Accueil > Critiques SĂ©ries, SĂ©ries > House of Cards – saison 2, critique

House of Cards – saison 2, critique

posté le 13/03/2014 FredP

Kevin Spacey est de retour dans une seconde saison impitoyable de House of Cards. Les machinations pour accĂ©der au pouvoir deviennent publiques, les ambitions s’affichent et la lutte pour le pouvoir va faire trembler la Maison Blanche !

A force de manipulations, le sĂ©nateur Franck Underwood a rempli sa quĂŞte de vengeance et est devenu vice-prĂ©sident des USA. Un poste de prestige qui le fait entrer dans un cercle encore plus fermĂ© dangereux de lobbys et autres graissage de pattes avec coups de poignards dans le dos, bref, de quoi ĂŞtre dans son Ă©lĂ©ment. Et dès le premier Ă©pisode, le choc sera lĂ  pour bien boucler les histoires de la premières saison tout en plantant tout le dĂ©cor pour ce qui va suivre. Ainsi, Underwood va encore se salir les mains dans un premier Ă©pisode parmi les meilleurs season premiere qui aient Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s, d’autant plus que la fin de l’Ă©pisode provoque autant de frissons que de bonheur sadique de retrouver un tel personnage.

La suite de la saison verra donc notre nouveau vice prĂ©sident faire face Ă  son principal rival pour obtenir la confiance du prĂ©sident et comme toujours ce sont l’entourage et les citoyens qui vont en payer le prix. L’intrigue purement politique Ă  base de recherche de votes pour adopter une loi qui n’est qu’un leurre cachant un autre but cachĂ© est complexe Ă  suivre, en particulier avec notre connaissance europĂ©enne plus limitĂ©e du système politique amĂ©ricain. Mais on saisit tout de mĂŞme l’essentiel pour comprendre les enjeux et surtout pour s’attacher au parcours des personnages et des Ă©preuves qu’ils vont devoir surmonter pour s’affirmer.

Ainsi, cette saison rebondit encore et toujours des anecdotes qui ont fait l’actualitĂ© pour se les approprier. RĂ©vĂ©lation d’un lourd secret par Claire Underwood dans un talk show, scandales dans les tabloĂŻds et suspections en tout genre vont mettre le couple dans des situations de plus en plus difficile, Ă  tel point qu’il devra jouer habilement le quitte ou double si il veut s’en sortir. Et pourtant, Franck et Claire restent admirablement soudĂ©s dans ces moments difficiles, se rĂ©vĂ©lant chaque fois plus diaboliques et manipulateurs pour arriver Ă  leurs fins. Ainsi, on pardonne aisĂ©ment les obscuritĂ©s de l’intrigue politique puisque l’on reste attachĂ© Ă  ce couple de salauds de première classe.

Évidemment, la rĂ©alisation initiĂ©e par David Fincher est toujours de mise et confère Ă  la sĂ©rie autant de classe et d’obscuritĂ© que ses personnages, les mettant en valeur autant qu’elle soulignes les longs dialogues. Mais ce sont Ă©videmment Kevin Spacey et Robin Wright, impĂ©riaux, qui occupent tout l’espace par leur charisme naturel. Inutile pour eux d’en faire trop, ils sont juste parfaits, donnant ce qu’il faut de mĂ©chancetĂ© pour les dĂ©tester mais aussi une minuscule parcelle d’humanitĂ© pour s’y attacher. Car on a beau dĂ©tester ce qu’ils font, on comprend leurs actes et leur froideur. Ils occupent cependant tellement l’Ă©cran que toute histoire annexe sur les personnages qui gravitent autour d’eux (notamment Doug, l’assistant d’Underwood) semble finalement superflue.

Après la mise en place du premier Ă©pisode, la suite de la saison est ainsi faite d’Ă©preuves suffisamment intĂ©ressantes pour ne pas laisser retomber la pression sur les personnages et sur le spectateur. Alors que la première saison Ă©tait longue Ă  dĂ©marrer et avait ses baisses de rythme, ce n’est plus le cas maintenant. On en apprend Ă  chaque Ă©pisode un peu plus et les cliffhangers sont plutĂ´t bien choisis pour nous amener jusqu’Ă  la dernière ligne droite qu’est le dernier Ă©pisode, annonçant alors une 3e saison qui va Ă  nouveau changer la donne pour les personnages, leurs objectifs et leur entourage. Et si finalement tout ceci n’Ă©tait qu’une savoureuse mise en bouche avant de dĂ©couvrir vĂ©ritablement toutes les machinations qui se tiennent Ă  la maison blanche ?

publié dans :Critiques Séries Séries

  1. Pas encore de commentaire