Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Dracula

Culte du dimanche : Dracula

posté le 05/09/2010 FredP

dracula culte coppola myscreens blog cinema

A l’occasion de l’Étrange Festival qui a dĂ©butĂ© ce week-end avec une Nuit Vampire, revenons sur le plus cĂ©lèbre d’entre eux, racontĂ© par un très grand rĂ©alisateur : Bram Stocker’s Dracula par Francis Ford Coppola.

Si il y a bien une crĂ©ature mythique dans la littĂ©rature et le fantastique, c’est bien le vampire, d’ailleurs plus d’actualitĂ© aujourd’hui que jamais. Toutes les variations existent, des cultes Nosferatu et films de la Hammer aux Blade, Twilight et autres True Blood, les noctambules suceurs de sang remportent toujours un grand succès, peu importe les Ă©poques. Cet attrait est sans doute dĂ» Ă  l’aura mystĂ©rieuse, immortelle et sensuelle que cette crĂ©ature dĂ©gage. Et le plus grand reprĂ©sentant de l’espèce est bien sĂ»r Dracula, immortalisĂ© Ă  la fin du XIXe dans l’ouvrage de Bram Stocker.

Après maintes interprĂ©tations (on retiendra Ă©videmment les inoubliables Bela Lugosi et Christopher Lee), Francis Ford Coppola dĂ©cide de reprendre le mythe Ă  la base en adaptant le plus fidèlement possible le livre, journal de bord de Bram Stocker tout en y a joutant un certain nombre consĂ©quent de faits liĂ©s au personnage historique Vlad L’Empaleur. DĂ©notant avec l’Ă©tat d’esprit rĂ©gnant en 1992, Coppola rĂ©alise son film Ă  l’ancienne avec très peu d’effets spĂ©ciaux mais avec des dĂ©cors et costumes magnifiques et surtout une histoire gothique et romantique digne de la lĂ©gende.

Ici, nous avons droit aux origines du personnage prĂ©sentĂ©es dans un tableau d’introduction de toute beautĂ©, nous plongeant dans une ambiance romanesque intemporelle (juste Ă©quilibre entre les ambiances gothiques et victoriennes). On comprend alors que le personnage de Dracula n’est pas un monstre mais un ĂŞtre maudit, rongĂ© par la culpabilitĂ© et l’amour, traversant le temps dans le mince espoir de retrouver un jour sa bien aimĂ©e. Reprenant le mythe du vampire tel qu’il se doit d’ĂŞtre, le rĂ©cit est romantique mais dĂ©gage Ă©galement une bestialitĂ© et une sexualitĂ© intense, venant Ă  la fois de Dracula lui-mĂŞme mais aussi de ses concubines (première apparition de Monica Bellucci) et de ses proies (magnifique et effrayante Sadie Frost dans la robe mortuaire de Lucy) . Coppola a parfaitement comprit l’Ă©tat d’esprit de Stocker et ce qui fait tout le mystère et l’attrait de la crĂ©ature.

Il faut d’ire qu’il est en cela appuyĂ© par un carrĂ© de comĂ©diens exceptionnels. Si Keanu Reeves dĂ©bute et convainc, Winona Ryder est plus innocente que jamais et Anthony Hopkins est un Van Helsing bien plus intĂ©ressant que Hugh Jackman. Mais bien sĂ»r, c’est Gary Oldman qu’on retiendra dans le rĂ´le titre. MĂ©tamorphosĂ© Ă  plusieurs reprises mais toujours reconnaissable, il nous prĂ©sente un Dracula hantĂ© par ses actes, romantique, charismatique, impĂ©rial.

Certes, les dĂ©cors et effets sont aujourd’hui dĂ©passĂ©s (on voit clairement que c’est du studio), mais les autres atouts artistiques sont tels que le film reste aussi intemporel que son hĂ©ros, dĂ©gageant toujours cette esprit gothique Ă  la fois sauvage et romantique qui donne toutes ses lettres de noblesse au vampire et faisant repartir la lĂ©gende du bon pied. Dès lors, quand on Ă©voque Dracula au cinĂ©ma, en pense forcĂ©ment Ă  la version de Coppola, toute aussi personnelle au rĂ©alisateur qui nous prĂ©sente un film sur l’amour Ă©ternel, que fidèle Ă  l’Ĺ“uvre originale et originelle.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. 06/09/2010 Ă  11:18 | #1

    J’aimais beaucoup ce film gamin, probablement pour son aspect terrifiant et, lorsque je l’ai revu y a pas plus de deux mois, il m’a plutĂ´t déçu. Je trouve les scènes entre Ryder et Oldman trop candide et niaise. Au niveau du jeu des acteurs, c’est en demi-teinte : ça cabotine souvent.
    Par contre, je trouve que les dĂ©cors et effets accentuent aujourd’hui un cĂ´tĂ© baroque très rĂ©ussi.

  2. 10/09/2010 Ă  17:15 | #2

    Bonjour, j’ose dire que c’est un très très grand film. Tout est rĂ©ussi: les dĂ©cors, les costumes, la musique et Gary Oldman est remarquable. Un des meilleurs Coppola que j’ai vu. Je trouve que c’est mĂŞme supĂ©rieur au roman de Bram Stocker (c’est dire).