Accueil > Critiques Séries, Séries > Critiques en séries : Gotham, Arrow, Flash et DC Legends of Tomorrow

Critiques en séries : Gotham, Arrow, Flash et DC Legends of Tomorrow

posté le 31/05/2016 FredP

Ça y est, les séries DC sont terminées pour cette saison et si on ne parlera pas de Supergirl qu’on a lâché au bout de 5 épisodes et qui reviendra de toute façon sous une autre forme, on peut bien parler des autres saisons de Flash et Arrow mais aussi de la petite nouvelle DC’s Legends of Tomorrow ou encore de la plus particulière Gotham.

La première saison de Gotham était sacrément bancale avec de bonnes idées comme le Pingouin ou l’approche totalement comic book aux personnages surdimensionnés mais aussi de sacrés défauts et en particulier son manque de fil conducteur maitrisé. On pensait que les créateurs de la série allaient avoir appris de ces défauts pour une seconde saison plus prenante, d’autant plus que l’irritante Fish Mooney n’était plus dans les parages. Et si la première partie était plutôt dtoite dans ses bottes avec la menace du nouveau venu Galavan et l’introduction de la cour des hiboux ou le jeu autour du possible Joker, il y a tout de même ce petittruc qui nous fait toujours penser que les scénaristes ne savent pas trop quoi faire de leur personnages. En effet, si ils s’amusent bien avec les figures des ennemis de Batman, les personnalités des personnages récurrents comme l’ex de Gordon ou le bras droit du Pingouin n’arrivent jamais à être définis et bascule outrageusement de tous les côtés. Même Gordon semble toujours aussi perdu au milieu de tout cela et ça n’arrange pas vraiment notre envie de suivre le show d’un oeil attentif.

Pourtant on y retrouve encore une fois de bonnes idées et les coulisses d’Arkham ou l’intrigue autour des débuts du Riddler ou encore l’apparition de Freeze sont vraiment bien trouvées et évoluent de manière naturelle tout comme l’intrigue autour du jeune Wayne qui gagnerait cependant à s’accélérer. Mais il se dégage toujours de l’ensemble un manque de maîtrise  dans le fan service et une volonté d’aller trop vite et de montrer le plus de personnages possible qui nous perd. Ainsi le retour de Galavan sous le masque d’Azrael se révèle totalement gratuit le temps de 2 petits épisodes (là où ce genre d’intrigue pourrait tenir sur une bonne moitié de saison en étant bien développée) et des changements de camps intempestifs et du retour final d’un personnage dont on se passerait bien pour la suite.

Retour chez la CW et son univers DC partagé avec tout d’abord Arrow qui a du affronter cette saison une menace un peu plus mystique avec Damien Darhk. Autant le dire tout suite, la série est fidèle à elle-même avec ses retournements de soap et une intrigue toujours étirée artificiellement et des flashbacks qui ne servent strictement à rien. Mais on apprécie toujours l’esprit de groupe entre les personnages et leur investissement pour sauver leur ville. On s’est depuis le temps bien attaché à eux et quand, depuis le début de la saison, on sait que l’un d’eux va y passer, on espère juste que ce ne sera pas Felicity (et ce ne sera pas passé loin).

Mais encore une fois, rien n’évolue, les personnages fond du sur-place ou juste des allers retours (Felicity en chaise roulante 3 épisodes) et même le semblant d’intrigue politique entamé avec Oliver qui se présente comme maire est complètement survolé. Ajoutez à cela un dernier épisode qui met fin à la menace de Darhk en deux temps trois mouvements sans aucun souffle époque ou dramatique et il ne reste donc que le souvenir d’une saison qui se regarde en faisant autre chose dont la mort est celle d’un personnage dont tout le monde voulait se débarrasser et qui se termine en indiquant que tout st terminé, comme le final de la précédente saison. Un tour pour rien.

Du côté de Flash qui nous avait enthousiasmé l’année dernière avec sa fraîcheur et ses intrigues qui avançaient à toute vitesse à renfort de fan service bien trouvé et de personnage d’emblée attachants, on sera aussi légèrement déçu. En effet, si la série progresse et fait avancer ses personnages (Iris qui est beaucoup moins énervante, Cisco qui se dégote des pouvoirs) et en introduit de nouveaux (hello Wally West) tout en étoffant son univers avec un récit parlant de terres parallèles (après les retours dans le temps de la première saison) mais aussi les pouvoirs de son héros phare, elle souffre d’un méchant pour le moins inintéressant.

En effet, la première saison avait l’avantage d’avoir un bad guy manipulateur intrinsèquement lié à la vie de notre héros. Ici, Zoom débarque de nulle part et est méchant simplement parce qu’il … est méchant. Aucun but, aucune attache pour comprendre ses actions et semer le doute. Et forcément avec un méchant moins réussi, la saison est moins bonne. Et pourtant les personnages se démènent toujours autant avec un bon esprit d’équipe pour nous faire croire le contraire. Alors que la menace de Zoom pèse sur toute la saison parfois de manière particulièrement dramatique, sa fin sera par contre rapidement expédiée et les dernières image font retomber Barry dans de vieux travers dramatiques qui posent bien des questions pour la suite.

Et pour finir on s’intéresse donc au dernier spinoff, Legends of Tomorrow qui entraîne des personnages secondaires d’Arrow et Flash dans les méandres du temps pour sauver un futur apocalyptique de Vandal Savage. Sous la houlette du voyageur temporel Rip Hunter on retrouve donc White Canary, Atom, Captain Cold et son associé Heat Wave, les deux facettes de Firestorm, ou encore Hawkgirl et Hawkman. Et ça commence mal dans un premier épisode aux personnages énervants et à l’intrigue malfichue qui n’a pas les moyens de ses ambitions.

Puis petit à petit ça s’arrange, on s’attache à ce groupe de personnages mal assortis dont les personnalités s’étoffent et les scénaristes s’amusent bien à placer leurs personnages dans des situations toujours différentes (mention spéciale à l’épisode se situant au far west). Evidemment, la série n’est pas forcément très passionnante mais grâce au duo Cold/Canary qui fonctionne bien et un Rip Hunter qui se révèle plus complexe et aussi grâce à la mort immédiate du gonflant Hawkman, on prend tout de même plaisir à regarder ces nouvelles aventures de héros et on est même surpris par des effets parfois réussis comme ce combat de géant dans un univers futuriste. Après un début catastrophique, la série est donc passée au stade de « pas déplaisant»  et c’est déjà un grand pas.

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Pas encore de commentaire