Pierre Mocky, invité d’honneur, ne vienne parler de sa carte blanche. Suit une rapide mise en bouche avec le court métrage Sucre de Jeoren Annokkeé. 7 minutes d’humour noir qui n’a besoin d’aucun dialogue pour faire rire avec un sens de l’absurde bien senti. C’est bon, nous pouvons attaquer.

The Divide

Le film d’ouverture est donc l’attendu The Divide de Xavier Gens qui, après Frontières, continue sur le cinéma de genre. L’histoire d’un groupe d’individus réfugiés dans le sous-sol de leur immeuble suite à une explosion qui a détruit New-York, mais rapidement, des tensions vont s’installer, les caractères vont se révéler et changer. Le film commence bien et prend sont temps d’installer l’histoire en explorant plusieurs pistes sans forcément donner une explication à l’apocalypse. On pourra surement déplorer le caractère assez outrancier de certains personnages dans la seconde partie mais le huis-clos fonctionne bien, avec une tension palpable.
Bien sûr, ce n’est pas parfait au niveau de l’histoire mais les acteurs se donnent à fond (Michael Biehn, génial) voir un peu trop (Milo Ventimiglia qui cherche à gommer à tout prix son image de bogosse de Heroes), mais Xavier Gens fait preuve d’une technique imparrable. Bien qu’il fasse un peut trop de démo par moment (rappellant le Panic Room de Fincher), la lumière est magnifique et la musique à tomber, jusqu’au crescendo final d’une puissance saisissante.

the woman

The Woman a suivi. Controversé après le petit scandale qu’il a causé à Sundance, Lucky McKee nous présente donc une famille capturant une femme sauvage et tentant de la civiliser en l’enfermant dans leur cave. Évidemment, très vite, nous nous apercevons que le monstre n’est pas celui que l’on croit. Le père est un salaud de la pire espèce qui maintient d’une main de fer « l’équilibre»  de sa famille, n’hésitant pas à battre sa femme, à rabaisser ses enfants et à apprendre les pires manières à son fils (et ce n’est pas le pire), sur fond de musique folk enjouée (d’où la sélection Sundance). Un contraste de tons étonnant et dérangeant jusqu’à un final trash qui met du temps à venir pour finalement ne pas dire grand chose.

Samedi, le film à voir était sans doute le film d’animation japonais Red Line. Le réalisateur du segment World Record d’Animatrix nous entraîne dans une course effrénée et folle rappelant allègrement autant Speed Racer que les Fous du Volant agrémenté de tout ce qui fait la japanim’ soit des filles sexy des étoiles plein les yeux, des armes biologiques monstrueuses qui détruisent tout sur leur passage et une sombre histoire gouvernementale qui n’a rien à voir avec le schmilblick mais plante des bâtons dans les roues des concourants. Et si l’on se fout royalement des personnages et que l’histoire est totalement décousue, l’animation est top et on se prend des images plein les yeux, pareil pour le son (qui oublie quand même un peu les musiques qui avaient l’air très sympas). En dvd début octobre.

A suivre : la Nuit Grindhouse avec Hobo with a Shotgun, Tucker & Dale vs. Evil et Norwegian Ninja

Pour retrouver tous les articles de MyScreens à l’Étrange Festival, c’est par ici.

publié dans :Actu ciné Cinéma Critiques ciné Festivals

  1. 05/09/2011 à 12:04 | #1

    THe Woman m’intrigue toujours malgré le peu d’avis positifs. Je vais devoir attendre maintenant pour le découvrir…!