Accueil > Comics, Critique Comics > Comics en vrac : la sélection de l’été

Comics en vrac : la sélection de l’été

posté le 01/07/2016 FredP

Les vacances approchent à grands pas et il est temps d’emmener un peu de lecture pour se détendre. Justement, il y a un paquet de bons comics à se mettre sous la dent, surtout  chez Urban comics qui a du Rick Remender et du DC à nous proposer mains on n’oubliera pas quelques rééditions sympas côté Marvel.

8e tome pour Batman qui, après les tragiques événements causés par le Joker doit donc trouver une nouvelle orientation. Et Scott Snyder et Greg Capullo sont particulièrement inspirés en confiant la relève de l’homme chauve-souris à Gordon. Voilà de quoi développer ce personnage secondaire de manière intéressante et surprenante. Pendant ce temps là, Bruce est amnésique et pourrait lui aussi se réinventé.  Alors oui, cette nouvelle version de Batman va sans doute diviser mais on ne pourra pas reprocher au scénariste d’avoir des idées inédites qui ouvrent tout un champs de possibilités, y compris du coté de nouveaux vilains possibles. Et Capullo est toujours aussi bon donc on ne va pas cracher dessus.

Pendant ce temps là, la Justice League entame une nouvelle grande saga avec la Guerre de Darkseid. A peine le temps de se remettre des anti-héros de l’univers alternatif et du virus Amazo que l’anti-monitor et Darkseid choisissent la Terre comme champs de bataille. Ici Geoff Johns ne manque pas d’ambition mais la construction de cette première partie de récit est assez bordélique, présentant en catastrophe de nouveaux personnages pour servir ponctuellement son récit mais dont on doute de leur utilité future après cette guerre. Le seul grand intérêt est de voir Batman accéder à la connaissance absolue et révéler toute sa mégalomanie et de développer également la mythologie des amazones et donc de Wonder Woman. Ca se lit bien mais on espère que la seconde partie sera mieux gérée maintenant que tous les pions sont en place.

Le créateur de Marvels et Astro City revient avec un nouveau récit de fantasy, Autumlands. Ici, les animaux vivent en deux classes, les sauvages sur terre, et les plus évolués, adeptes de magie, dans des cités volantes. Mais le pouvoir de ces derniers étant en déclin, ils décident de mobiliser leurs dernières forces pour invoquer un légendaire élu qui se révèle être un humain mais le sort fait chuter la cité et la survie de chacun n’est plus garantie. Kurt Busiek, associé au talent  de la révélation Benjamin Dewey, fait encore des merveilles avec un récit prenant, des personnages auxquels on commence déjà à s’attacher, une mythologie qui ne demande qu’à prendre de l’importance. Bref, ce premier tome est sacrément prometteur !

Rick Remender n’en fini pas de produire de nouvelles séries. Et alors que les nouveaux tomes de Low et Deadly Class sont toujours aussi intéressants à lire, on s’intéresse de plus près à la nouveauté Tokyo Ghost en collaboration avec le génial Sean Murphy. Ici, le scénariste présente un monde violent et hyperconnecté où plus personne n’a le sens des réalités. Deux personnages qui y font la loi à leur manière vont trouver un lieu de zenitude où se déconnecter mais tout risque de mal tourner. Voilà encore une histoire de SF pessimiste comme seul Remender arrive à les construire sans que cela fasse redite et avec des personnages auxquels on apprend vite à s’attacher ! C’est rythmé, original et promet de nous emmener vers de nouveaux territoires SF, sans compter le crayon de Murphy qui donne toute la violence et tout le rythme à ce récit. C’est passionnant et on a hâte de lire la suite !

Côté Marvel, de gros tomes sont réédités, en particulier dans la collection Icons avec tout d’abord les 3 histoires Marvel Colors de Jeph Loeb et Tim Sale sorties au début des années 2000. Avec Daredevil Yellow, Spider-Man Blue et Hulk Grey revenaient avec tendresse sur les 3 personnages Marvel et leurs confidences sur leurs premiers amours. En résultent des récits sincères et émouvants, en particulier pour Daredevil et Spider-Man, particulièrement bien servis par le crayon magique de Tim Sale avec son côté rétro. Indispensable.

Autre indispensable, le second tome des Astonishing X-Men de Joss Whedon et John Cassaday. Le papa de Buffy conclue son run sur les mutants de manière magistrale en explorant un peu plus la personnalité d’Emma Frost mais en faisant également de Kitty une femme forte et garante de l’esprit des X-Men de Xavier. Passant de l’intrigue refermée dans le manoir à la grande aventure SF sur une planète lointaine qu’est censé détruire Colossus, Whedon est à l’aise avec ses personnages, nous régale de répliques bien senties et surtout retrouve l’esprit aventurier qui manquait (et manque à nouveau) aux X-Men depuis longtemps. Sans oublier les dessins sublimes de Cassadey qui, entre simplicité et sophistication est au sommet de son art, chaque planche étant magnifiquement réalisée. Bref, un voilà l’une des 10 meilleures histoires des X-Men de tous les temps à se procurer absolument.

Enfin, si vous manquez de lecture, il y a également le premier tome de l’intégrale 1992 des X-Men, signant la fin du règne de Claremont et la courte reprise en main par Jim Lee. Si c’est historique pas son record de vente de l’époque, force est de reconnaître que les récits n’ont en soit pas grand intérêt, ne réinventent rien et n’ont pas eu de grandes conséquences pour la suite. Mieux vaut se pencher sur les rééditions en Marvel Select de Daredevil et Jessica Jones : Alias de Brian Bendis. L’auteur était à l’époque au sommet de son art et nous offrait des héros humains fascinants et réalistes dans des récits vraiment passionnants, c’est bien de s’en rappeler.

publié dans :Comics Critique Comics

  1. Pas encore de commentaire