Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Public Enemies – la critique

Public Enemies – la critique

posté le 08/07/2009 FredP

public enemies 1

Public Ennemies, le nouveau film de Michael Mann avec Johnny Depp, vient de sortir. Le réalisateur spécialiste du film de gangster était attendu au tournant avec ce film sur John Dillinger. Mais au final je doit dire que j’ai été assez déçu. Pourquoi? Toutes les explications dans la suite.

public enemiesAprès une escapade en Taxi à L.A. (Collateral) puis un tour de hors-bord en Floride (Miami Vice), le réalisateur du cultissime Heat (l’affrontement mythique entre DeNiro/Pacino) revient aujourd’hui dans les années 30 pour nous raconter Public Enemies, l’histoire du gangster John Dillinger. A son service, 3 acteurs de poids : Johnny Depp, Christian Bale et Marion Cotillard ; et des acteurs secondaires de luxe (Billy Crudup, Stephen Dorff, David Wenham, Giovani Ribisi, Leelee Sobieski et une courte apparition d’Emilie DeRavin). L’histoire est donc celle de la cavale de John Dillinger, sa romance avec Billie Frechette et sa traque par le FBI en création.

Bon, ok, le film est bien réalisé, Michael Mann filme son histoire super bien avec des certains plans magnifiques. La reconstitution et l’atmosphère des années 30 sont ausi bien retranscrits. Mais par contre côté scénario, pas grand chose à se mettre sous la dent. En effet, on ne s’interesse qu’à une courte partie de la vie de Dillinger, si bien qu’il manque vraiment un aspect romanesque, une ampleur, que méritait d’être explorée au lieu d’un contexte historique carrément survolé. Du coup, on s’ennuie ferme pendant une bonne partie du film et il faut attendre la fusillade dans les bois pour voir quelque chose d’interessant se passer. Mais surtout c’est à partir de ce moment là qu’on voit des personnages plus humains et donc plus intéressants à suivre.

public enemies cotillardLes personnages justement, c’est un peu l’autre point négatif du film. En effet, les acteurs sont bons. Ceci dit, on n’avait pas grand chose à craindre de pointures comme Johnny Depp ou Christian Bale, mais leurs personnages sont tellements froids qu’on ne s’intéresse ni à eux ni au récit. Ca s’arrange ensuite mais on ne ressent pas grand chose pour eux. C’est dommage. Heureusement, Marion Cotillard tire vraiment son épingle du jeu en développant justement une vraie humanité, une étincelle de vie qu’on ne retrouve pas dans les autres personnages. Etonnant pour un film de Michael Mann ou les femmes ne sont pas spécialement déterminantes. C’est vraiment le point fort du film et grâce à cela, sa carrière américaine ne va pas s’arrêter là.

Voilà donc un film en demi-teinte pour moi. Certes il y a un savoir-faire indéniable, des acteurs de grande qualité et un sujet en or, mais ça manque cruellement d’humanité et d’ampleur. Attendais-je trop de ce Public Enemies ? En tout cas, c’est dommage, j’attendais mieux de ce prometteur (la bande-annonce donnait vraiment envie) duel Depp/Bale.

Plus d’infos sur ce film

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. chris
    27/07/2009 à 14:25 | #1

    2H13 qui pour moi pouvaient être résumer en 1h20 !!!
    Des acteurs fades, sans développement, sans fonds. Une histoire lisse et ultra-prévisible, ce qui m’a poussé à regarder ma montre au bout de 53 minutes et m’a fait me demaner quand est-ce que le film voudrait bien se finir. Alors oui, c’est bien reconstituer (budget de film studio américain oblige) mais encore fallait-il peut être injecter des dollars dans le scénario… et nous mettre un johnny Depp limite sociopathe face à un Christian Bale pétochard et coincé ça n’était peut être pas la meilleure combinaison. Ajouté à cela une marion cotillard qui à part faire rouler ses yeux globuleux et sourire niaisement à chaque scène, ne sait pas trop ce qu’elle doit jouer dans le film et des dialogues d’1 phrase toutes les 23 minutes, je pense que le fim aurait mérité d’être un peu plus pensé avant d’être filmé. Pour ce qui est de la réalisation, j’ai adoré les différents style de films et de qualité d’images, ça revitalise le genre bien que certains mouvements de caméra trop rapides rendent parfois le film flou. Mais bon, vu que l’histoire est aussi claire qu’un verre de martini bianco… Sinon superbe reconstitution.

  2. Fred
    27/07/2009 à 15:45 | #2

    Oui, on est bien quasi sur la même longueur d’ondes, il y a bien un problème de scénario et de personnages dans ce film. Sinon, le reste est bien, mais comme il manque le principal … Quand on coupe la tête d’un canard, c’est pas parce qu’il a des ailes qu’il pourra quand même voler.