Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Là-Haut – la critique

Là-Haut – la critique

posté le 28/07/2009 FredP

up thumb

Mais comment font-ils chez Pixar pour toujours nous pondre des petits bijoux comme ça ? Oui, encore une fois, avec Là-Haut, Pixar remporté son pari.

up frEncore une fois, le pitch de départ n’était pas bien excitant (un petit vieux qui la ville avec sa maison-ballon). Mais on sait que Pixar est passé maître dans l’art de transformer les pitch moyen en véritables chefs d’oeuvres. Avec Là-Haut, c’est donc encore une fois le cas ici.

Cette fois-ci donc, Pete Docter et Bob Peterson (réalisateurs de Monstres & Cie) nous raconte les aventures de Carl Fredricksen, 78 printemps, qui part à l’aventure qu’il n’a pas pu vivre avec sa femme. Quittant la ville à bord de sa maison transportée par des milliers de ballons, il doit quand même supporter Russel, jeune scout prêt à tout pour aider une personne agée. Ensemble, il vont vivre une aventure incroyable en amérique du sud avec des rencontres toujours plus étonnantes.

Dès les 5 premières minutes, on entre dans le récit. Et il faut dire que cette introduction est tout simplement extraordinaire. Elle raconte la jeunesse de Carl et sa vie avec Ellie. Amusantes, touchantes et émouvantes, ces 5 minutes nous mettraient presque la larme  à l’oeil. Et ensuite, après la présentation des personnages, c’est le grand départ. Place à l’aventure, spectaculaire et souvent très drôle. La relation Carl / Russel est très bien traitée pendant tout le film et les rencontres qu’il feront tout au long du film (un grand oiseau bizarre, un chien qui parle) sont géniales.

upA ce niveau là, je dirais qu’il n’y a qu’une chose qui pêche : le scénario et les relations entre les personnages sont quand même très prévisibles et la durée assez courte (1h35 seulement). Mais la mise en scène, et la manière dont c’est raconté nous font oublier ce détail pour nous laisser porter par les ballons et les nombreuses blagues hilarantes (« écureuil!» ) . Sans oublier l’émotion. Parce que pendant cette heure et demie nous nous sommes beaucoup attachés à ces personnages, la fin de leur voyage nous rend un peu nostalgique et on aurait bien aimé que ça continue encore un peu.

Bien sûr, comme d’habitude, Pixar s’adresse dans ce film à tout le monde, de 7 à 97 ans, tout le monde y trouvera son bonheur avec les différents niveaux de cette histoire. L’aventure et les gags des chiens et de Russel pour les plus jeunes, le temps qui passe et les rêves à réaliser pour les moins jeunes. Des messages toujours universels qui sont ici bien concrets et nous encouragent à réaliser nos rêves.

Enfin bref, encore une fois, Pixar a mit dans le mile avec une histoire prenante, des personnages très sympas, un message émouvant. Chez Pixar, c’est l’histoire, la poésie qui priment pas le fric et ça se voit. C’est toujours un vrai plaisir. Alors embarquez, prenez de la hauteur et laissez vous porter par les ballon là-haut, tout là-haut.

Plus d’infos sur ce film

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Elise
    31/07/2009 à 16:56 | #1

    Merci, ça donne envie, je m’en doutais, j’étais tombée amoureuse de wall-e l’an dernier et là le graphisme me rebutait un peu, j’irai.