Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Cube

Culte du dimanche : Cube

posté le 27/06/2010 FredP

cube culte critique film myscreens blog cinema

Avec la sortie de son nouveau film de SF Splice, revenons donc un peu sur le premier film de Vincenzo Natali, qui annonçait déjà son talent et son univers : Cube.

CubeIl est Ă©tonnant de voir la destinĂ©e de certains films. Un peu comme le Duel de Spielberg qui Ă©tait au dĂ©part seulement un tĂ©lĂ©film pour devenir le dĂ©clencheur de la carrière que l’on connait, Cube Ă©tait au dĂ©part le petit film de fin d’Ă©tudes de Vincenzo Natali. DotĂ© d’un budget plus que modeste, le rĂ©alisateur canadien a complètement intĂ©grĂ© cette contrainte dans l’histoire de son film. Un lieu unique, 6 personnes qui ne se connaissent pas et qui vont tenter de sortir de ce labyrinthe.

Grâce Ă  un ingĂ©nieux procĂ©dĂ© de changement d’Ă©clairage de la pièce, Natali arrive facilement Ă  donner l’impression de pièces multiples en gardant un seul dĂ©cor et gardant une impression d’Ă©touffement. Car il ne faut pas ĂŞtre claustrophobe en regardant Cube. Dans le mĂŞme dĂ©cor pendant 90 minutes en compagnie de personnages qui commencent peu Ă  peu Ă  perdre espoir et se rendent fous, le spectateur est plongĂ© dans un environnement oppressant dont il est difficile d’Ă©chapper, d’autant que des pièges plus cruels les uns que les autres attendent les prisonniers. Comme dans le Huis Clos de Sartre, ici,» l’enfer c’est les autres» . D’ailleurs, la majoritĂ© des personnages ne mourront pas Ă  cause des pièges mais bien d’eux-mĂŞmes.

Le rĂ©alisateur que l’on prĂ©sente alors en 1997 comme le nouveau Cronenberg rĂ©vèle alors avec brio la bĂŞtise et la sauvergerie humaine qui sommeille en nous en milieu hostile, lorsqu’au lieu de s’unir, on prĂ©fère chercher un coupable Ă  portĂ©e de main. D’ailleurs, en parlant de coupable, l’autre grand mystère du film fait aussi partie de sa rĂ©ussite. Car jamais nous ne connaitrons les auteurs de l’enlèvement des personnages et crĂ©ateur du Cube. Purgatoire ? Test militaire ou scientifique ? prison ? extra-terrestres ? la rĂ©ponse ne sera pas donnĂ©e malgrĂ© de très lĂ©gers indices sur la fabrication du labyrinthe.

Avec son inventivitĂ© et son intelligence, Cube reçoit un accueil plutĂ´t favorable du public mais surtout des festivals dans lesquels il sera diffusĂ©. On le retrouvera ainsi  Toronto ou Gerardmer pour ĂŞtre justement rĂ©compensĂ©. Le succès est au rendez-vous et 2 suites (Hypercube et Cube Zero) verrons mĂŞme le jour, reprenant la recette peu onĂ©reuse du premier volet avec des pièges plus mortel mais perdant en inventivitĂ© et en mystère en voulant rĂ©vĂ©ler quelques Ă©lĂ©ments sur les origines du cube. Quoi qu’il en soit, Natali aura ensuite une carrière qui passera plus inaperçue malgrĂ© des petits films de qualitĂ© et originaux (Cypher et Nothing).

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Eowyn
    27/06/2010 Ă  14:10 | #1

    Ce film est bien et comme tu dis, montre la bĂŞtise humaine dans ces situations. Car ils auraient pu tous s’en sortir s’ils s’Ă©taient Ă©paulĂ©s et avaient pris en compte les capacitĂ©s de chacun. C’est aussi un synonyme de notre sociĂ©tĂ© qui est de plus en plus individualiste et se dirige vers des conflits autant inutile qu’egoĂŻste.
    Au fait, bienvenue.

  2. momomax
    27/06/2010 Ă  20:34 | #2

    Ce film est un OVNI cinĂ©matographique, et Cube ne laisse pas indiffĂ©rent. Le film ne traite ni du pourquoi ni du comment mais s’intĂ©resse Ă  la psychologie des personnages dont les informations de leur passĂ© nous arrivent par sacades. La fin reste ouverte et est dans la continuitĂ© du film mais je n’en dĂ©voile pas plus… Par contre, au niveau du jeu d’acteurs ou encore de la BO, on repassera…

  3. 27/06/2010 Ă  21:47 | #3

    Si mythique :-)
    Je me souviens avoir vu ce film avec mon petit frère en cassette vidĂ©o… Et en VF. C’est donc cette rĂ©plique culte « mais tu as de la peau de saucisson devant les yeux ou quoi ?»  qu’il me reste de Cube !
    Pressée de voir Splice en tout cas !