Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : Forrest Gump

Culte du dimanche : Forrest Gump

posté le 03/01/2010 FredP

forrest gump thumb

Pour le premier culte du dimanche de l’annĂ©e, on fait un petit bilan de 40 ans d’histoire des Etats-Unis au travers des yeux d’un certain Forrest Gump.

forrestgumpaffEn 1994, alors qu’il est plutĂ´t connu pour ses comĂ©dies fantastiques (Retour vers le Futur, Roger Rabbit, la Mort vous va si bien), Robert Zemeckis emprunte un tout autre registre pour nous raconter un bout de l’histoire des Etats-Unis de manière unique et touchante grâce Ă  Forrest Gump. Le succès est immĂ©diat et le film va marquer les annĂ©es 90.

Car en mĂŞlant la petite histoire de cet homme simple Ă  la grande histoire de l’oncle Sam, Zemeckis touche tout le monde. Ainsi plusieurs niveaux de lecture s’offrent au public. Les enfants s’attacheront Ă  ce grand benĂŞt qui court toujours et les adultes y verrons tous les clins d’Ĺ“ils aux actualitĂ©s qu’il ont pu voir ces dernières annĂ©es. Forrest est donc nĂ© lĂ©gèrement diffĂ©rent, simple d’esprit, il restera un grand enfant innocent qui verra la maltraitance, le Viet-Nam, le mouvement hippie, le sida, la mort avec un regard diffĂ©rent. Les grand maux de notre sociĂ©tĂ© des annĂ©es 50  Ă  90 sont Ă©voquĂ©s de manière simple et sans s’en dĂ©tourner. Si Forrest n’Ă©tait pas un grand enfant, on aurait un film profondĂ©ment dĂ©pressif, mais sa naĂŻvetĂ© et son amour inconditionnel pour sa Jenny font que ce film ne verse pas dans le pathos inutile pour se concentrer sur de grandes Ă©motions.

forrest-gump-jenny-curranCes Ă©motions, nous les devons donc pleinement Ă  Zemeckis qui nous prĂ©sente son film sans artifices, avec une mise en scène simple et toujours proche de son protagoniste, qui ne s’Ă©loigne jamais de son sujet. Grâce Ă  lui, on est plongĂ© dans cette grande histoire qui navigue entre l’intimiste (les scènes entre Forrest et sa mère ou Jenny), l’Ă©pique (Viet-Nam, discours hippie Ă  Washington), le drame et l’humour. Toutes les facettes touchantes de ce personnage sont mises en lumière et les effets spĂ©ciaux, fortement prĂ©sents, ne servent qu’Ă  raconter l’histoire en Ă©tant invisible (incrustation de Tom Hanks dans les archives, la plume, les jambes de Gary Sinise …). Mais, outre le talent de Zemeckis pour nous raconter cette histoire Ă  la fois simple et complexe, il y a Ă©galement les comĂ©diens qui sont tous au top.
Évidemment, on ne peut que saluer la performance de Tom Hanks qui est littĂ©ralement Forrest Gump, Ă  la fois simple, grand enfant mais lucide Ă©galement sur sa condition et les sentiments des autres mĂŞme si il ne comprend pas tout aux difficultĂ©s du monde. Un personnage pur et touchant auquel on s’attache d’emblĂ©e. A ses cĂ´tĂ©s, Sally Field joue sa mère Ă  travers les âge. Une femme forte qui aidera son fils Ă  s’en sortir par lui-mĂŞme. forrest-gump04Et il y a toujours Jenny, l’amour de sa vie, interprĂ©tĂ©e par Robin Wright (pas encore Penn), une jeune femme perdue Ă  l’enfance difficile qui trouvera toujours rĂ©confort auprès de Forrest mais Ă  la vie compliquĂ©e, cherchant ailleurs ce qu’elle ne pourra trouver qu’en Forrest et lui offrant ainsi le plus beau des cadeaux. Sans oublier le cĂ©lèbre Lieutenant Dan, interprĂ©tĂ© par un Gary Sinise sans jambes Ă©reintĂ© par le Viet-Nam mais qui retrouvera une raison de vivre grâce Ă  Gump. Une galerie de personnages forts qui mettent donc en relief la personnalitĂ© de Forrest et le rendant toujours plus attachant jusqu’au final tellement Ă©mouvant.

Le public ne s’est Ă©videmment pas trompĂ© sur la qualitĂ© du film en en faisant un succès au box-office et le rendant rapidement culte. C’est en effet une sorte de bilan sur 40 ans d’histoire des Etats-Unis avec tout le recul nĂ©cĂ©ssaire pour ne pas tomber dans les clichĂ©s qui est Ă©voquĂ©. Et la critique a suivi. Le film a d’ailleurs bĂ©nĂ©ficiĂ© de 6 oscars bien mĂ©ritĂ©s (dont les oscars majeurs de meilleur film, rĂ©alisateur, acteur et scĂ©nario). Un film fleuve, le meilleur de Zemeckis, qui se regarde aujourd’hui avec toujours autant d’Ă©motions.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire