Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Lego Batman le film, critique

Lego Batman le film, critique

posté le 07/02/2017 FredP

Ras le bol du Batman austère ? Heureusement, sa version Lego vient casser ces codes et nous offrir un long complètement débile, survitaminé et en même temps assez intelligent pour passer un bon moment.

Avec la Grande Aventure Lego, nous avions eu le droit Ă  une excellente surprise, une ode Ă  la crĂ©ativitĂ© irrĂ©vĂ©rencieuse qui sortait des cases ! Et celui qui y avait marquĂ© les esprits Ă©tait sans conteste la version de Batman orphelin triste, habillĂ© de noir et Ă©coutant du mĂ©tal. Evidemment, devant le succès du film et pour faire perdurer la franchise, un spin-off sur la version en brique du super-hĂ©ros a Ă©tĂ© mise en chantier avec Chris McKay aux commandes. Un rĂ©alisateur dont c’est le premier film au cinĂ©ma mais qui avait dĂ©jĂ  collaborĂ© sur la Grande Aventure et qui a aussi fait ses armes sur l’inĂ©narrable Robot Chicken ! Autant dire qu’esprit Lego allait bien ĂŞtre respectĂ©.

Et c’est bien le cas. Pour le film original, Lego Batman commence sur les chapeaux de roues, Ă  100 Ă  l’heure et il faudra attendre, après une nouvelle attaque du Joker dĂ©jouĂ©e par un Batman Ă  l’ego surdimensionnĂ©, que le super-hĂ©ros rentre dans sa batcave en briques pour avoir un peu de repos puis dĂ©rouler l’histoire. Et au centre de celle-ci, l’Ă©ternel traumatisme de l’orphelin et son besoin d’une famille et son adversitĂ© Ă©ternelle avec le Joker. Et en prime toute une troupe de guests, des mĂ©chants très mĂ©chants.

Si le message de Lego Ă©tait la crĂ©ativitĂ©, celui de Lego Batman est plus consensuel puisqu’il tourne autour de la famille. Ainsi le super-hĂ©ros mĂ©galo doit commencer Ă  comprendre qu’il peut compter sur Alfred mais aussi sur le tout jeune Robin qu’il vient d’adopter par inadvertance ou Barbara Gordon, future Batgirl. Il se construit ainsi sa propre famille et va devoir mettre un peut son ego de cĂ´tĂ© … ou pas. Un message simple qui qui passera facilement auprès des enfants et des parents.

Mais les cinĂ©philes et geeks y trouveront aussi plus de choses. Ainsi Lego Batman n’hĂ©site pas Ă  se moquer de la licence, faisant des clins d’oeil aux films passĂ©s (toutes pĂ©riodes confondues, mĂŞme la vieille sĂ©rie kitsch y a droit) et surtout en explicitant enfin pleinement le cĂ´tĂ© gay de Robin ou encore la relation d’amour-haine qu’il y a entre Batman et le Joker. Ainsi  par instants, on a mĂŞme l’impression que le film Lego est finalement plus fidèle au mythe que les films. Donc oui, ce Lego Batman est bien un vraiment Batman, complètement dĂ©jantĂ© certes, mais qui a sa propre vision de l’homme chauve-souris, trouvant le juste milieu entre le respect et la parodie.

Après, il ne faudra pas aller chercher plus loin. Avec une animation et une qualitĂ© graphique impeccables (on a toujours l’impression que ce sont de vraies pièces de Lego animĂ©es alors qu’il n’en est rien et les dĂ©cors sont assez riches), une histoire simple et drĂ´le sans ĂŞtre au niveau d’inventivitĂ© du film original, on passe un bon moment avec de nombreux sourires et ça fait plaisir.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire