Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Clones, la critique

Clones, la critique

posté le 29/10/2009

surrogates

Clones, c’est un peu le retour de Bruce Willis √† la SF. Dommage que le r√©alisateur n’ai pas su capter tout le potentiel de la mati√®re premi√®re.

surrogates_movie_poster_2Clones, ou plut√īt Surrogates est au d√©part un comic-book de SF √©crit par Robert Venditti et Brett Weldele. Une enqu√™te polici√®re futuriste de qualit√© dans un monde o√Ļ les humains restent chez eux et se d√©placent dans la vie de tous les jours au travers d’avatars robotis√©s, les fameux surrogates (ou clones en vf si vous pr√©f√©rez, bien que le terme soit compl√®tement inappropri√©). Gr√Ęce √† ce syst√®me qui permettait surtout au d√©part d’aider les handicap√©s, le taux de criminalit√© a incroyablement baiss√©. Mais √©videmment, il reste des poches de r√©sistance √† ce syst√®me. Comme on peut s’en douter, √ßa va d√©raper quand quelqu’un va trouver le moyen de tuer une personne √† travers son surrogate.

Cette histoire de SF a quoi susciter la curiosit√© et m√™me apporter une profonde r√©flexions sur nos vies, notre futur, notre comportement sur Internet au travers des avatars, … Toute la mati√®re est pr√©sente pour en tirer un excellent film de SF dans la lign√©e d’un Minority Report, Blade Runner ou √† une moindre √©chelle d’I, Robot. Mais si Jonathan Mostow est un efficace entertainer (U571, Terminator 3), il n’est clairement pas le r√©alisateur qu’il fallait sur ce projet demandant plus de r√©flexion. En essayant de faire de ce film policier un film d’action, le r√©alisateur √©choue et n’emporte pas les spectateurs dans ce monde futuriste et trop lisse. A vouloir tenter quelques sc√®nes spectaculaires inutiles, Mostow oublie compl√®tement de faire monter la pression sur l’enqu√™te, d’o√Ļ un manque de rythme flagrant et donc un suspens inexistant. Du coup, le spectateur fini par ne plus se soucier de l’intrigue ou des personnages. Ce qu’il manque donc gravement au film, c’est donc bien un r√©alisateur impliqu√© dans le projet, avec un v√©ritable message √† transmettre. M√™me Proyas avait r√©ussi √† donner une identit√© √† son I,Robot (pourtant lisse et maitris√© par la Fox).

clones promo 4Au final, il ne reste plus que Bruce Willis pour capter l’attention. Il porte seul le film sur les √©paules et sans lui, le film aurait vraiment √©t√© un naufrage total. Certes, ce n’est pas son meilleur r√īle en SF (il √©tait 100 fois mieux dans l’Arm√©e des 12 Singes), mais il permet au spectateur de s’int√©resser un minimum √† lui et au monde qui l’entoure. Et heureusement que Bruce Willis est l√†, parce que pour les autres com√©diens, c’est pas la f√™te. Apparemment, ils n’ont embauch√© que les avatars de Radha Mitchell, Rosamund Pike, Ving Rhames et James Cromwell.

Pour r√©sumer, si la prestation de Bruce Willis sauve le film du naufrage total, Clones n’est clairement pas √† la hauteur de son sujet pourtant passionnant, la faute √† un r√©alisateur inappropri√©. Dommage qu’une histoire √† fort potentiel de r√©flexion SF soit ainsi g√Ęch√©e.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire

ÔĽŅ