Accueil > Cinéma, Critiques ciné > Ant-Man, critique

Ant-Man, critique

posté le 13/07/2015 FredP

Un nouveau hĂ©ros sort des Studios Marvel. Sa mission : ĂŞtre la nouvelle belle surprise de l’Ă©tĂ© comme l’Ă©tait les Gardiens de la Galaxie. Mais le sympathique Ant-Man, avec ses enjeux minuscules, va avoir un peu plus de mal Ă  s’imposer.

Moins connu qu’Iron Man, Thor et autres Captain America, Ant-Man n’en est pas moins l’un des personnages pivots de l’univers Marvel et des Avengers. En effet, Hank Pym Ă©tait l’un des premiers membres de l’Ă©quipe et Ă©tait Ă  l’origine de la crĂ©ation d’Ultron. Mais tout cela, c’est dans le comic-book. Car dès que le britannique Edgar Wright, auteur du super Scott Pilgrim ou de la Cornetto Trilogy culte (Shaun of the Dead, Hot Fuzz, le Dernier pub avant la fin du monde), approche Marvel pour s’attaquer Ă  une adaptation de Ant-Man, c’est Ă  la seconde version du personnage qu’il s’intĂ©resse, Scott Lang. Celui-ci est une petite frappe au grand coeur qui vole le costume de Hank Pym pour aider sa fille malade. Dès lors, une histoire e transmission s’installe et c’est bien l’idĂ©e qui sera reprise dans le film

Mais voilĂ , si Edgar Wright travaille sur le film depuis les dĂ©buts du studio Marvel, repoussant sans arrĂŞt le tournage pour peaufiner sa production avec un scĂ©nario qui serait apparemment le plus aboutit qui ait existĂ© chez Marvel (dixit Joss Whedon, bien déçu de la machinerie du studio), la croissance du studio et le succès grandissant des films fat revoir les objectifs du film et Kevin Feige, le big boss, fait retravailler le scĂ©nario de son cĂ´tĂ©, engendrant alors le dĂ©part du talentueux britannique pour « diffĂ©rents artistiques» , ajoutant alors un peu plus d’huile sur le feu des problèmes internes du studio. Qu’Ă  cela ne tienne, la production doit avancer et c’est le yes man Peyton Reed qui rĂ©cupère le film et son joli casting, retouche le scĂ©nario avec Adam McKay pour lui faire perdre toute substance.

Le film a donc du mal Ă  dĂ©marrer avant que Scott Lang ne mette le costume pour la première fois, s’embourbant dans les prĂ©sentations de personnages laborieuses et souvent clichĂ©. Sur ces premières 30 minutes, c’est bien simple, on voit tout de suite que la patte de Wright a Ă©tĂ© complètement retirĂ©e du film et que Peyton Reed ne fera pas d’Ă©clat dans sa rĂ©alisation très sage, sans aucune personnalitĂ©. Le film est mĂŞme très sĂ©rieux avec un humour diluĂ© et qui apparaĂ®t parfois sans raison. L’histoire quand Ă  elle, manque grandement d’enjeux et est assez mal Ă©crite et Ă©quilibrĂ©e (bonjour les rĂ©fĂ©rences Ă  Avengers que l’on sent bien imposĂ©es sans subtilitĂ© par le studio) avec une issue rapidement anticipable et un mĂ©chant qui est juste mĂ©chant mais sans raison.
C’est d’ailleurs l’un des gros dĂ©fauts du film, un vĂ©ritable manque de caractĂ©risation des personnages. Entre un sidekick qui n’apporte absolument rien, une Evangeline Lily qui est clairement sous-traitĂ©e, un flic incapable et un bad guy peu menaçant, tout ça ne va pas très loin.

Heureusement, il reste tout de mĂŞme un Paul Rudd qui porte bien le costume et Michael Douglas qui partage clairement son plaisir Ă  jouer dans ce type de production. On sent vraiment qu’une relation de filiation et d’hĂ©ritage s’installe entre eux dans le film et c’est sans doute tout ce qu’il doit rester du traitement initial (avec quelques idĂ©es de scènes d’action). Ces deux personnages offrent donc bien un bon capital sympathie au film et on espère les retrouver aussi en forme ensuite. Les phases d’apprentissage oĂą ils sont ensemble sont ainsi parmi les plus rĂ©ussies.

Et Ă  cĂ´tĂ© de cette relation, on peut aussi remarquer quelques sĂ©quences d’action Ă  taille rĂ©duite assez rĂ©ussies en jouant sur les tailles et capacitĂ©s des personnages (qui auraient sans doute encore plus folles et inventives sous la houlette de Wright). C’est alors plutĂ´t efficace avec parfois du second degrĂ© (une bataille dans une chambre d’enfant qui prend des proportions impressionnantes) et avec des effets visuels assez rĂ©ussis qui jouent bien avec la 3D (attention toutefois, certains autres effets risquent de mal vieillir très vite).

Mal rĂ©Ă©crit et retirant sans doute pas mal de matière du matĂ©riel original, cet Ant-Man garde donc heureusement pour lui un personnage principal attachant et des scènes d’actions assez efficaces pour passer un bon moment. Mais nous aurons tout de mĂŞme globalement vite oubliĂ© tout le film quelques heures après son visionnage. Si c’est loin d’ĂŞtre honteux, c’est tout aussi loin d’ĂŞtre marquant. Un pas de fourmi pour Marvel.

publié dans :Cinéma Critiques ciné

  1. Anthony
    13/07/2015 Ă  10:39 | #1

    La personne qui a publiĂ© cette critique Ă  t’elle vraiment vu le film ? J’ai l’impression que c’est plus du bashing pour faire bien. J’ai vu le film jeudi et c’est un des meilleurs Marvel Ă  ce jour. De plus, comment juger si le film Ă  perdu de sa substance avec le dĂ©part de Wright ? Avez-vous eu la chance en exclusivitĂ© mondiale de voir le film version Wright ? Bande de veinard.

  2. FredP
    18/07/2015 Ă  13:07 | #2

    Bien sĂ»r que j’ai vu le film et je me suis plutĂ´t ennuyĂ© malheureusement. Malheureusement on ne verra jamais la version de Wright et c’est bien dommage vu le peu qu’il reste ici. Je ne dis pas que le film est mauvais, il se regarde bien et offre un bon moment de divertissement surtout grâce Ă  Paul Rudd et Michael Douglas, sans prise de tĂŞte mais force est de reconnaĂ®tre qu’il manque clairement d’enjeux avec un mĂ©chant sans grand intĂ©rĂŞt et une rĂ©alisation sans personnalitĂ©. C’est dommage, ça aurait pu ĂŞtre, Ă  mon sens, un Marvel complètement dĂ©bridĂ© et inventif et ce n’est finalement qu’un simple petit divertissement qu’on oublie rapidement ensuite.

  3. 20/07/2015 Ă  17:36 | #3

    Tout Ă  fait d’accord avec FredP … Pas mauvais mais aurait pu mieux faire

  4. desideriu
    23/07/2015 Ă  00:27 | #4

    gros gros gros film de merde , et top pour les 8/14 ans