Accueil > Cinéma, Critiques ciné > La Légende de Manolo, critique

La Légende de Manolo, critique

posté le 20/10/2014 FredP

Vacances scolaires obligent, deux films d’animation se livrent une petite bataille sans pour autant sortir des grands studios habituels. Ainsi, en face des Boxtrolls, on retrouve le film familial idéal pour Halloween : La Légende de Manolo. Coloré, festif, riche, c’est une belle surprise que nous offre Guillermo Del Toro qui met sa casquette de producteur.

Cela faisait longtemps que l’histoire de the Book of Life (retitré chez nous la Légende de Manolo) trottait dans la tête de Guillermo Del Toro. Une histoire idéale pour permettre à toutes les familles du monde de découvrir les traditions mexicaines du jour des morts de manière particulièrement festive. Il finit par offrir ce projet au réalisateur Jorge Gutierrez issu de l’écurie Nikelodeon qui va complètement se l’approprier pour nous offrir un spectacle coloré et enjoué qui donne le sourire.

L’histoire est pourtant très simple, dans un petit village, la jolie Maria est courtisée par le champion Joaquin et par le toréador aspirant musicien Manolo. Pour passer le temps dans leur éternité, les divinités de la Mort et Xibalba vont alors parier sur lequel des deux garçons va gagner le cœur de la belle. Une histoire d’amour maudit universelle, éternelle, ramenée à une échelle compréhensible par toutes les générations. Evidemment, son issue est on ne peut plus prévisible tant il est évident que Maria finira conquise par les chansons du poétique Manolo plutôt que par les muscles du sympathique Joaquin. Mais on oublie tout de suite l’issue déjà connue pour se concentrer sur l’aventure que vont vivre les personnages pour en arriver là.

Car la Légende de Manolo nous entraîne rapidement dans un festival d’images et de couleurs, dans des mondes des morts grâce auxquels ont en prend plein les yeux. Le parcours de Manolo auquel on s’attache très vite est semé d’embûches, une véritable aventure au pays festif des morts pour en apprendre plus sur son propre courage. Avec une inventivité de tous les instants, le réalisateur régale nos pupilles tout autant qu’il s’amuse avec ses personnages et ses univers. Car si Manolo est évidemment un héros attachant, tous les personnages secondaires échappent aux grosses ficelles et révèlent autant d’humanité que de drôlerie. Aucun n’est oublié et tous ont leur rôle à jouer pour aider notre héros dans sa quête.

Avec un rythme fou, appuyé par des chansons entraînantes autant qu’émouvantes (avec quelques reprises aux accents latinos surprenants), La Légende de Manolo nous emporte sans mal dans son carnaval. Mais il faut aussi mettre au crédit des créateurs une véritable inventivité. Car non seulement leur animation est irréprochable mais en plus le design (des personnages basé sur des marionnettes, qui se transforment ensuite en squelette de belle manière) est tout simplement parfait pour raconter cette histoire. On sent bien ici toute la vie qui anime les univers et les personnages.


Bref, derrière son histoire plutôt simple, La Légende de Manolo regorge d’idées visuelles et narratives qui lui confèrent une richesse que l’on attendait pas. Ainsi le film est une excellente surprise, un divertissement familial rythmé et attachant comme il se doit qui célèbre la vie autant que la mort dans une ambiance festive de tous les instants et on en sort forcément avec le sourire.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire