Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Star Trek Sans Limites, critique

Star Trek Sans Limites, critique

posté le 02/08/2016

L’une des plus anciennes sagas de SF revient une nouvelle fois sur grand √©cran. Star Trek Sans Limites a le d√©fi de retrouver l’esprit qui l’animait originellement et de nous offrir un grand spectacle. Une chose est certaine, l’aventure est bien l√† !

Apr√®s un reboot r√©ussi en 2009 et un Into Darkness beaucoup plus poussif en se la jouant Dark Knight, Star Trek est de retour. Et si JJ Abrams reste de loin √† la production, la saga change de mains. Et si l’on pouvait craindre l’arriv√©e de Justin Lin (le r√©alisateur de 4 volets de Fast & Furious), l’√©criture confi√©e √† Simon Pegg (fan de la premi√®re heure) √©tait l√† pour tenter de ramener un peu de confiance. Et d√®s les premi√®res images, nous voil√† repartis dans l’espace rassur√©s. D√©livrant √† nouveau le fameux mantra sur l’ultime fronti√®re, Star Trek retrouve directement l’esprit d’exploration, de d√©couvertes spatiales et d’√©merveillement au fait de repousser des limites de l’espace pour rencontrer de nouvelles civilisations √† bord d’un vaisseau √† la pointe de la technologie.

L’histoire sera on ne peut plus simple : un appel de d√©tresse aux fronti√®res de l’espace, l’Enterprise qui tombe dans un pi√®ge et un √©quipage qui doit se retrouver, survivre et rejoindre la base. ¬†Mais cela est r√©alis√© avec une efficacit√© par Justin Lin et en adoptant le ton que Star Trek avait oubli√© depuis le reboot. C’est simple, le r√©alisateur utilise sa cam√©ra pour nous faire red√©couvrir l’Enterprise avec l’√©merveillement d’un gamin alors que le sc√©nariste importe de nouveaux personnages int√©ressants (en particulier l’autochtone Jaylah que l’on a bien envie de retrouver comme membre de l’√©quipage dans les prochains films), en d√©veloppe certains pass√©s sous le radar (Bones) et instaure des duos in√©dits qui, pour certains, fonctionnent bien (Bones et Spock).

Nous avons m√™me le droit √† de bon moments d’anthologie avec la d√©couverte de la nouvelle base de la F√©d√©ration puis avec l’attaque de l’Enterprise par de nouveaux ennemis (une s√©quence vraiment √©poustouflante de ma√ģtrise de l’action et de suspense) ! L’aventure l√®vera ensuite un peu le pied une fois au sol mais sera toujours efficace pour nous mener jusqu’au bout du voyage de mani√®re parfois assez old school et rock’n’roll pour notre plus grand plaisir, sans oublier les r√©f√©rences √† la mythologie Star Trek qui devraient ravir les fans de la premi√®re heure.

On regrettera par contre un m√©chant qui en veut une nouvelle fois √† la F√©d√©ration et se r√©p√®te un peu apr√®s celui d’Into Darkness (avec un final presque similaire), ainsi qu’un d√©veloppement des personnages assez simpliste, parfois oubli√©s dans le feu de l’action malgr√© une volont√© de leur apporter des choix qu’ils ne pourront que refuser sans suspense √† la fin de l’aventure, l’appel de l’espace √©tant toujours plus fort.

Mais ce sont des d√©faut mineurs devant une aventure spatiale id√©ale pour la saison, calibr√©e avec ce qu’il faut d’√©merveillement, d’action et de fun pour nous emporter vers un espace sans limites avec un √©quipage toujours attachant. Bref, on tient sans doute l√† l’un des blockbusters les plus r√©ussis et rafra√ģchissants de l’√©t√©.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire

ÔĽŅ