Accueil > Cinéma, Critiques ciné, Evenement > Doctor Strange, critique

Doctor Strange, critique

posté le 02/11/2016 FredP

Après les Gardiens de la Galaxie ou encore Ant-Man, les studios Marvel nous prĂ©sentent un nouveau personnage de leur catalogue inconnu du grand public qui a maintenant le droit Ă  sa propre aventure sur grand Ă©cran. Le Doctor Strange va ainsi nous dĂ©voiler un nouvel aspect mystique et magique de l’univers Marvel dans un film complètement anecdotique.

CrĂ©Ă© par Stan Lee et Steve Ditko, le Doctor Strange s’est rapidement imposĂ© dans les comicsMarvel comme le principal rĂ©fĂ©rent en terme de magie et d’arts mystiques. MalgrĂ© un nombre limitĂ© de sĂ©ries Ă  son sujet, il reste un personnage secondaire incontournable auprès de qui tous les hĂ©ros viennent demander conseil dès qu’il y a un mystère mystique Ă  rĂ©gler. Connu pour certains passages particulièrement psychĂ©dĂ©liques et un ton diffĂ©rent, on pouvait donc ĂŞtre en droit d’attendre enfin un peu d’originalitĂ© dans un film Marvel.

HĂ©las, très vite, le cahier des charges de la firme s’impose et anĂ©anti tout espoir de retrouver un film un tant soit peu ambitieux. Ainsi, nous avons un personnage principal traitĂ© comme celui de Tony Stark (un docteur en mĂ©decine imbu de lui-mĂŞme qui va trouver la sagesse après un accident et en accĂ©dant  des pouvoirs qui le dĂ©passent), des doses d’humour qui n’ont rien Ă  faire lĂ , une longue exposition, une amourette inutile, un mentor et d’autres personnages secondaires qui passent complètement Ă  la trappe (quelle idĂ©e d’avoir des acteurs aussi talentueux que Tilda Swinton et Mads Mikkelsen pour ne rien en faire) et un final complètement expĂ©diĂ©.

En habile artisan de commande, Scott Derrickson emballe ce pur produit Marvel comme il peut avec assez peu d’inventivitĂ©, des scènes d’action mal foutues, un manque total de tension mais des effets visuels plutĂ´t rĂ©ussis mĂŞme si il n’inventent pas grand chose hormis pour une courte sĂ©quence psychĂ©dĂ©lique au milieu du film. Le pire reste tout de mĂŞme le scĂ©nario beaucoup trop lĂ©ger pour imposer des personnages intĂ©ressants et des situations prenantes. Avec un gros manque de rythme sur les 2 premiers tiers qui ne montrent pas forcĂ©ment la difficultĂ© de l’apprentissage de la magie et mĂŞme une magie qui n’est pas très variĂ©e (en dehors de crĂ©er des portes entre les dimensions et des boucliers lumineux, on ne voit pas beaucoup Ă  quoi servent les arts mystiques).

Finalement, si le film se suit tout de mĂŞme, c’est grâce au charisme naturel de Benedict Cumberbatch qui s’impose sans problème comme la relève de Robert Downey Jr pour guider prochainement les Avengers. L’acteur est complètement Ă  l’aise dans le rĂ´le et arrive Ă  porter le film sur ses Ă©paules pendant 2 heures malgrĂ© l’inutilitĂ© de l’ensemble.

Mais cela ne nous empĂŞche pas d’avoir vraiment l’impression que ce Doctor Strange prend son temps avant d’expĂ©dier un final  en moins de dix minutes sans tension. Bref, c’est ici une aventure complètement interchangeable, sans personnalitĂ© et qui reste complètement anecdotique. Mais on peut espĂ©rer que maintenant que le personnage a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©, il pourra se lâcher dans un second volet ou chez les Avengers.

publié dans :Cinéma Critiques ciné Evenement

  1. Pas encore de commentaire