Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : les Goonies

Culte du dimanche : les Goonies

posté le 01/08/2010 FredP

myscreens blog cinema, film culte, les goonies

Prêts pour retrouver votre âme de môme aventurier en partant à la recherche d’un trésor perdu ? Alors embarquez avec les Goonies pour un film que tout gamin doit avoir vu.

Alors que nous étions tous mômes, en lisant les aventures de nos héros et en particulier des histoires de pirates, on a tous eu envie de partir nous aussi avec nos camarades dans une grande chasse au trésor. Si si, avouez, vous l’aviez imaginée, remplie d’épreuves et d’énigmes, à loin des préoccupations de vos parents. Et bien c’est ce que Richard Donner a concrètement réalisé avec les Goonies.

En 1985, tous les gamins font donc la connaissance d’une bande de copains avec qui ils vont vivre une sacrée aventure. On rencontre donc Choco (le gros peureux naïf), Data (le geek inventeur de gadgets farfelus, inutiles et qui ne marchent pas), Bagoo (le fort en gueule séducteur), Brand (le grand frère râleur mais protecteur), Steph et Andy (les filles, incomprises encore des garçons) et Mickey, le héros qui nous représente nous, l’enfant qui ne veut pas voir son monde d’enfant démoli en grandissant et va tout tenter pour le préserver et y garder ses camarades. Ainsi, c’est un peu le reflet de notre bande de pote de la vie réelle qui se retrouve à l’écran en train de vivre l’aventure que l’on voudrait vivre nous-même. La projection est donc immédiate, et avec la complicité qui règne au sein des jeunes acteurs menés par Sean Astin et Josh Brolin (alors tout jeunes), on se prend tout de suite au jeu.

Il faut dire que Donner et Spielberg (oui, ce dernier était à la production et ça se ressent avec cet esprit Indy jr et la futur bande des enfants perdus de Peter Pan) nous présentent rapidement les héros et les font partir à l’aventure en moins de deux. Les voilà rapidement sur la piste du trésor, une bande de bandits bêtas (bah oui, il faut une menace mais dont les mômes peuvent se débarrasser) à leurs trousses et affublés d’un monstre de foire tout aussi effrayant que gentil. Tous les ingrédients du film d’aventure sont là, à la sauce kids, pour nous faire passer un très bon moment.

Bien sûr, le film est loin d’être parfait (faux raccords, …) mais il dégage un capital sympathie immense. Pour une fois, les enfants ne sont pas pris pour des idiots (oui, il y a des squelettes partout et des phrases à double sens qui montrent que les enfants grandissent mais possèdent encore cette part d’innocence) et on se dit qu’il serait presque impossible de faire un tel film aujourd’hui avec des association de parents sur-protecteurs et des mômes qui perdent leur part d’enfance beaucoup plus tôt que par le passé. Et puis il y a aussi une foule de références que l’on découvre au fur et à mesure, la plus évidente étant celle de Superman, et des répliques mémorables (« Cynoque aime Choco» , « Ah tu pues le gymnase»  …).

Avec ces personnages bien incarnés et le rêve d’une aventure pour tout môme (et assez rafraichissante pour les adulte), malgré ses défauts, Les Goonies ont su se faire une place dans toute dvdthèque de geek qui se respecte devenir un vrai petit film culte pour toute une génération.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 01/08/2010 à 12:26 | #1

    Tu m’étonnes ! Plus que culte celui là, le nombre de fois que j’ai pu le voir étant gamin, tiens j’entends encore Cindy Laupers :D

  2. Brunotaff
    03/08/2010 à 23:35 | #2

    Des défauts?!! Je veux bien trouver des défauts à inception, mais aux goonies?!
    En tout cas je ne suis pas d’accord sur le fait qu’on se retrouve dans le personnage de Mickey, les goonies c’est un vrai film de la jeunesse nerd des 80′s on était plus proche de data et Choco, et on revait d’être aussi cool que Corey feldman…

    En tout cas je suis content qu’il y ait enfin un culte du dimanche sur ce film qui devrait être dans tout les top10 de la génération spielberg

  3. seb920
    10/07/2011 à 19:58 | #3

    Excellent retour aux sources (l’enfance), + le temps passe + suis nostalgique de tout ca, je ne trouve aucun repère et ai l’impression d’être vieux, vieux à… 35 ans :-(