Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Monstres & Cie

Culte du dimanche : Monstres & Cie

posté le 11/07/2010

Avec la sortie √©v√©nement de Toy Story 3 ce mercredi, on n’√©chappera donc pas √† un petit retour en arri√®re sur un film Pixar et en particulier un film auquel Lee Unkrich a particip√©. Un concentr√© d’humour, de bonne humeur et d’√©motions : Monstres & Cie.

Apr√®s 3 films r√©alis√© et qui ont install√© Pixar comme le nouveau grand studio d’animation am√©ricain, John Lasseter d√©cide de passer la main et de confier le nouveau film d’animation √† l’un de ses disciples. C’est √† Pete Docter que revient donc la lourde tache de succ√©der au grand manitou, assist√© et Lee Unkrich et avec Andrew Stanton √† l’√©criture (celui-l√† m√™me qui plongera ensuite le public dans le Monde de N√©mo).

La r√©ussite du film vient ind√©niablement de son √©criture (comme la plupart des Pixar en m√™me temps !) car le studio d√©cide de prendre √† revers l’histoire du monstre que l’on imagine tous dans le placard lorsque l’on est gamin. Ici, ce sont les monstres qui ont peur des enfants mais doivent r√©cup√©rer leur cri, source d’√©nergie¬† incroyable. On d√©couvre alors un univers parall√®le o√Ļ les monstres vivent une vie normale comme peuvent la vivre les humains (enfin presque). Les r√©f√©rences et clins d’Ňďil sont l√©gion (le restaurant Harryhausen est ainsi un bel hommage au l√©gendaire cr√©ateur de monstres du 7e art) et l’humour omnipr√©sent.

Il faut dire que les personnages sont aussi l√† pour que l’on entre directement dans leur monde. D√®s que l’on rencontre Bob Razowski et son ami Sully, on s’attache tout de suite eux. On sent tout de suite une profonde amiti√© qui dure depuis des ann√©es et qui fait toute la force de leur √©quipe de choc. On prend donc tout de suite plaisir √† suivre leurs aventures. Et les personnages secondaires ne sont pas oubli√©s, L√©on le Cam√©l√©on est un m√©chant assez mena√ßant pour tenir face aux deux comp√®res, la petite Bouh qui d√©barque est mimi (et nous rem√©more tous les m√īmes de cet √Ęge que l’on peut connaitre) comme tout et Germaine est une monstre de sto√Įcisme impeccable.

A ce sc√©nario et ces personnages vient √©galement s’ajouter une r√©alisation du tonnerre. L’aspect dessin anim√© cartoony rempli de couleurs en met plein les mirettes (cette d√©couverte de la r√©serve de portes !, cette super id√©e de course poursuite autour du monde en 3 portes !) et donne une p√™che d’enfer, les personnages sont tr√®s bien anim√©s et on notera la performance des animateurs sur le velu Sully.

Mais √©videmment, comme dans tous les Pixar, il y a de nombreux messages destin√©s aux adultes. Car si les gamins vont s’√©clater avec les aventures des monstres et les gags et r√©pliques √† mourir de rire (en ce sens, le doublage version fran√ßaise est aussi une grande r√©ussite √† souligner), les adultes y verrons un parall√®le avec le monde de l’entreprise, demandant √† tout prix de la rentabilit√© au d√©triment du bien √™tre des salari√©s qui se doivent d’√™tre productifs (le patron, les proc√©dures administratives de Germaine, le coll√®gue arriviste). C’est un peu comme si Pixar pr√īnait sa philosophie d’entreprise, comme quoi le travail sera mieux fait et beaucoup plus profitable si tout le monde y prend du plaisir. Pour d’autres, ce sera aussi un petit message sur l’homoparentalit√© (vous ne l’aviez pas vu arriver celui-l√† hein !). Car si il n’y avait pas eu cette histoire d’amour entre Bob et Celia, deux monstres m√Ęles qui partagent le m√™me appartement et¬† vont presque adopter la petite Bouh, c’est tout de m√™me assez √©vocateur. Preuve que Pixar peut √©voquer des sujets sensibles d’une mani√®re ludique et subtile.

Bref, avec ce Monstres & Cie, Pixar montre que John Lasseter n’est pas le seul √† bord et qu’il y a un vivier de talents incroyable. Monstres & Cie enfonce donc le clou et d√©montre clairement qu’il s’agit du meilleur studio d’animation am√©ricain.¬† Si il n’y a pas de r√©volution √† la Toy Story, Monstres & Cie offre tout de m√™me un moment de joie intense que l’on peut se repasser en boucle et pour lequel on peut connaitre toutes les r√©pliques par cŇďur sans se lasser.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 11/07/2010 à 14:52 | #1

    ¬ę¬†salet√© de rampant ! …passe-moi la pelle !¬†¬Ľ

    ¬ę¬†on s’√©quipe de cuill√®res √† potAAAAAge, et on creuse un trou dont jamais elle ne ressortira !¬†¬Ľ ¬ę¬†potage ?…¬†¬Ľ

    ¬ę¬†devinez quoi…vous ne m’avez toujours pas remis votre rapport, je ferme le rideau¬†¬Ľ ..¬†¬Ľyaaaaaaaaaaahhh !!¬†¬Ľ

    les r√©pliques de ce film sont justes g√©niales ūüėČ

  2. 11/07/2010 à 22:47 | #2

    C’est clair que chaque Pixar peut √™tre revu un nombre incalculable de fois. Puis avec leur r√©f√©rence et easter-egg c’est une red√©couverte qu’on fait du film. ( Par exemple dans chaque film il y √† la voiture De Pizza Planet)

  3. 14/07/2010 à 17:18 | #3

    Monstres & Cie c’est vraiment du culte.

    Il s’agit pour moi du meilleur Pixar tout simplement √† moins que Toy Story 3 fasse mieux.

ÔĽŅ