Accueil > Cinéma, Retro > Retro : la saga Chucky

Retro : la saga Chucky

posté le 05/07/2009 FredP

chucky thumb

Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de voir l’ensemble de la saga Chucky, c’est-Ă -dire les 5 Ă©pisodes des aventures de la poupĂ©e tueuse. Petit rĂ©cap donc pour une saga d’horreur pas tout Ă  fait comme les autres.

Chucky est un personnage culte, 20 ans que la poupĂ©e sanglante sĂ©vi. Avec Freddy, Jason ou Michael Myers, c’est l’un des principaux reprĂ©sentant du slasher movie. Sauf que Chucky est un personnage mystique. Sans Brad Dourif (qui fait la voix de Chucky), l’intĂ©rĂŞt ne serait pas le mĂŞme en tout cas.

chuckyJeu d’Enfant (Child’s play) - 1988 – De Tom Holland

Ce sont donc les origines de Chucky. L’histoire est simple. Le serial-killer Charles Lee Ray est abattu dans un magasin mais, par un rituel vaudou, transfère son esprit dans une poupĂ©e Brave Gars (Good Guys en Vo). Pendant se temps, le petit Andy vit seul avec sa mère. Celle-ci lui offre donc une de ces fameuses poupĂ©es Brave Gars, très en vogue, mais pas n’importe laquelle, il s’agit Ă©videmment du Chucky. Evidemment, très vite, des morts arrivent dans l’entourage d’Andy, mais personne ne croit l’enfant. Ici l’intĂ©rĂŞt n’est pas trop dans les meurtres, pas très originaux, mais plutĂ´t dans la dĂ©couverte de ce personnage plutĂ´t original qu’est Chucky. Rien que l’entendre dire « j’t'emmerde»  Ă  une bourgeoise sortant de l’ascenceur est Ă  mourir de rire. C’est donc plus un film d’horreur volontairement Ă  prendre au second degrĂ©, ce qui Ă  l’Ă©poque n’Ă©tait pas trop rĂ©pandu (en gĂ©nĂ©ral les Vendredi 13 Ă©taient très premier degrĂ© par exemple, le second degrĂ© n’Ă©tant pas volontaire). Evidemment, Ă  la fin, Chucky se fait exploser et le petit Andy est sauf.

Chucky la PoupĂ©e de Sang (Child’s play 2) – 1990 – de John Lafia

Deux ans plus tard, Chucky a Ă©tĂ© rĂ©parĂ©, et donc il est de retour, prĂ©parer Ă  se venger d’Andy. Celui-ci a trouvĂ© une nouvelle famille d’accueil. Un peu perturbĂ© par les Ă©vĂ©nements du premier volet, dès qu’il voit un Brave Gars normal, il pète un peu les plombs. Encore plus dès que la poupĂ©e est remplacĂ©e par Chucky. Evidemment la famille n’en crois toujours pas un mot et Andy doit faire face seul. Ce volet est tout Ă  fait dans la continuitĂ© du premier volet. MĂŞme humour, mĂŞmes bonnes rĂ©pliques du Dourif. On a mĂŞme droit Ă  un final un dans l’usine de jouets assez prenant. Bref, cette petite saga d’horreur confirme son capital sympathie

Chucky 3 (Child’s play 3) – 1991 – de Jack Bender18857067

Pour ce 3e volet, on fait un bond dans le temps. Andy a grandi et se retrouve dans un collège militaire (carrĂ©ment!). La production des poupĂ©es Brave Gars est relancĂ©e et l’âme de Chucky est donc de retour dans un nouveau corps de poupĂ©e. Il part Ă©videmment tout de suite Ă  la recherche de Chucky. Evidemment il se retrouve comme d’habitude seul contre la poupĂ©e. Ce volet est le moins bon de la saga, quelques meurtres sympas (le colonnel coiffeur) mais l’histoire n’est pas gĂ©niale et la saga tombe plus bas que tout. Le seul intĂ©rĂŞt reste le personnage de Chucky. En effet, Andy enfant Ă©tait gentil, mais maintenant qu’il a grandi, son attitude est insuportable. Mais il fallait bien un film ratĂ© pour avoir ensuite une bonne reprise en main.

La FiancĂ©e de Chucky (Bride of Chucky) – 1999 – de Ronny Yu034626_ph1

Après un 3e volet vraiment moyen, il fallait un bon coup de fouet Ă  la saga. Et pour cela, 3 ingrĂ©dients : un nouveau rĂ©al avec un vrai esprit (Ronny Yu), on oublie Andy, et on accueille Jennifer Tilly. Tiffany (Jennifer Tilly) retrouve donc la poupĂ©e de Chucky dans un sale Ă©tat, le rĂ©pare et arrive Ă  le ressuciter. Le monstre est de retour. Et va mĂŞme tuer sa bienfaitrice pour mieux la transfĂ©rer dans le corps d’une poupĂ©e. Voici donc les 2 compères en cavale, Ă  la recherche d’une amulette pour leur donner des corps normaux. En route pour un road-trip sanglant. Un film rythmĂ©, un humour corrosif sur les relations de couple (l’amour entre 2 poupĂ©es, scènes de mĂ©nages, …), des meutres plus gores. Les deux poupĂ©es sont dĂ©chainĂ©es et ça fait du bien. Bref, on a droit Ă  une très bonne remise sur pied de la saga avec maintenant 2 poupĂ©es gĂ©niales.

18403123Le Fils de Chucky (Seed of Chucky) – 2004 – de Don Mancini

Après s’ĂŞtre trouvĂ© une fiancĂ©e, Chucky et Tiff’ ont maintenant un fils, Glen, qui a un petit problème de personnalitĂ©. En effet, il est assexuĂ© et ne veut tuer personne. Chucky veut que ce soit un fils, Tiffany une fille. Ils se retrouvent Ă  Hollywood pour trouver les corps de stars. Tiffany veut ainsi Ă  tout prix le corps de Jennifer Tilly (qui ici, en plus de faire la voix de Tiffany, joue donc son propre rĂ´le). Ils sĂ©questrent donc la star et montent un plan diabolique. Encore une fois, le film est rĂ©ussi. Un humour encore plus corrosif que le volet prĂ©cĂ©dent, n’hĂ©sitant pas Ă  Ă©gratigner Hollywood, avec plus de sang. Une rĂ©ussite dans le genre.

Au final, la saga de Chucky a connu des hauts et des bas. En dĂ©butant avec des films assez classiques et chutant mais se relevant depuis un 4e volet d’enfer. LĂ  oĂą d’autres se sont essouflĂ©s et ont continuĂ© toujours plus bas, la poupĂ©e tueuse a suivi le parcours inverse pour finir par adopter un ton rĂ©solument gore et 2d degrĂ© hyper corrosif qui se dĂ©marque bien des sagas concurrentes. Un 6e Ă©pisode dans cette lignĂ©e pourrait ĂŞtre toujours aussi bien, car avec des personnages aussi barrĂ©s que Chucky et Tiffany, il y a de la matière ! Et de toute façon, on le sais bien, Chucky trouvera toujours un moyen de revenir.

publié dans :Cinéma Retro

  1. 15/10/2010 Ă  13:47 | #1

    Les clins d’oeil aux films d’horreur culte des 2 derniers volets sont tout Ă  fait jouissifs. J’aime particulièrement le 4 avec l’esprit road-movie sanglant mais aussi pour le cĂ´tĂ© humain/triste du personnage de Tiffany, gentiement dĂ©jantĂ©e et Rock’n'Roll. Bon, après, le fils de CHUCKY, c’Ă©tait pas nĂ©cessaire, le film est bien mais ce pan de l’histoire est plus gavant qu’autre chose, par contre il a effectivement le mĂ©rite de faire mĂ»rir l’histoire !
    A voir, je dirais le 1 pour sa fraĂ®cheur et pour le dĂ©calage d’un gentil garçonnet de 4-6 ans se faisant pourchassĂ© par une poupĂ©e tueuse (encore Ă  notre Ă©poque je trouve ça bien HARD) et pour l’aspect film familial d’horreur-comique ; le 2 est une ressassĂ© du premier ; le 3 est complètement inutile sauf pour quelques mises en scènes ; le 4 est mon prĂ©fĂ©rĂ© et puis le 5, pourquoi pas …

  2. 28/05/2013 Ă  20:53 | #2

    C’est malin, tu nous a dĂ©voilĂ© la fin :’(