Accueil > Cinéma, Culte du dimanche > Culte du dimanche : le Livre de la Jungle des studios Disney

Culte du dimanche : le Livre de la Jungle des studios Disney

posté le 17/04/2016

Avec la sortie de la nouvelle version live du Livre de la Jungle il est bien naturel de se repencher sur le classique d’animation Disney. Apr√®s tout, il en faut peu pour √™tre heureux.

Comme beaucoup de projets chez Disney, l’adaptation du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling est rest√©e en sommeil pendant un moment en attendant son heure arriver. Le grand patron cherchait d√©j√† √† l’adapter √† la fin des ann√©es 30 mais 30 ans plus tard, cela ne s’√©tait toujours pas concr√©tis√©. Il faut donc attendre la sortie de Merlin l’Enchanteur qui sera un demi-succ√®s pour que Disney et le sc√©nariste Bill Peet redonnent sa chance au projet, en premier lieu pour offrir une occasion aux animateurs de montrer des animaux qui seraient plus que des faire-valoir, des personnages avec une v√©ritable personnalit√©.

Peet se met alors au travail et adapte les histoires de Mowgli pr√©sentes dans les 2 tomes √©crits par Kipling. Mais rapidement, Disney s’en m√™le car les premi√®res versions son beaucoup trop proche de l’esprit sombre et dramatique de Kipling et l’ensemble manque de fil conducteur. Peet est alors √©cart√© du projet au profit d’un sc√©nariste qui sera plus √† m√™me de mettre en place la vision de Disney, Ken Anderson, qui r√©-organise toute l’histoire en ne gardant du travail pr√©c√©dent que la personnalit√© des diff√©rents animaux. En parall√®le, Disney fait aussi travailler ses √©quipes sur les futures chansons et sur les story board et, comme √† son habitude, suit de tr√®s pr√®s le d√©veloppement du film. Mais son d√©c√®s abat compl√®tement le moral des troupes. Heureusement, tout √©tait d√©j√† sur les rails et le projet n’a plus qu’√† avancer sous l’√©gide de Wolfgang Reitherman.

Le nouveau r√©alisateur supervise le d√©veloppement des s√©quences et toute la partie vocale et musicale et assemble les pi√®ces pour obtenir un film qui se tient bien au niveau de l’histoire, celle de Mowgli, √©lev√© dans la jungle par les loups et qui doit fuir le tigre Shere Khan qui, d√©testant les hommes, ne voudrait en faire qu’une bouch√©e. Le film nous montre ainsi, √† travers les animaux diff√©rentes facettes de l’humanit√©, celle assez hippie de Baloo mais aussi la cupidit√© et l’envie de pouvoir des singes alors que le petit d’homme doit quand √† lui apprendre √† grandir et affronter en face ce qui le menace.

A sa sortie, le film est un succ√®s et l’animation ainsi que les morceaux musicaux comme les fameux ¬ę¬†il en faut peu pour √™tre heureux¬†¬Ľ ou ¬ę¬†√ätre un homme comme vous¬†¬Ľ deviennent rapidement des standards du jazz. D’autres s√©quences comme l’hypnose de Kaa ou la lutte entre Shere Khan et Baloo avec ce que cela entra√ģne comme √©motions sont aussi de grands moments qui restent dans les m√©moires, tout cela gr√Ęce √† un vrai savoir faire dans l’animation de qualit√© mais aussi √† des personnages vraiment marquants et attachants et en font r√©guli√®rement l’un des Disney que l’on pr√©f√®re.

Mais tout n’√©tait pas aussi rose √† la sortie du film puisqu’il √©tait aussi r√©guli√®rement √©pingl√© pour sa vision de la femme (m√®re au d√©but ou aguicheuse √† la fin), pour certains messages per√ßus comme racistes ou encore injurieux vis √† vis de la classe travailleuse. Ajoutez √† cela que Walt Disney est d√©c√©d√© pendant la production du film et vous obtenez en plus certaines critiques faciles sur la qualit√© du projet qui sera pourtant l’un des derniers √† √™tre reconnu comme grand film du studio √† cette √©poque. C’est en effet ensuite que le studio se perdra dans une crise de cr√©ativit√© (histoires bancales, h√©ros moins attachants, certaines s√©quences d’animations copi√©es comme dans Robin des Bois) dont il ne se rel√®vera qu’√† la fin des ann√©es 80.

Le Livre de la Jungle est donc encore aujourd’hui particuli√®rement appr√©ci√© avec un message positif et instructif sur la nature de l’homme explor√© avec l‚Äôanthropomorphisme accompagn√© d’un beau spectacle musical et d’une animation de qualit√©, le dernier grand film du studio avant du phase creuse et marqu√© par le d√©c√®s de son fondateur . Mais aujourd’hui, Baloo et Bagheraa sont toujours aussi aim√©s et il n’est pas √©tonnant de les retrouver dans une splendide version live au go√Ľt du jour.

publié dans :Cinéma Culte du dimanche

  1. Pas encore de commentaire

ÔĽŅ