Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Mon Roi, critique

Mon Roi, critique

posté le 19/10/2015 FredP

Après avoir fait sensation Ă  Cannes avec un prix d’interprĂ©tation fĂ©minine, Mon Roi de MaĂŻwenn arrive sur tous les Ă©crans de cinĂ©ma pour raconter son histoire d’amour forte et contrariĂ©e. L’amour est beau mais l’amour fait mal.

4 ans après la rĂ©ussite de Polisse, la rĂ©alisatrice MaĂŻwenn est de retour et abandonne son apparition Ă  l’Ă©cran comme l’esprit de groupe pour s’intĂ©resser de plus près Ă  une histoire d’amour tumultueuse, celle de Tony et Georgio. Alternant entre leur histoire d’amour et la reconstruction de Tony après un accident douloureux, nous allons ĂŞtre tĂ©moins de ce qui va les unir et de ce qui va les sĂ©parer.

Artiste avec son propre univers et son esprit particulier  qui parle mieux par les images et l’histoire qu’elle raconte qu’en interview, MaĂŻwenn parle ici de l’amour destructeur et nous fait bien comprendre comment certaines personnes ne peuvent se sĂ©parer malgrĂ© l’amour compliquĂ© qu’ils peuvent vivre. Ainsi Tony et Georgio sont deux personnages profondĂ©ment attachants dans leurs qualitĂ©s comme dans leurs dĂ©fauts. Et mĂŞme si Georgio a une attitude souvent exĂ©crable on ne peut que comprendre pourquoi Tony veut rester avec lui.

Avec une dĂ©licatesse et justesse qui rendent les personnages attachants et l’histoire d’amour tout Ă  fait crĂ©dible, MaĂŻwenn nous entraĂ®ne dans un torrent d’Ă©motions pour parler de l’amour dans tout ce qu’il a de plus exaltant Ă  ses dĂ©buts avant qu’il ne se dĂ©lite tout en restant prĂ©sent, toujours. MalgrĂ© les embĂ»ches, les personnages sont clairement amoureux, cela se ressent au plus profond de leurs ĂŞtres et ils ne peuvent s’en empĂŞcher malgrĂ© le mal que cela leur fait. Alors le spectateur souffre autant qu’eux dans cette situation. En parallèle nous suivons la rĂ©Ă©ducation de Tony dont les Ă©preuves vont bien de pair avec ce qu’elle a vĂ©cu avant, mais il reste alors Ă  savoir si cette Ă©tape, loin de Georgio va lui permettre ou non de tourner la page.

Cette histoire d’amour est mise en scène par MaĂŻwenn sans far. Les Ă©vĂ©nements sont prĂ©sentĂ©s comme ils arrivent, de manière brutale et parfois touchante, mais jamais en jugeant ses personnages, ce qui laisse au spectateur le loisir de bien comprendre cette histoire d’amour et l’Ă©tat amoureux. Mais il faut surtout mettre en lumière le jeu des acteurs. Car Emmanuelle Bercot est bouleversante dans le rĂ´le de Tony qui ne peut se dĂ©tacher de cet amour malgrĂ© les Ă©preuve qu’elle endure. Elle incarne un prix d’interprĂ©tation Ă  Cannes tout Ă  fait justifiĂ©. Et en face, Vincent Cassel ne dĂ©mĂ©rite pas, au contraire. Pour une fois l’acteur n’est pas dans le surjeu et montre une toute autre facette de son talent, se montrant Ă  la fois adorable et d’autres fois parfaitement odieux mais toujours amoureux. Leur alchimie fonctionne pleinement et porte bien les 2 heures de film sans lasser.

Mon Roi est ainsi une belle histoire d’amour, d’une rencontre heureuse mais aux difficultĂ©s permanentes qui nous font bien comprendre les histoires de ces couples Ă  problèmes. Il en rĂ©sulte un film très fort et souvent bouleversant.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Pas encore de commentaire