Accueil > Cinéma, DVD, Film pas très bon du jeudi > Derrière les murs, film pas très bon du jeudi

Derrière les murs, film pas très bon du jeudi

posté le 01/12/2011

Laetitia Casta perd les pédales dans Derrière les murs, petit film campagnard d’angoisse qui sort le 1er décembre.

Mais pourquoi Laetitia Casta est-elle aussi flippée ? Pourtant elle a quitté Paris et ses soirées mondaines exténuantes et aliénantes ? Arrivée dans une petite bourgade d’Auvergne, en 1922, Suzanne la romancière agace rapidement par sa singularité de citadine la distinguant d’emblée des gentils ruraux plutôt roublards.

En gros, elle fume des cigarillos et elle boit de l’absinthe et les hommes la trouvent à leur goût (pour rester poli)… Mais bon on aura compris le message : c’est la parisienne qui débarque et les pouilleux la dédaignent parce qu’ils pensent qu’elle les méprise, le cercle vicieux fatal. Attitude qui n’existe plus au XXIème siècle… euh.

Est-elle vraiment tarée alcoolique et dépravée ? La réponse : non, meuh nan et point du tout. Dans une énorme maison où elle est sensée composer son prochain chef d’œuvre, Suzanne dépérit et semble rapidement péter les plombs, ce qui ne vas pas s’arranger quand elle découvrira une cachette « derrière les murs ». Un puits, mystérieux… je pense. Parce que le grand concept pas-du-tout révolutionnaire de Derrière les murs c’est que Suzanne va entendre des voix et même une petite fille va se matérialiser pour la tourmenter physiquement (enfin la choper par le pied sous la couette).

Autour, entre l’épicier vicieux, le prêtre pépère, les femmes condescendantes et le prince charmant/ fringuant notable du village, tous vont ne pas trop savoir quoi penser d’elle, plutôt réservée sur son passé troublé, surtout quand 2 fillettes vont êtres enlevées. Suzanne semble avoir un problème avec sa fille violemment disparue. Hum qu’est ce que ça cache ? Eh ben juste ce qu’on s’imagine en fait, qu’elle ne s’en occupait pas et qu’elle est morte emportée par sa grippe.

Donc, apparait-elle comme folle pour qu’on se dise qu’elle est effectivement folle ? Ou est-ce pour justement se dire qu’elle n’est pas folle et qu’elle kidnappe réellement les enfants. Franchement on s’y perd à un moment… et puis on ne veut plus trop savoir.

Car le gros défaut, c’est la lenteur. Pas celle prônée par Kundera, nan, celle qui fait que le film aurait mieux du être un téléfilm de 40 minutes ! L’exposition est tellement longue qu’on ne sait plus si l’intrigue est lancée. Les éléments angoissants se mettent peu à peu en place et le personnage de Laetitia Casta part rapidement en sucette, déchéance physique et morale. Et oui, rassurez-vous, comme dans toute les productions avec la belle corse, on verra ses seins.

Ce film s’adresse à tous fans de Louis la brocante ou d’Agatha Christie allégée, ou pour ceux qui ont aimé Le Horla de Guy de Maupassant, pour le côté fantastique. En fait, c’est vraiment un film d’angoisse pour ta mère, tellement nous, la génération Y qui avons connu Jar Jar Binks, on sait ce que c’est l’horreur !

Mais, Laetitia Casta y est formidable d’incarnation, mieux que juste désabusée et un peu folle : elle est vraiment possédée ou apathique ! Sans cesse à l’écran, elle est d’une composition telle qu’on en oublierait qu’elle était mannequin précédemment.
Elle joue juste, folle mais pas hystérique, décrépie mais pas gitane/ »roots » (le réalisateur à réussi à la rendre moche ce qui est plutôt balèze), mais lente… comme tout le reste du film.

L’autre point fort c’est la reconstitution. Le soin a été apporté pour que ce film sente les années 20, celles où la France réapprenait timidement à vivre et à se détendre. La copie du film aide et surtout le fait que ce soit le premier long métrage de fiction français réalisé en 3D.
La photo est vraiment superbe, un bonheur pour qui comme moi aime découvrir des fresques d’une autre époque. Des décors et une ambiance fabuleusement champêtres. Mais sinon, pas trop de frissons, pour ceux qui ne se seront pas endormis.

Découvrez sur cinetrafic la catégorie film d’horreur et retrouvez la liste film 2011.
Date de sortie : 15 novembre

Prix de vente : 19.99 € TTC le DVD

Existe également en Blu-Ray 3D (compatible 2D)
Disponible sur www.bacboutique.com
Editeur Bac Vidéo

publié dans :Cinéma DVD Film pas très bon du jeudi

  1. Pas encore de commentaire