Accueil > Critiques SĂ©ries, Evenement, SĂ©ries > The Crown, 1re saison royale sur Netflix

The Crown, 1re saison royale sur Netflix

posté le 11/11/2016 FredP

Nouveau dĂ©fi pour Netflix avec une vision Ă  long terme pour sa nouvelle sĂ©rie 100% british. Et le pari est dĂ©jĂ  rempli avec une première saison passionnante pour the Crown ! Le destin de la reine Elisabeth II est tout tracĂ© dans l’univers des sĂ©ries tv.

La honteuse Marseille pour la France, la plutĂ´t rĂ©ussie Narcos pour le public hispanique, il ne manquait plus qu’Ă  convaincre les habitants du Royaume Uni avec une sĂ©rie qui concurrencerai la BBC pour que sa majestĂ© adopte Netflix. Et avec un budget pharaonique et un casting au petits oignons, c’est bien parti. The Crown est sans doute l’un des paris les plus ambitieux de la plateforme puisque plusieurs saisons Ă©taient dĂ©jĂ  prĂ©vues avant mĂŞme le lancement de la sĂ©rie. Il faut dire qu’avec son sujet, il y a de la matière. Ici chaque saison s’attaquera donc Ă  une dĂ©cennie du règne de la Reine Elisabeth II, de son accession au trĂ´ne jusqu’Ă  aujourd’hui. Le tout produit et rĂ©alisĂ© (pour les 2 premiers Ă©pisodes qui mettent la sĂ©rie en place) par Stephen Daldry (the Hours) et Ă©crit par Peter Morgan (qui connait dĂ©jĂ  bien son sujet puisqu’on lui doit le scĂ©nario de the Queen), soit dĂ©jĂ  un gage de qualitĂ©.

Cette première saison dĂ©bute donc par le mariage de la future reine et les derniers instants sur le trĂ´ne de son père, le roi George VI (servant presque de suite au film le Discours d’un Roi). C’est lors d’une tournĂ©e internationale qu’elle apprend ensuite sa mort et donc qu’elle doit porter la couronne alors que son mari Philip, Duc d’Edimbourg va devoir se mettre en retrait. Devant rapidement porter sur les Ă©paules la pression de tout un pays qui a encore besoin d’un monarque pour le guider, Elisabeth va devoir apprendre très vite que le pouvoir est synonyme de solitude, de dĂ©cisions qui ne plairont pas Ă  son entourage et d’une bataille de chaque instant pour ĂŞtre respectĂ©e (Ă  son jeune âge) face Ă  des reprĂ©sentants politiques qui vont tenter d’en profiter. Du grand fog Ă  la crise du Canal de Suez qui se profile en passant par les difficultĂ©s du couronnement, les doutes de Philip et de sa soeur Margaret ou encore la dĂ©mission Ă  venir de Churchill, les Ă©pisodes abordĂ©s sont centraux et forgent le destin de la reine de manière fascinante.

Il y a donc dans the Crown Ă  la fois de grandes intrigues romanesques autour d’Elisabeth, de son mari et de sa sĹ“ur (la sĂ©rie ne tourne pas seulement autour de la reine et tout l’entourage est valorisĂ©) mais aussi des sous-intrigues politiques avec une forte prĂ©sence de Churchill, comme si nous avions un habile mĂ©lange entre Downton Abbey et House of Cards. Tout cela est fort bien Ă©crit pour nous faire comprendre au fur et Ă  mesure la solitude dans laquelle va ĂŞtre plongĂ©e la reine au fil de son règne et les responsabilitĂ© qu’elle choisit d’endosser, lĂ©guant sa vie entière Ă  la couronne et Ă  l’Histoire. Cela nous fait Ă©galement mieux comprendre le rĂ´le politique de la Reine dans le système politique anglais que nous connaissons moins en France. En effet, si pour nous français il s’agit de folklore, the Crown nous permet d’en comprendre tout le sens et c’est tout simplement passionnant.

Et il faut Ă©galement dire que l’Ă©criture est formidablement servie par une rĂ©alisation superbe, qui profite de son budget pour arborer une classe folle et nous emporter dans les coulisses de Buckingham et des annĂ©es 50 au Royaume-Uni. Une vision globale emmenĂ©e par des destins individuels forts et formidablement interprĂ©tĂ©s. Ainsi, Claire Foy se rĂ©vèle formidable dans la robe de la reine, passant de l’innocence des dĂ©but Ă  la solitude finale, on sent bien, petit Ă  petit, qu’elle prend conscience de son rĂ´le et assume des choix difficiles pour sa famille. A ses cĂ´tĂ©, Matt Smith rĂ©vèle enfin le destin mĂ©connu du prince Philip avec talent alors que John Lithgow nous offre un Winston Churchill qui en fait un peu trop au dĂ©but mais se rĂ©vèle de plus en plus attachant. Bref, un casting parfait qui nous entraĂ®ne sans mal auprès des personnages et des intrigues de cour.

Evidemment, on se doute bien que l’ensemble est suffisamment romancĂ© pour Ă©viter les zone d’ombre qui seraient trop politiquement incorrectes et l’on se demande si la sĂ©rie osera plus tard Ă©corner un peu l’image de la reine jusqu’ici intouchable. Mais de toute façon, ce n’est pas lĂ  le sujet de cette première saison qui se concentre sur le sens de la Couronne et le fait formidablement bien, au point que l’on peut se dire qu’il s’agit surement lĂ  de l’une des sĂ©ries les plus profondes et magnifiques de Netflix. Nous avons donc hâte de voir la saison suivante qui sera sans doute plus politique avec la crise du Canal de Suez, mais aussi familiale avec les enfants (dont un certain prince Charles) qui vont grandir.

publié dans :Critiques Séries Evenement Séries

  1. Pas encore de commentaire